Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Histoire > Anne d’Autriche et les Ormeaux de la Place .

Anne d’Autriche et les Ormeaux de la Place .

Anne d’Autriche 

et les Ormeaux de la Place .

Sur la place de Tourtour, deux gros ormeaux ont trôné durant des siècles et leur plantation remonte au passage d’Anne d’Autriche sur notre village, en direction de Cotignac, lieu de son pélerinage. 

Louis XIII et Anne d’Autriche, le voeu, le pélerinage, les ormeaux :

Après 22 ans de mariage, ils désespéraient d’avoir un enfant et, à la suite d’une neuvaine à Notre dame de Grâces de Cotignac, la reine avait attendu un bébé, le futur Louis XIV


Suite à un vœu d’Anne d’Autriche et au pèlerinage que fit Louis XIV en 1659 à la chapelle de Notre Dame de Grâces,  située sur le mont Verdaille, non loin des remparts de cette petite ville, le roi Soleil fit graver l’inscription suivante sur une pierre en marbre noir qui fut placée au milieu de l’église de N.-D. de Coti­gnac, où elle se lit encore : « Louis XIV, roi de France et de Navarre, donné à son peuple par les vœux qu’Anne d’Autriche, reine de France, sa mère, a fait dans cette église, a voulu que cette pierre fut ici posée pour servir de monu­ment à la postérité et de reconnaissance, et des messes que la libéralité y a fon­dées, pour l’âme de sa dite mère. »

Louis XIV et sa mère Anne d’Autriche  viennent le samedi 21 février 1659 à Cotignac pour remercier de la naissance de Louis XIV, 21 ans plus tôt.

En 1638, Anne d’Autriche, se rendant en pèlerinage d’action de grâce à Cotignac, s’arrête à Tourtour. A cette occasion les deux ormeaux sont plantés sur la place du village : ils sont appelés les "Ormeaux Sully".

    

 

Quelques éléments de la vie d’Anne d’Autriche :

Reine de France née à Madrid en 1601, décédée à Paris en 1666. Fille aînée de Philippe III d’Espagne et de Marguerite d’Autriche, Anne d’Autriche perdit sa mère à l’âge de dix ans et reçut l’éducation pieuse d’une infante.

Le 25 décembre 1615, alors âgée de 14 ans, elle épousa Louis XIII. Ce mariage, longuement négocié, symbolisa le rapprochement de la France et de la maison d’Autriche, donc la fin de la politique étrangère d’Henri IV. Mère de Louis XIV (1638) et du duc d’Orléans (1640), grande, belle, telle que l’ont peinte Rubens (musée du Prado) et Mignard (musée du Louvre), héroïne enfin d’Alexandre Dumas, la reine a suscité amitiés fidèles et animosités redoutables.

Louis XIII et Anne d’Autriche n’arrivent pas à engendrer et la souveraine décide d’implorer diverses saintes et Notre-Dame de Grâces à Cotignac   

Louis XIII ne l’aime guère, Richelieu s’en méfie, le duc de Buckingham l’idolâtre, Mazarin,  comme en témoigne largement sa correspondance, a toujours compté sur son indéfectible soutien.

Délaissée par le roi, elle intrigue à la tête du parti dévot, défend l’alliance avec l’Espagne et s’oppose constamment à Richelieu.  Sa participation à la conspiration de Cinq-Mars, destinée à assassiner le cardinal, ne peut être prouvée.

À la mort de Louis XIII, la reine obtient du Parlement de Paris la cassation du testament du roi et la régence du royaume pendant la minorité de Louis XIV. Elle conserve à ses côtés Mazarin, que Richelieu avait choisi pour successeur ; la reine en fait son amant et le soutient constamment durant la Fronde.

JPEG - 7.9 ko
Anne d’Autriche, avec Louis XIV enfant

Après la mort de Mazarin (1661) et la prise du pouvoir par Louis XIV, Anne d’Autriche continua à protéger l’Église et les dévots, acheva la construction, commencée sur son ordre en 1645, de la chapelle du Val-de-Grâce, couvent où elle aimait séjourner.

 

 Elle favorisera le mariage de son fils Louis XIV et de sa nièce, l’infante Marie-Thérèse, fille du roi Philippe IV d’Espagne. Louis XIV lui rendit de grands devoirs et lui dissimula, tant qu’elle vécut, les désordres de sa vie privée. 

   

Anne d’Autriche, en effet, malgré les épreuves domestiques et les troubles publics, préserva toujours sa dignité personnelle et celle de la couronne.

Le 20 janvier 1666, à soixante-cinq ans, elle meurt au Louvre. Elle est inhumée à Saint-Denis. Son coeur est au Val-de-Grâce.

 

Vos commentaires

  • Le 26 avril 2010 à 20:49, par mariette En réponse à : et les arbres ?

    quelqu’un se rappelle-t-il la date d’arrachage des 2 géants ?

  • Le 27 avril 2010 à 23:32, par Gilbert Giraud En réponse à : le choix dans la date...

    Chère Mariette, voilà une bonne question de type Quizz : les personnes intéressées pourront trouver la réponse dans un des numéros du Troumpetoun ou alors dans un des relevés des conseils municipaux ... Très bonne technhique pédagogique pour favoriser la recherche documentaire . à bientôt .

Répondre à cet article

Stats | 17 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 16 avril 2019