Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 07 . Situation financière et budgétaire . > Finances locales . > Gestion financière locale . > Comment Tourtour va surmonter dès 2014 la rigueur budgétaire ?...

Comment Tourtour va surmonter dès 2014 la rigueur budgétaire ?...

 Comment Tourtour va surmonter 

 dès 2014 la rigueur budgétaire  ?...

Le plan gouvernemental nous a annoncé la volonté de réaliser une cinquantaine de milliards d’euros d’économies et parmi les pistes envisagées pour y parvenir, la ponction d’environ 11 milliards sur les collectivités territoriales (communes, départements, régions).
Les municipalités savent donc qu’elles vont devoir établir des budgets serrés et rigoureux pour 2014 et la suite du mandat : sur Tourtour, quelles vont être les mesures prises pour ne pas augmenter la dette et quels choix vont être opérés pour la vie du village dans les prochaines années...? Quel chantier !...

Le journal Var-Matin a publié un article sur ce sujet :

"La rigueur budgétaire au menu d’une rencontre entre le préfet et les maires du Var".
Publié le dimanche 20 avril 2014 dans Var-Matin.
Vous pouvez vérifier cet article en allant sur le lien suivant :
http://www.varmatin.com/var/la-rigueur-budgetaire-au-menu-dune-rencontre-entre-le-prefet-et-les-maires-du-var.1656916.html


"Les maires sont les interlocuteurs privilégiés des services de l’État."(article Patrick Blanchard).

Les nouveaux élus du Var ont pu échanger avec le préfet du Var. L’occasion pour Laurent Cayrel de revenir notamment sur les 10,5 milliards d’euros d’économies attendus.

Des économies, des économies et encore des économies. On peut appeler cela "maîtriser les dépenses" ou "se serrer la ceinture", le résultat est le même. À l’échelon des communes, comme à tous les autres, l’époque est aux efforts. Vendredi matin, le préfet Laurent Cayrel recevait de très nombreux maires et nouveaux élus pour une réunion d’information et d’échanges.
L’occasion pour le représentant de l’État de revenir sur les 10,5 milliards d’économies attendues dans les collectivités locales. Et d’énumérer quelques priorités : mutualisation intercommunale accrue, suppression de la clause de compétence générale, réforme de la dotation de fonctionnement, etc. Bref, "une meilleure gestion qui exige des efforts". Tout en préservant les priorités.
"Le logement social en fait partie". 
Le préfet a également jeté comme un petit froid dans la salle en évoquant les pays voisins qui ont réduit le nombre de leurs communes "et qui ont abandonné l’échelon départemental"…Mais, a ajouté le préfet : "Nous serons toujours à votre disposition pour vous aider dans votre tâche. Rien ne remplacera la solidarité entre l’État et les collectivités locales".
Louis Vallernaud, président de la Chambre régionale des comptes, a conclu cette matinée en rappelant ses missions. Au titre desquelles ne figure pas le conseil aux communes. "Même si nous sommes de plus en plus souvent sollicités en ce sens ".
Rythmes scolaires et abus
Parmi les questions qui ont suivi les interventions (1), on en retiendra deux. L’une d’actualité brûlante concernait la réforme des rythmes scolaires et c’est le maire d’Ollioules, Robert Beneventi, qui est monté au créneau : "On nous demande de faire des économies et en même temps, on nous oblige à des dépenses non prévues. Cette réforme représente pour les communes un coût de 150 à 200 euros par enfant et par an. Ne pourrait-on pas obtenir une sorte de moratoire d’un an ou deux pour passer ce cap difficile ?" Le préfet a expliqué que le ministre de l’Éducation devait prendre un nouveau décret dans les quinze jours. On ignore de quoi il sera fait…

Un autre maire, Gérard Fabre de Garéoult, s’est taillé son petit succès en évoquant une autre bête noire de ses collègues - les recours incessants et abusifs des administrés - . "Cela représente une perte de temps et de moyens considérable. Il faudrait pouvoir sanctionner les recours abusifs ! ", s’est-il exclamé, sous les applaudissements.

Une préoccupation que partage le représentant de l’État : "Nous ne sommes pas épargnés ! Aujourd’hui, plus personne ne supporte rien. L’ego prime sur l’intérêt général. Le tribunal administratif de Toulon, créé pour soulager celui de Nice, est à son tour engorgé. 1 800 recours pour des problèmes d’urbanisme y sont traités chaque année. La simple annonce de la création de cinq logements sociaux donne lieu à elle seule à une ribambelle de recours"… Mais le préfet Laurent Cayrel n’a pu que le déplorer : les recours abusifs ne sont que rarement sanctionnés.
(1). La sécurité, la gestion communale, l’urbanisme, l’environnement, les actions en faveur de l’économie et de l’emploi, les affaires sociales et le contrôle de légalité : tous ces thèmes ont été abordés par les chefs des services de l’État.
(fin de l’article de Var-Matin).

_______________________________________

Commentaires du site "Tourtour, notre village" :

(à noter : le maire de Tourtour, Pierre Jugy, n’a apparemment pas pu assister à cette réunion et son premier adjoint Olivier Révelli n’a pas pu le représenter ...)

**..."L’occasion pour le représentant de l’État de revenir sur les 10,5 milliards d’économies attendues dans les collectivités locales." :
On entend beaucoup parler d’économies au plan national et notre équipe municipale nous en a bien causé durant six ans, avec l’excuse de la dette accumulée (soi-disant) sous le mandat précédent ...Et maintenant que les aides vont être diminuées, que les efforts de rigueur sont demandés pour les mairies, quelles sont les économies que va vouloir réaliser la municipalité actuelle ? Dans quels domaines, sur quels chapitres budgétaires..? On espère avoir quelques renseignements bientôt puisque le prochain conseil municipal doit porter sur les orientations budgétaires pour 2014-2015...
Souvenons-nous que la redresseuse des finances communales est maintenant Mme Sophie Liagre qui a tellement de responsabilités multiples à la mairie qu’on imagine qu’elle ne va plus avoir une minute à elle : la responsabilité du budget, les économies à réaliser, les choix financiers à faire, les priorités à établir, les projets à soutenir, les travaux à engager, les taxes à recouvrer, les impots à lever sont de son ressort et nous ne tarderons guère à voir si son talent dans tous ces domaines est à la hauteur de la précédente responsable des cordons de la bourse communale, Mme Patricia Coste.
**..."Bref, "une meilleure gestion qui exige des efforts". Tout en préservant les priorités." :
Eh bien oui, quelles vont être les priorités du mandat 2014-2020 ? Les prochains conseils municipaux vont s’atteler à la liste des priorités des élus tourtourains mais on sait que la profession de foi de la liste de Pierre Jugy avait annoncé la reprise du dossier "lotissement de Beauveset", la Salle des Fêtes et le Théâtre de Verdure : ces annonces seront-elles conservées ou reportées pour certaines ? A suivre ...
**..."On nous demande de faire des économies et en même temps, on nous oblige à des dépenses non prévues" :
Non prévues, non prévues... Des centaines de communes ont déjà appliqué la réforme depuis septembre 2013 et les dépenses liées à cette réforme sont donc connues depuis longtemps : les municipalités doivent donc intégrer ces dépenses dans leurs prévisions et faire des choix. N’oublions pas non plus que l’Etat reverse une aide équivalente à environ 80€ par enfant et par an pour la mise en place des nouveaux rythmes et des activités annexes.
La priorité donnée à l’éducation ne devrait normalement poser aucun problème mais certains maires ne voient cette réforme qu’au travers du coût budgétaire : à Tourtour, par exemple, comment pourrait-on avancer l’argument d’un coût élevé des activités extrascolaires alors que l’on a décidé - au même moment - de procéder à l’édification d’un théâtre de verdure qui ne présentait aucun caractère d’urgence ? Les choix sont faits sans concertation et il est bien regrettable que les questions touchant à l’éducation des petits tourtourains passent derrière d’autres intérêts qui restent légèrement flous...
**..."Rien ne remplacera la solidarité entre l’État et les collectivités locales"." :
On sait très bien que la plupart des projets entrepris par les communes rurales reposent majoritairement sur des subventions accordées par le Conseil Général (donc le Département). On comprend alors que les élus locaux soient attachés à cette entité administrative et on mesure leur inquiétude devant l’éventuelle suppression de ce dispositif territorial dans les prochaines années.
**..."Il faudrait pouvoir sanctionner les recours abusifs ! ", s’est-il exclamé, sous les applaudissements." :
Sous les applaudissements !...Beh voyons !...Evidemment, si le recours de l’administré est répétitif, maladif, compulsif alors là, oui, il devient abusif (dans la série des "..if "). Mais ces abus ne représentent pas la majorité des recours déposés, recours justifiés et légitimes : les permis déposés dans l’opacité, les travaux décidés sans avis des habitants, dépenses inexpliquées sont des arguments que les citoyens peuvent remettre en cause auprès des municipalités et les maires doivent donc se donner les moyens d’y répondre . Il est évident aussi que si les élus pratiquent la concertation en amont avec les administrés et le débat avec les habitants, les problèmes seront moins nombreux. Nous, à Tourtour, on a vraiment de la chance, notre maire nous promet clarté et concertation, donc pas de soucis !!...

_________________________________________

Vos commentaires

Répondre à cet article

Mis à jour le mardi 12 novembre 2019