Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > Des micros pour les bancs....

Des micros pour les bancs....

 Des micros pour les bancs... 

Baudinard avait créé la sensation, il y a quelques mois, en installant sur sa commune, une douzaine de caméras pour assurer la sécurité d’un peu moins de 150 habitants : une décision qui a satisfait les baudinardiens mais qui a pu faire sourire de nombreux varois et autres...

A Tourtour, la municipalité ne s’est pas associée à cette démarche sécuritaire de fliquage visuel car les incidents sur le village sont rares . Par contre l’équipe conduite par Pierre Jugy doit faire face, depuis environ un an, à de sérieuses attaques insidieuses venues de plusieurs fronts offensifs. Les rumeurs, les insinuations, les sous-entendus, les racontards, les "on m’a dit que", les critiques assassines sont devenues très insistantes et plongent le village dans une psychose difficile à juguler.

La nouvelle équipe municipale (élue depuis 18 mois) se préoccupe de ce problème qui empoisonne la vie quotidienne villageoise et perturbe dangereusement les habitudes acquises . Les élus ne peuvent plus laisser cette situation s’aggraver et elle prend la cabrette par les oreilles (sachant que dans un deuxième temps, il sera nécessaire que ce soit le taureau par les cornes).

En bureau municipal restreint, nos élus (Pierre, Olivier, Patou et Marc) plus le conseiller spécial Titi, ont posé les cartes sur la table et ont étudié les diverses hypothèses : à partir de la situation constatée et vérifiée, comment peut-on y remédier ? Dans la salle VIP de la Bastide, les bonnes idées viennent mieux que dans la salle Escarelle, avec du Château Thuerry les solutions se trouvent plus facilement qu’avec le pichet de rosé des Meissugo et il est indéniable qu’au moment du digestif le résultat des discussions est alors plein d’intelligence et de cartésianisme politique.

Pour résoudre le problème il faut d’abord bien cibler les causes, bien délimiter les symptomes, bien cerner les responsabilités et évidemment établir un diagnostic fiable et dénué de subjectivité. Et force est de constater que nos représentants du village y ont totalement réussi. Rendons-nous compte !

Le premier point comporte un constat sur un site internet qui pose des banderilles, qui taquine le goujon, qui gratte où ça démange, qui veut nettoyer où c’est un peu sale, qui balaie devant les autres portes que la sienne, qui met l’allumette quand il trouve une mèche, qui met le doigt sur un endroit qui fait mal et qui n’hésite guère à enfoncer des portes que beaucoup veulent garder fermées : autrement dit, le site internet (rédigé par un certain lyonnais exilé aidé de son cousin de Camp-Fournier ) pollue l’atmosphère ordinairement préservée de toute atteinte bactériologique. Pourtant, quand les élus sont allés regarder de plus près, ils se sont rendus compte (tous les cinq) que les critiques émises, les provocations énoncées, les allusions salaces, les vannes délibérées, reposaient la plupart du temps sur des faits réels et avérés mais également que l’objectif poursuivi par le site était relativement louable puisqu’il visait d’abord le bien-être au village et la solidarité entre les habitants. Par exemple, Marc Lavergne, se fout totalement de ce qui est écrit dans le site mais s’est déclaré tout à fait compréhensif que l’on puisse le citer comme "Marc-Mal" après son mensonge éhonté à l’administrateur du site. En dernier lieu, les élus et leur mentor ont été bien obligés de reconnaître que ce site était estampillé et signé, qu’il était recommandé par Wikipédia (référence nationale) et que les effets n’étaient pas les plus pénalisants pour le village, contrairement à une autre source de polémique villageoise et de travail sous-marin .

Mais de quoi s’agit-il ? C’est plus grave que le site du lyonnais félé ? Moun dioù , moun dioù !
Les enquêtes diligentées par la municipalité ont conduit à l’évidence que la principale cause, que les premiers responsables étaient en priorité les habitués des bancs du village : les attaques portées par les "sages" de la commune, les vannes balancées par les tenants de la morale citoyenne, les conservateurs de la vérité, les grenouilles du bénitier du château ou des ruelles et enfin d’autres ringards bien installés sur leurs certitudes basées sur des règles qui remontent au temps des poèmes de Ronsard et Villon.

Comment faire la preuve de ces observations ? L’évidence a tranché : il suffit d’écouter ! Pour y parvenir, c’est relativement simple, on installe des micros ! Où ? Cocagne, on le sait tous : les bancs ! Celui d’Odette et Jo (peuchère, ils n’y sont plus mais la relève est assurée), celui de Rose, celui de Blanchard et celui de la montée de l’église, juste en face de chez Félix  sans oublier les bancs de l’église...

Bien sûr, ces travaux d’installation de micros vont représenter une somme conséquente mais la Mairie est maintenant persuadée qu’il faut agir au plus vite (en hiver, les bancs sont moins fréquentés). Dans quelques jours (en fait, ça sera la nuit) des micros ultra-sophistiqués et invisibles seront posés aux endroits stratégiques afin de recueillir les preuves tangibles et légalement recevables.
Les corbeaux anonymes, les critiqueurs à cagoule, les donneurs de leçons à bras raccourcis, les fracasseurs à boulets rouges, les défenseurs extrémistes de l’image provençale, les hystériques qui veulent juger sans l’être eux aussi.... tous ces personnages à double visage vont pouvoir réfléchir avant de sortir le fiel, tourner la langue sept fois avant de balancer le venin et surtout se croire investis d’une sagesse et d’une vérité à toute épreuve sous le couvert d’un anonymat confortable à souhait.   

Au bout de quelques jours d’enregistrement et de relevés de bandes, il sera facile de comprendre qu’un petit site internet référencé, déclaré et nominatif ne représente qu’un petit dixième de ce que ces bonnes âmes envoient comme roquettes dans toutes les directions sur leurs bancs préférés.

Alors Messieurs et surtout Mesdames, ne vous plaigniez pas qu’on parle de vous, vous passez vos journées à parler des autres et à les réduire en poussière. Et si vous voulez vraiment démonter, critiquer, ne vous gênez pas notre forum vous est gentilment ouvert : mais s’il vous plaît, pour une fois, mettez votre nom et votre prénom.....

  

 

 

Répondre à cet article

Stats | 2 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017