Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 03 . La cuisine, les recettes, l’huile, les vins... > L’huile d’olive de Provence . > Les maladies de l’olivier . > Après la maladie de la mouche, la menace de l’Xylella Fastidiosa.

Après la maladie de la mouche, la menace de l’Xylella Fastidiosa.

 Après la maladie de la mouche, 

 la menace de l’Xylella Fastidiosa. 

Nous sommes en pleine période de récolte des olives : l’an dernier, les oléiculteurs avaient eu une production très faible à cause de la maladie de la mouche ayant provoqué une perte d’environ 80% du poids d’olives. Cette année 2015 se place sous de meilleurs auspices et les branches croulent sous les centaines de petits fruits ... : tout est prêt pour que l’huile coule à nouveau dans de belles proportions....

Néanmoins, les spécialistes de l’oléiculture ne crient pas victoire trop fort (ni trop vite) car ils restent vigilants face à une nouvelle menace qui les inquiète gravement, l’arrivée de la bactérie "xylella fastidiosa" qui a déjà causé des dommages considérables sur des dizaines de milliers d’arbres en Italie.

Aucune bactérie n’est encore signalée sur le territoire métropolitain et la psychose ne doit donc pas gagner les oléiculteurs. Néanmoins, la prudence et la vigilance sont de rigueur car une arrivée de la xylella fastidiosa aurait des conséquences gravissimes sur toutes les plantations d’oliviers sur le Haut-Var.
Le journal régional Var-Matin nous aide à connaître cette bactérie qui est un véritable fléau... Que Saint-Denis nous protège !

"Alerte à la tueuse d’oliviers, xylella fastidiosa, dans le Haut-Var".

Publié le vendredi 06 mars 2015 dans Var-Matin

Venue de la région des Pouilles en Italie fin 2013, la bactérie "xylella fastidiosa" a déjà ravagé près de 60.000 hectares d’oliviers en un an.

La Coordination rurale PACA, le Groupement des oléiculteurs Varois et le ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, relayés par la présidente de la coopérative oléicole l’Aupsoise, Annie Manassero, lancent une alerte sur la "xylella fastidiosa", une bactérie pathogène devenue incontrôlable, et qui s’attaque non seulement aux oliviers, mais aussi aux plantes maraîchères et ornementales chênes, lauriers, vigne.

Transmise par les insectes piqueurs et suceurs
Venue de la région des Pouilles en Italie fin 2013, la bactérie a déjà ravagé près de 60 000 hectares d’oliviers en 1 an. La plus grande vigilance est donc demandée face à ce problème, d’autant plus que sa présence est difficilement décelable et s’apparente à un déficit hydrique du végétal atteint.
Transmise essentiellement par les insectes piqueurs et suceurs, la maladie n’a pas encore trouvé de traitement, la seule issue étant l’abattage et le brûlage.
C’est la raison pour laquelle la Coordination rurale demande l’interdiction de l’importation des oliviers transalpins.
_____________________________
Le CoDiRO (Complexe de dessèchement rapide de l’olivier) est causé par la bactérie Xylella fastidiosa. Une épidémie affecte les oliviers de la province de Lecce, en Italie du sud, où des milliers d’arbres sont flétris ou morts depuis 2010.

Il n’existe pas de moyen de lutte efficace contre cette maladie, cependant des mesures prophylactiques sont mises en œuvre pour limiter la propagation de la bactérie.

La Corse a connu une alerte sérieuse avec la découverte de souches bactériennes apparentées à la terrible xylella fastidiosa : voici un article du journal local : (on peut lire l’article en cliquant sur le lien suivant) :

http://www.corsenetinfos.fr/Xylella-Fastidiosa-Chronique-d-un-desastre-annonce-_a11975.html
Extrait : "La propagation de l’épidémie de la xylella ne se résume pas à la présence de la cicadelle dans un lieu, mais à une conjonction de facteurs : présence de l’insecte, génotype, prédisposition du lieu, climat, saison, moment opportun… D’où l’incertitude sur les risques éventuels de diffusion et la complexité des réponses à trouver pour éradiquer le fléau. Domenico Bosco, chercheur au département des sciences de l’agriculture, de la forêt et de l’alimentation à l’université de Turin et spécialiste mondial de l’infection des Pouilles, explique à Corse Net Infos, qu’il est aujourd’hui impossible d’éradiquer la xylella et que rien ne peut certifier qu’elle n’atteindra pas la Corse, malgré les mesures de confinement, ou qu’elle n’y est pas déjà.".
______________________

Courage aux chercheurs qui luttent pour venir à bout de ce risque énorme de catastrophe qui toucherait alors de nombreux aspects environnementaux et économiques de notre territoire


 

Vos commentaires

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le dimanche 23 septembre 2018