Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > Climat, pluviométrie. > Le mistral (et autres vents). > D’où vient le Mistral qui souffle à Tourtour ?

D’où vient le Mistral qui souffle à Tourtour ?

 D’où vient le Mistral 

 qui souffle à Tourtour  ? 

Le "village dans le ciel" connaît bien les épisodes de vents forts qui soufflent sur Tourtour et l’on accuse le plus souvent le mistral : ce mercredi 02 octobre, il a plu cette nuit et ce matin, vent violent...Mais d’ou vient-il, ce mistral ??...

Le mistral (en provençal lou mistraoù, en languedocien mistral ou magistral, en catalan mestral, en corse maestrale) est un vent catabatique (du grec "katabatikos" qui veut dire descendant la pente, vent gravitationnel produit par le poids d’une masse d’air froid dévalant un relief géographique) et un vent de couloir, de secteur nord-ouest à nord, très froid en hiver et souvent violent, qui concerne le nord du bassin de la Méditerranée occidentale.

Le mistral, soufflant dans la vallée du Rhône et l’intérieur de la Provence est un vent très spécial et intéressant à observer. Il aurait le don de "rendre fou"mais heureusement, à Tourtour, il ne rend que "fada"..!.Essayons de savoir comment se forme le mistral, ses particularités, ses anecdotes et bien entendu ses avantages et défauts. 
Le mistral est un vent d’hiver, c’est à dire qu’il souffle souvent durant la période hivernale (s’étendant grosso modo de Novembre à Mars, juste avant la Fête de l’Oeuf), mais sa particularité c’est qu’il peut souffler en n’importe quelle saison notamment l’été en juillet.

Il est créé par le positionnement d’un anticyclone (champ de hautes pressions) sur les îles Britanniques et du positionnement d’une dépression (champ de basses pressions) sur le Golfe de Gênes. Entre cet anticyclone et cette dépression, les lignes de pression égale (dites isobares, les lignes que vous pouvez voir sur les premières cartes de la météo sur la TV par exemple) se resserrent dans la vallée du Rhône et créent donc du vent. 

Plus les pressions entre l’anticyclone et la dépression ont un grand écart entre elles, plus le vent soufflera violemment en vallée du Rhône. Dans ce cas, on appelle ça une tempête de Mistral. On enregistre une tempête de Mistral dès lors que les rafales dépassent les 105 km/h à 110 km/h entre la basse et la moyenne vallée du Rhône. Le record absolu de Mistral est 313 km/h au Ventoux le 15 Février 1967.
D’après certaines légendes anciennes, ce vent, quand il persiste au delà de 5 jours peut rendre fou les personnes les plus sensibles. Ceci se serait passé dans un petit village du Vaucluse où le mistral a soufflé durant 8 à 10 jours sans interruption. Ainsi, la moitié des habitants seraient devenus fous.
Quand on parle de Mistral, on pense souvent à ses inconvénients comme le ressenti glacial en hiver, une propagation rapide des incendies, des dégâts, une sécheresse des sols importante en surface, ou encore de l’arrivé des méduses en méditerranée. Mais il a beaucoup plus d’avantages que l’on ne pense comme en été, en période de canicule : s’il commence à souffler cela est signe que la fin de la canicule est proche. Il préserve l’écosystème provençal, il dégage le ciel, il empêche les pics de pollution, etc...

_____________________________

Mais comment se forme le Mistral ? Voyons encore un peu…le sujet est bien "technique" mais ceux qui sont intéressés ne le regretteront guère...

Lorsqu’une dépression (zone de basse pression propice aux pluies et donc au mauvais temps) se creuse dans le Golfe de Gènes ou du Lion, en Méditerranée, et qu’un anticyclone (zone de haute pression propice au beau temps) se forme dans le nord de l’Europe, les conditions sont réunies pour la formation du Mistral. La dépression draine des flux du nord qui s’engouffrent dans la vallée du Rhône. Comme il s’agit d’un rétrécissement entre les Alpes et le Massif Central, le Mistral s’accélère d’où sa vitesse ressentie et donc sa force. En fait, le Mistral est un ensemble de vents turbulents associés à des flux d’ouest à nord-est en passant par le nord.

Si vous voulez approfondir le sujet, vous pouvez aller consulter le site internet suivant : (en cliquant sur le lien bleu)

https://www.sirtin.fr/2011/03/02/comment-se-forme-le-mistral-qui-rend-fou/

Voilà pourquoi la Provence est connue pour son ciel bleu sans nuages. Et la lumière particulière du sud ? Non seulement d’être des vents turbulents, le Mistral est également asséchant par l’effet de Foehn. Quèzaco ? Il s’agit d’un vent froid et humide (rappelez-vous qu’il vient du nord) qui devient sec et chaud au passage d’un relief. Nous distinguons trois étapes :

 1) En amont, l’air suit le relief, se refroidit et se condense. Des nuages se forment.
 2) Il pleut sur le versant exposé au vent. La quantité d’eau présente dans le nuage diminue et de la chaleur est libérée.
 3) De l’autre côté de la montagne, sous le vent, l’air redescend plus sec et se réchauffe. Il n’y a plus de nuages car les gouttelettes d’eau se sont évaporées.

Bientôt, quand vous l’entendrez souffler très fort, vous ourrez vous souvenir de son histoire ...

Répondre à cet article

Mis à jour le lundi 11 novembre 2019