Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 11 . L’ Ecole . > L’école à Tourtour au début du XXème siècle. > Les écoliers et leurs outils. > Buvards et encriers.

Buvards et encriers.

 Encriers et buvards. 

L’école de Tourtour n’était pas aussi grande que maintenant et elle ne comprenait qu’une seule classe où tous les petits tourtourains étaient réunis.

Chaque classe avait ses rituels : à cette époque-là, le matériel utilisé était différent et les plumes, porte-plumes, cahiers devaient être l’objet de toutes les attentions. Le maître d’école réclamait de ses élèves beaucoup d’application, de soin et de rigueur : les enfants devaient accorder une grande importance à ces questions matérielles et pratiques car elles étaient le signe premier du "bon élève".

 Les encriers étaient en verre ou en porcaine blanche.

encriers.jpg (31724 octets)

 

   
la fameuse bouteille d’encre violette.

L’encre était distribuée dans les encriers situés dans le coin droit du bureau . L’encre violette était une poudre (le violet de gentiane) qui était mélangée à de l’eau : elle ne s’effaçait pas.
Pour remplir les encriers, le maître pouvait choisir un enfant méritant mais également soigneux car l’entreprise était périlleuse : il fallait éviter de gaspiller l’encre et salir les bureaux .Soit l’encrier était trempli "sur place", c’est à dire directement sur le bureau , soit on utilisait une plaque de bois qui contenait des trous pour plusieurs encriers que les élèves venaient chercher ensuite (en faisant très attention de ne rien renverser). L’image ci-dessous nous montre cette planchette de secours...

Pour éviter les taches sur le cahier et les bureaux, les enfants utilisaient les buvards qui étaient le plus souvent "publicitaires" : même au début du siècle, les industriels avaient compris tout le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de la sensibilisation des enfants par ces petits cadeaux pour l’école.
Ci-dessous, vous trouverez des modèles de buvards très utilisés dans les classes.

Sans faire d’efforts, on imagine alors Odette, Angèle, Adrienne, Suzanne, Rose, Jacquie, Margueritte, Yvette, Raoul, Robert, Roger, Jules, Eugène et bien d’autres qui sont assis à leurs bureaux tout en bois et qui s’appliquent avec leurs porte-plumes....

  

   

Ce buvard "Norev" (plus bas) est un exemple précis de la publicité en direction des enfants. A noter que la marque Norev était lyonnaise et que le parton se nommait Véron : il a donc inversé son nom pour devenir Norev...C’est pareil pour les vêtements de sports Duarig (c’est l’équipementier des Verts de St Etienne) : le proprio est Mr Giraud... à l’envers ! (hi hi hi)
A noter aussi que ces petites voitures à l’échelle 1/43ème font la joie des collectionneurs aujourd’hui : n’importe quel modèle de la photo se vend aux Puces de Toulon autour de 30 euros. Dans un vide-grenier (Villecroze par exemple) on peut s’en sortir à 10-15 mais il y a peu de chance de faire une meilleure affaire.

Si des tourtourains ont des vieux cahiers de l’école du village, nous pourrons les scanner (et vous les rendre) avnt de publier certaines pages sur le site. Bien sûr, pareil pour les vieilles photos.

 

Répondre à cet article

Stats | 9 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 23 novembre 2017