Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > La faune , animaux de la région . > Les insectes (de Tourtour et du Var) . > la cigale > Cet été à Tourtour, les cigales ont cymbalisé encore plus tôt !...

Cet été à Tourtour, les cigales ont cymbalisé encore plus tôt !...

Cet été à Tourtour, les cigales

ont cymbalisé encore plus tôt  !...

Certains symboles de la Provence et du Haut-Var sont tellement attachés à la mémoire collective qu’il peut nous arriver parfois d’oublier qu’ils sont aussi des piliers de notre culture... Par exemple, les cigales... Nous attendons leur musique si particulière chaque année à la fin juin et nous nous inquiétons si elles tardent à chanter... D’autres esprits chagrins sont irrités par le bruit lancinant des cigales (comme ils peuvent l’être par le chant du coq ou le meuglement des vaches !). Les cigales sont arrivées à Tourtour....

(extraits du journal Var-Matin)
Sur les réseaux sociaux ces derniers jours, plusieurs internautes ont capturé et partagé les premiers chants de cigales. L’été s’annonce chaud, ce qui augure une forte présence d’insectes sur les troncs d’arbres. Que serait notre été sans elles ? Une saison (presque) comme les autres, sans doute. Ne cherchez plus la bonne nouvelle de la semaine : les cigales sont bien de retour en Provence. Pas partout, certes, mais suffisamment pour s’imaginer en vacances avant l’heure.

Jean Matéo, entomologiste et "Monsieur insectes" dans le Var, prédit une saison prolifique : "Il va faire chaud, on devrait avoir un festival de cigales." Cette année, rien à signaler niveau timing : les premières cigales sont "dans les temps". "Sur la côte varoise, on les entend généralement autour du 20 juin", précise le spécialiste.

Pour le volet technique, sachez qu’une cigale adulte ne vit... que trois ou quatre semaines. Après une vie de larve, sous terre, d’au moins trois ans, elle sort de son trou pour habiter les troncs d’arbre et se nourrir de sève.

Évidemment, on a une pensée émue pour ces touristes en vacances au Beausset, l’été dernier, qui avaient demandé au maire d’utiliser un insecticide pour réduire au silence les cigales des environs.
Le journal Var-Matin (du 10 juillet 2019) fait écho de nos chers touristes qui sont légèrement importunés par le chant des cigales...

Heureusement, les visiteurs du village dans le ciel ne s’offusquent pas d’entendre le chant des cigales et la Place des Ormeaux résonne chaque jour de la musique cymbalisante...

Cette année, les cigales n’ont pas tardé à se faire entendre... Mais quel est ce bruit qui est symbolique des vacances varoises...?

La cymbalisation est produite chez le mâle et a pour fonction d’attirer les femelles. Dès que la température est suffisamment élevée (environ 25 °C), le mâle « chante », ou plus exactement, il cymbalise. Une erreur fréquente est de dire que les cigales stridulent comme le criquet. En effet, la stridulation est produite par le frottement de deux parties du corps d’un insecte (ou plus généralement d’un arthropode, car les mygales stridulent aussi, par exemple), alors que la cigale mâle possède un organe phonatoire spécialisé, les cymbales, qui est situé dans son abdomen.

La cymbalisation est le résultat de la déformation d’une membrane (un peu comme le couvercle d’un bidon) actionnée par un muscle. Le son produit est amplifié dans une caisse de résonance et s’évacue par des évents. La fréquence et la modulation de la cymbalisation caractérisent les différentes espèces de cigales. Le but de cette cymbalisation est d’attirer les femelles de la même espèce. (un spécimen local très connu, le Calou Caiozzium, est très souvent présent sur la Place des Ormeaux et il cymbalise surtout entre les deux platanes centraux, pour effectivement attirer les femelles, mais lui ...de toutes espèces confondues et de toutes couleurs !!)...

 

Répondre à cet article

Mis à jour le lundi 16 septembre 2019