Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 09 . Alain Vagh. > Alain Vagh Céramique obtient le label " Entreprise du Patrimoine Vivant (...)

Alain Vagh Céramique obtient le label " Entreprise du Patrimoine Vivant "...

 Alain Vagh Céramique obtient le label

" Entreprise du Patrimoine Vivant "...

 Alain Vagh et les petits carreaux, sa marque de fabrique...

Le seul fait que le ministère attribue le label du patrimoine vivant à une structure dont le sigle est AVC nous oblige à accorder au gouvernement une salve d’applaudissements....

Nous connaissons presque tous l’artiste Alain Vagh pour son talent de céramiste, comme défenseur du territoire haut-varois et comme président de la fameuse "Association des Amis de Bernard Buffet à Tourtour" à l’origine de l’installation des deux sculptures de l’artiste sur l’esplanade de la mairie du village...

L’entreprise "Alain Vagh céramique" (Salernes) a la grande chance de s’être vue décerner le label "Entreprise du Patrimoine Vivant" (EPV). Le ministère de l’économie et des finances attribue ce label aux entreprises françaises distinguées pour leur savoir-faire.


 

Si vous souhaitez connaître les entreprises du département qui sont inscrites dans la liste du label EPV, vous pouvez aller consulter le site internet suivant : http://www.patrimoine-vivant.com/

Créé en 2005 dans le cadre de la loi en faveur des PME, le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) est une marque mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence et éviter la disparition de talents économiques et culturels d’exception, trop souvent menacés.

 

Attribué pour une période de cinq ans, ce label rassemble des fabricants attachés à la haute performance de leur métier et de leurs produits. Il apporte aux entreprises labellisées une médiatisation nationale et internationale et favorise leur développement.

Pour bénéficier du label, les entreprises doivent répondre à différents critères de patrimoine économique, de maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité, d’ancrage géographique ancien ou d’une grande notoriété.

Pour pouvoir prétendre obtenir le label « Entreprise du patrimoine vivant », l’entreprise doit satisfaire à plusieurs conditions : 

 ** être inscrite au répertoire des métiers, et/ ou au registre du commerce et des sociétés.
 ** exercer une activité de production, de transformation, de réparation ou de restauration (à l’exception du secteur agricole qui bénéficient déjà de signes de qualité).
 ** répondre à au moins un critère dans chacune des trois catégories suivantes :
 -/- Détenir un patrimoine économique spécifique, qui peut être constitué d’équipements ou de documentations techniques rares. Il peut comprendre également les droits de propriété intellectuelle de l’entreprise ou se traduire par un réseau de clientèle spécifique et par des marchés remarquables.

 -/- Détenir un savoir-faire rare, notoire et indiscutable, exclusif ou partagé avec un nombre très limité d’entreprises. Il peut s’agir d’un savoir-faire non accessible par les voies de formation normales et dispensé par l’entreprise elle-même, ou par la présence au sein de l’entreprise de salariés détenant un savoir-faire exigeant une formation très longue, d’employés difficiles à recruter ou à former.

 -/- Être renommée pour la dimension culturelle de leurs prestations ou de leur localisation. Leur notoriété peut provenir également de leur contribution à l’évolution technologique de leur activité et au maintien du métier en France.

Le label EPV d’ Alain Vagh va rejaillir de Salernes jusqu’aux boutiques tourtouraines : la céramique va connaître un renouveau commercial sur notre village et tant mieux si les oeuvres (peintes à la main) de la boutique "Grain de folie" ou celle des "Nélevés" seront encore plus reconnues...Le petit nouveau (exilé de Moustiers), l’artiste Bruno Louis, envisage de remonter un atelier de fabrication à Tourtour (dessin, création, cuisson, émaillage) où il poursuivra son aventure innovante, avec la création de modèles uniques pouvant atteindre le prix de plusieurs milliers d’euros.

Un grand bravo à Alain Vagh qui prouve une fois de plus qu’il n’est pas seulement un restaurateur de cabanons brûlés !!...

Répondre à cet article

Mis à jour le samedi 26 septembre 2020