Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Autour de Tourtour... > Destruction de patrimoine

Destruction de patrimoine

 Destruction de patrimoine 

Au nom dont on ne sait trop quelle logique, les beaux pins, rescapés du grand incendie de 1982 le long de la route des 7 km, vont tomber bientôt sous les coups des tronçonneuses des équipes du Conseil général du Var.

 Quelle logique ? 

  • Nettoyage des bords de route pour la protection incendie ? L’argument tient peu, on l’a vu  : ce sont les seuls rescapés de l’incendie, défendus par les pompiers massés le long de la route. Et en l’absence de couvert arboricole la végétation herbacée se développe rapidement et peut offrir un terrain propice à un départ de feu malencontreux, accidentel ou criminel. Et au bord des routes, comme ailleurs, les grands pins sont plus les victimes que la cause des incendies. 
  • Risque de chutes d’arbres sur la chaussée ? Lors des dernières grandes tempêtes, pas un seul n’est tombé. Par contre, le long des bords de routes déjà traités les pins solitaires sont tombés en masse.
  • L’accident de voiture et le risque de collision ? Avec ou sans arbre la sortie de route, aux graves conséquences, est toujours possible. Ne convient-il pas mieux de protéger les automobilistes contre eux-mêmes ? 

 Alors ?

 Alors, si aucune de ces hypothèses ne tient la route, il reste encore une solution :

 La destruction de paysages

 Etonnant de la part d’un organisme qui promeut le tourisme et publie des dizaines de dépliants sur les sites enchanteurs du Var.

 Mais bon, est-on encore à un paradoxe près ?

 Les Tourtourains – et les autres – après celui de l’incendie, vont subir un nouveau traumatisme visuel. Eux s’en remettront.

 Je me pose simplement une question : Peut-on confier à une seule personne – un employé du département en l’occurrence – la décision de modifier durablement des paysages – véritable patrimoine varois – que nous vénérons tous ?

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2009 à 12:31, par Nathalie LT En réponse à : En attendant....

    Lors de ma dernière visite à Tourtour le week-end du 11 octobre, j’ai été surprise de constater la vitesse avec laquelle les arbres marqués étaient coupés et enlevés. Des coupes pare-feu je peux comprendre mais à ce niveau je te rejoins , j’ai eu l’impression que plus on arrive sur le village et plus on coupe.
    J’ai eu un coup au cœur et un coup de colère et je me suis dit plutôt que de râler sur la place faisons appel à ceux qui doivent savoir le pourquoi de ce « débroussaillage » : les élus.
    En lisant l’article on ressent ta colère envers le représentant du Conseil Général responsable de cette coupe ; pour ma part je ne pense pas qu’il ait agit sans l’aval de sa hiérarchie ni celle des élus du département.

    Donc le lundi 12 octobre, par ma plus belle plume j’envoyais un courrier demandant l’explication de ce grand nettoyage à M. Horace Lanfranchi, Président du Conseil Général du Var avec mise en copie :
    Madame Josette Pons, Députée du Var, Vice-Présidente du Conseil Général du Var,
    Présidente de la commission agriculture, développement rural et forêt ;
    Monsieur François Cavallier Vice-Président du Conseil Général du Var,
    Président de la commission environnement ;
    Madame Nicole Fanelli Conseillère Générale canton de Salernes ;
    Monsieur Pierre Jugy Maire de Tourtour.

    Après le courroux commença l’attente………
    Je savais que les réponses ne seraient pas rapides, le Président et les Vice-Présidents traitent la gestion du département, je peux comprendre. Au bout de 10 jours, quelle agréable surprise : une réponse de Mme Pons attestant ma requête et transmettant mon dossier au Directeur des routes transports et forêts. Certes je n’ai toujours pas de réponse mais j’ai été prise en considération, ça fait plaisir. J’aurai aimé avoir une réponse aussi rapide de la part de Mme Fanelli ou de M Jugy même si je n’habite pas dans le canton .

    Pour revenir au sujet, Michel peux tu me dire ou en est ce « grand nettoyage », pour préparer mon petit cœur, de mémoire dans le dernier virage tous les arbres devaient être coupés, voit-on mieux le panneau de la petite auberge ? et la bastide de Tourtour ? J’arrête la colère me revient et j’attends toujours mes réponses….

  • Le 2 novembre 2009 à 13:26, par Gilbert Giraud En réponse à : patience, toujours ...

    Bravo Nathalie pour cette action concrète qui place les élus devant leurs responsabilités et en particulier celle de la communication auprès des électeurs et habitants . Michel va répondre à ta question . Bises .

  • Le 26 novembre 2009 à 17:14, par brizolin En réponse à : lquand les services de l’équipement font leur bois pour l’hiver

    Bonjour,

    Vous posez trois bonnes questions, mais il en manque une : où va le bois coupé ?
    Des stères et de stères cela en fait beaucoup car ce que vous déplorez se passe à l’échelon national.

    Discrètement, sans jamais laisser une grosse branche ou un tronc sur les abords des routes(on pourrait les voir !), les commandos de l’Equipement , avec une ardeur irréprochable , taillent et abattent les arbres qui bordent les routes. Parfois le paysage est amélioré mais parfois , comme vous le dîtes c’est un site qui s’en va...

    Convenons que les beaux arbres , comme les belles filles pour les dragueurs, cela à de quoi éveiller bien des pulsions, bien des tentations
    Et on ne nous dit pas tout : où va le bois une fois coupé ?

    C’est comme si, ces arbres parfois centenaires, avaient été plantés là, exprès pour ces commandos qui sévissent en rase campagne, au mépris du droit des propriétaires selon un pouvoir exorbitant accordé aux services dits de l’équipement..

    Et vous avez encore raison, même si ces arbres sont sur le domaine public, le paysage construit , lui, est un bien public, il appartient à notre patrimoine. A ce titre il ne doit pas disparaître par décision ou caprice d’un seul, sans justifications et concertation.

    Et puis, encore une fois : mais où donc va le bois une fois coupé et qui en profitera ? Une fichu bonne question n’est-ce pas ?

  • Le 26 novembre 2009 à 19:42, par Gilbert Giraud En réponse à : Leur bois...

    A la question que vous posez, votre titre semble apporter une première réponse mais il n’est pas sûr qu’elle soit complète . Les services de l’équipement soustraient sans doute une infime partie du bois coupé pour leur usage mais on sait aussi que des habitants des villages concernés sont avec leurs camionnettes à l’affût des grosses "rapugues" pour s’assurer un hiver plus clément. C’est la débrouille qui peut effectivement comporter des dérives mais elle n’a dû s’opérer que sur une très petite partie du stock. Il avait été expliqué que les traces rouges sur les arbres (des points et des croix) correspondaient à la future destination des bois coupés : certains étaient destinés au chauffage et restaient sur la région , d’autres plus gros étaient prévus pour des scieries plus lointaines . Il nous reste à supposer que les appels d’offres ont bien fonctionné et que les millions de stères seront utilisés à bon escient, avec un souci au minimum écologique après une destruction assez réussie du paysage et du patrimoine .

Répondre à cet article

Stats | 2 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017