Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 11 . L’ Ecole . > Les rythmes scolaires , horaires . > A Tourtour, que pensent les parents, les élus, les enseignants (et les (...)

A Tourtour, que pensent les parents, les élus, les enseignants (et les enfants !) de la nouvelle réforme des 4,5 jours de classe (2013-2014) ?

 A Tourtour, que pensent les parents,

 les élus, les enseignants (et les enfants !)

 de la nouvelle réforme des 4,5 jours de classe

Un article récent de Var-Matin nous informe de la prochaine réforme des horaires scolaires et les changements qui vont donc influer sur la vie quotidienne des enfants mais également des enseignants, des parents et des employés communaux (en même temps que cette réforme aura également- de fortes incidences sur le budget communal )..

Ci-dessous, l’article du journal local et quelques commentaires ...

 www.varmatin.com/var/rythmes-scolaires-la-reforme-dans-la-douleur.1103743.html

Rythmes scolaires : la réforme dans la douleur (publié le lundi 21 janvier 2013 dans Var-Matin, article non signé). 

La semaine de quatre jours et demi à l’école, avec cours le mercredi, passe mal. Les élus, qui doivent se décider d’ici au 1er mars, craignent des dépenses importantes. Les enseignants sont critiques

Elle devait être un des piliers de la refondation de l’école voulue par Vincent Peillon. La réforme des rythmes scolaires, qui semblait faire consensus voici quelques mois, provoque de plus en plus de réactions hostiles. Comme le résume Emmanuel Trigo, secrétaire du SNUipp varois, syndicat enseignant majoritaire dans le premier degré, « le ministère est en train de rater une réforme que tout le monde attendait ». 

Celle-ci a pour but d’enterrer la semaine de quatre jours dès la prochaine rentrée scolaire. Instituée par le ministre précédent, Xavier Darcos, en 2008, elle avait supprimé les cours du samedi matin, ce qui a eu pour effet d’allonger les journées de classe. Un rythme jugé trop lourd pour des enfants.

Activités périscolaires :

Vincent Peillon a donc prévu de redistribuer dès septembre 2013 la semaine de classe en quatre journées plus courtes - de cinq heures et demi maximum au lieu de six heures. Plus une demi-journée de trois heures trente maximum le mercredi matin (sauf dérogation pour le samedi).

Seul problème : afin que les écoliers ne se trouvent pas à la rue avant 16 h 30, ils seront confiés aux communes pendant une demi-heure à une heure chaque soir, après la classe. À elles d’organiser des activités périscolaires culturelles, sportives ....

 

Face à ces nouvelles charges, les élus au mieux se posent des questions, au pire protestent. Ceux des villages avancent les dépenses insoutenables qu’entraînent ces animations. Les grandes villes, qui disposent souvent de services périscolaires déjà bien organisés, seraient plus à l’aise pour se lancer. Mais, si elles aussi redoutent de voir les factures pour l’école s’alourdir, elles estiment surtout le calendrier trop serré pour s’organiser correctement. « Tout ça est du bricolage », lâche, amer, le syndicaliste Emmanuel Trigo.

 

Subvention de 50 € :

Et ce n’est pas l’aide prévue par l’État qui semble à même de convaincre les maires. La subvention se monte à 50 e par élève, soit la moitié de ce que coûtera réellement le périscolaire aux communes, a calculé François Cavallier, le maire de Callian. Viennent s’y ajouter 40 e par élève pour les communes bénéficiant de la dotation de solidarité urbaine (DSU) ou celle de solidarité rurale (DSR).

Les maires ont jusqu’au 1er mars pour décider ou non d’appliquer la réforme en septembre prochain. Ceux qui attendront la rentrée 2014 n’auront droit à rien du tout (à part ceux percevant la DSU ou la DSR). Et tout le monde devra mettre en place la nouvelle semaine d’école. À moins que Vincent Peillon n’infléchisse son projet, ce qu’espère André Coldeboeuf, maire des Salles-sur-Verdon et directeur d’école, pour lequel « le ministre doit revoir sa copie ».

Ce dernier prévoit que la majorité des enfants passent à quatre jours et demi en septembre. Même si toutes les communes ne se sont pas déterminées, ce pari ne semble pas encore gagné.

_____________activités périscolaires ____________________

Commentaires du site " Tourtour, notre village " :

** " Les élus, qui doivent se décider d’ici au 1er mars,..." :
On ne va quand même pas s’inquiéter mais le délai imposé se termine donc dans quatre semaines : nous sommes des provençaux, nous avons donc le temps, ( aujourd’hui peut-être ou alors demain !...) mais il faut savoir prendre parfois des décisions sans repousser à plus tard ce que la raison nous demande de prendre en compte au plus vite ...

** " Plus une demi-journée de trois heures trente maximum le mercredi matin (sauf dérogation pour le samedi)." :
Sur ce point égélement la municipalité devra décider si les classes seront ouvertes le mercredi matin ou le samedi . La tendance nationale semble aller sur le mercredi mais nul ne sait ce qui sera décidé à Tourtour : cette décision devrait logiquement être prise en concertation avec les divers partenaires (élus, parents, enseignants..) . Si le choix se portait sur le samedi, une dérogation devrait alors être demandée aux instances académiques . 
Il serait sans doute utile que ce choix puisse se faire assez vite car il induira immanquablement des nouvelles conditions de vie quotidienne pour beaucoup de personnes : centre aéré, animateurs, "nounous", cantine...

** " Seul problème : afin que les écoliers ne se trouvent pas à la rue avant 16 h 30, ils seront confiés aux communes pendant une demi-heure à une heure chaque soir, après la classe. À elles d’organiser des activités périscolaires culturelles, sportives ...." :
Dans la mesure où la réforme des rythmes scolaires est engagée par le Ministère de l’Education Nationale, il en résulte une nécessaire et claire définition des contenus pédagogiques qui seront fixés aux activités mises en place par les communes . Bien évidemment, les parents devront être associés aux projets mis en place avec les élus : cette logique concertation devra définir avec les intervenants choisis (enseignants de l’école ou partenaires extérieurs) des programmes d’activités qui répondront aux besoins recensés dans les classes . 
Il serait vraiment dommageable que les activités n’aient de périscolaires que le nom et que les animateurs se contentent d’une garderie déguisée, d’une annexe de jeux de société ou de parties de foot qui servent plus de passe-temps que de formation de l’enfant . La période qui sera vécue par les gosses en fin de journée devra correspondre à un projet éducatif global mis en place par la mairie avec (encore et toujours) les autres partenaires impliqués dans la démarche éducative.

** " La subvention se monte à 50 e par élève, soit la moitié de ce que coûtera réellement le périscolaire aux communes, a calculé François Cavallier, le maire de Callian. Viennent s’y ajouter 40 e par élève pour les communes bénéficiant de la dotation de solidarité urbaine (DSU) ou celle de solidarité rurale (DSR)." :
Actuellement, la commune de Tourtour a adopté un système de "périscolaire" où les familles participent financièrement au budget afférent à ces activités du soir (sur la base de quelques euros par semaine) . En sera-t-il de même dans le cas de la réforme des horaires de l’école publique ? Le conseil municipal va devoir se prononcer rapidement sur ce sujet qui suppose un budget important pour une famille tourtouraine de plusieurs enfants : le quotient familial sera-t-il instauré dans ce cas-là ?

** " Les maires ont jusqu’au 1er mars pour décider ou non d’appliquer la réforme en septembre prochain. Ceux qui attendront la rentrée 2014 n’auront droit à rien du tout " :
La mobilisation des parents, des élus, des enseignants fera peut-être reculer le gouvernement mais cela semble guère probable car le ministre Vincent Peillon est monté fortement au créneau pour défendre cette réforme jugée indispensable dans le cadre plus général de la refondation de l’école . Si le maire d’une commune (au hasard... Tourtour !) ne se positionne pas assez vite, les crédits alloués prévus ne seront pas versés et le coût ultérieur sera donc très élevé et le budget communal sera en difficulté : et notre cher Pierre Jugy associé à Mme Coste auront du mal à mettre la responsabilité sur le mandat précédent de Mr Jean Lainé ...

_________ _activités périscolaires _ _____________

Vos commentaires

  • Le 29 janvier 2013 à 22:40 En réponse à : Refondation de l’école

    J’ai peur qu’hélas la montagne accouche d’une souris..Les activités sportives ou/et culturelles se transformeront le plus souvent en garderie ou activité "gribouillage". Qui viendra d’une ville pour même pas un heure (mal payée) animer un atelier théâtre par exemple ????
    L’erreur manifeste a été due à Darcos qui a institué la semaine de 4 jours. Maintenant les instit ne veulent plus travailler une demi-journée de plus , sans un kopeck de plus. J’AIME l’école mais je dis "pauvres de nous" !l

  • Le 30 janvier 2013 à 00:29, par Gilbert Giraud En réponse à : école ..

    Chère Rosette,
    Il faut pourtant espérer que la concertation se fasse entre les différents partenaires afin de cibler les besoins prioritaires (activités sportives ou culturelles), afin de définir les projets à mettre en place et d’impliquer les animateurs qui seront associés à cette démarche . C’est ainsi que l’on verra si les mairies sont soucieuses effectivement de l’intérêt des enfants . Courage ! Il en va aussi (mine de rien) de l’avenir des gosses mais du village aussi .

Répondre à cet article

Stats | 8 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017