Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 11 . L’ Ecole . > L’école à Tourtour au début du XXème siècle. > Les jeux des écoliers de Tourtour . > Jeux de billes à l’école de Tourtour

Jeux de billes à l’école de Tourtour

 Jeux de billes à l’école de Tourtour 

 

 

 

Bien sûr, les billes sont encore présentes dans les cours de récréation : pas toujours (en fonction des saisons) mais souvent et elles offrent l’avantage de réunir filles et garçons autour de quelques lignes, pots, triangles...Il est vrai qu’à Tourtour, les écoliers du milieu du XXème siècle jouaient plus souvent avec les billes en terre. Le présent article rappellera de bons souvenirs aux anciens et apprendra peut-être quelques petits détails aux jeunes tourtourains (et d’autres..).
Un peu de pédagogie sur les billes : histoire, technique, règles, championnats, esthétique, sociologie... On peut parler de tout en parlant des billes...

Le jeu de billes est une activité calme, soumise à des règles relativement simples et précises mais il arrive parfois que les esprits s’échauffent pour l’obtention de l’agate ou du bigarot : à ce moment-là les enseignants conseillent très fort aux affolés du terrain de billes de se poser gentiment dans le coin réservé à l’activité relaxation-yoga-sophrologie...
(autrement dit, sur le côté, à l’abri..).

Le Jeu de billes Différentes billes.

Le jeu de billes  est un jeu très courant dans toutes les écoles. La façon la plus classique d’y jouer consiste à lancer sa bille sur celle de l’adversaire afin de l’obtenir. La collection et la recherche de billes rares jouent un rôle important dans le jeu.

Règles  

Il existe beaucoup de façon de jouer aux billes. Le but du jeu peut être de lancer ses billes dans un trou ou de les lancer sur d’autres billes.
Les règles du jeu de billes se transmettent oralement, et font partie de la culture enfantine.

Il existe cependant un certain nombre de jeux précis pour éviter des situations difficiles à résoudre (exemple de l’expression "c’était pour de faux"..).

Le cercle : Tracez un cercle de 30 cm de diamètre sur le sol. Chaque joueur dépose une bille au centre du cercle. Les billes doivent former un tas. Chaque joueur tient sa bille à hauteur des yeux et la laisse tomber sur le tas. Si une bille sort du cercle, elle devient la propriété du joueur. Si un joueur ne réussit pas à faire sortir une bille du cercle, celle qu’il a laissé sur le tas demeure au milieu du cercle. Le jeu continue jusqu’à ce que le tas ait disparu.

L’enclos (le parc) : Un jeu pour plusieurs joueurs. Tracez deux cercles - un cercle de 20 cm de diamètre appelé l’ "enclos" et autour de ce dernier, un cercle de 3,5 m de diamètre appelé la "barrière". Chaque joueur dépose une ou plusieurs billes dans l’enclos. Le premier joueur tire un calot, de n’importe quel point en direction de l’enclos. Les billes qu’il chasse de l’enclos deviennent sa propriété. S’il ne capture aucune bille, son calot demeure où il se trouve à condition qu’il soit à l’intérieur de la barrière et à l’extérieur de l’enclos. S’il se trouve dans l’enclos, il doit le ramasser et payer une bille à l’enclos. Les joueurs suivants peuvent tirer en direction de l’enclos ou du calot d’un adversaire. Si un calot touche un autre calot, le propriétaire du calot touché doit payer une bille à l’enclos. En plus de cette amende, le propriétaire du calot touché doit céder toutes les billes qu’il a capturées au cours de la partie au propriétaire du calot qui a touché le sien.

Le trou : Un jeu pour quatre joueurs normalement. Aux quatre coins d’un carré d’environ 1,5 m de côté, on creuse le sol sur environ 10 cm de diamètre et quelques centimètres de profondeur (un « pot »), et au centre du carré, on creuse un trou de la taille d’une bille (« le mille »). Les quatre joueurs partent des pots et cherchent à conquérir le mille et les pots adverses.

 Techniques de tir aux Billes 

La pichenette ("pichnet") est un coup où la bille roule sur le sol : la main est posée au sol (donc le joueur est accroupi), la bille est tenue entre l’ongle du pouce et l’index. Quand on veut lancer la bille, il faut pousser sur son pouce pour que la détente du doigt fasse partir la bille. C’est la technique la plus utilisée et elle est efficace pour "tirer" ou pour pointer.

 

 

 

 

 

La toupie :
On tient la bille entre les doigts (comme on veut) et on lance en faisant tourner la main (comme pour engager la course de la toupie)

La pince de crabe :
On prend la bille en la tenant au bout de 2, 3, 4 ou cinq doigts et on serre très fort pour que d’un seul coup la bille parte. (c’est au début assez difficile comme technique).

A la pétanqueur :
Suivant le jeu (quand la cible est lointaine) le joueur peut se tenir debout et saisir la bille dans sa main, entre les doigts ou dans sa paume, et envoyer la bille un peu comme le pétanqueur (bras qui balance en arrière). Dans cette position, tous les enfants nés sur le territoire de Tourtour (petit village provençal varois) sont génétiquement avantagés...

Quelques jeux dans la cour de récréation : 

le pot : celui qui ne connaît pas la règle du pot n’a jamais vu de billes...On lui laisse donc sa chance de découvrir ce jeu en ouvrant les yeux.

le triangle : au sol on trace un triangle équilatéral (les 3 côtés ont la même longueur) d’environ 15 cm de côté. On joue à 4 : chaque joueur pose 3 billes dans le triangle (donc 12 billes) . A 1,5m du triangle la ligne de tir : le but est de toucher les billes et toutes celles qui sortent du triangle sont gagnées par le tireur. Le choix du tir est libre : debout, accroupi, à la toupie, en crabe... Pour déterminer l’ordre des joueurs, on "pointe"une bille de la ligne de départ vers le triangle : celui qui arrive le plus proche de la basedu triangle commence en premier. Puis celui qui arrive ensuite tire en second.... 

La rigole : nous avons tracé une ligne droite sur le goudron, nous avons creusé avec des burins et des marteaux, nous avons coulé du ciment pour faire une petite rigole. On joue à 2, 3 ou 4 : le but est de pointer vers la rigole. Le premier qui arrive à poser sa bille dans la rigole gagne les autres billes en jeu. Pour l’ordre de passage, on pointe pour arriver le plus près de la ligne sans la dépasser : le premier, puis le second....

Les noms de billes et leur fabrication :

 

 

 

 

 

 

Les billes à jouer sont des sphères qui peuvent être de tailles différentes (de 1,5 cm à 7 cm de diamètre). Elles portent des noms différents, fonction de leur taille : du plus petit au plus grand, on a : mini, normale, « boulons » ( ou berlons ), « maxi boulons », boulard, « maxi boulard », mini calot, calot (ou parfois galot), maxi calot, mammouth, aigle, planète, oeil de chat, céramique, blanche, paillette....

Les billes classiques sont faites de verre plus ou moins teint, décorées en leur centre par une ou plusieurs bandes colorées que l’on aperçoit par transparence. Certaines billes sont faites de verre multicolore, plus ou moins opaque, pouvant aller jusqu’à l’apparence de la porcelaine. D’autres, qui commencent à prendre plus de valeur, sont faites de terre cuite vernie.

 

En fonction de leur décor et de leur conformation, elles portent souvent un nom : l’œil de chat, l’agate, le barouleau, la porcelaine, la tornade, l’œuf (qui a l’une des plus grandes valeurs), la pépitée, la terre, la givrée, la neptune bleue, la neptune rouge, le canari, l’ASM, la galaxie, l’araignée, la tigre, la lion, l’essence, la cuivre, le trou noir, la mer bleue, bulle d’eau…

Histoire des billes et des jeux de billes.

L’origine du jeu de bille reste inconnue. La première apparition connue semble remonter à la Grèce antique où l’on pratiquait la troppa ; le but du jeu était de lancer un maximum de petits objets ronds dans un trou. Pareillement, les Romains jouait à l’orca, jeu où il fallait lancer des noix ou des noisettes dans un vase.

La plus vieille bille pourrait avoir 6000 ans, elle se trouve au musée d’Oxford.

Entre le Moyen Âge et la Renaissance, la bille, qui était jusqu’alors un objet écologique, devient un objet artisanal. Certains maîtres verriers vénitiens auraient en effet produit des billes au XIVe siècle. En bois ou métal, de forme grossièrement sphérique, elles sont alors appelées gobilles. Toutefois, malgré cette évolution progressive de la bille, ce n’est qu’au XVe siècle que les jeux s’organisent et que les règles se mettent en place, de façon orale.

Le XVIIIème  siècle, siècle des Lumières et des Encyclopédistes, voit se développer un intérêt croissant pour les jeux et les jouets, ainsi qu’une nouvelle conception de l’éducation avec Rousseau. On assiste également aux balbutiements de la Révolution industrielle. Consécutivement à ces mutations, les billes s’arrondissent parfaitement. Les matériaux de fabrication, quant à eux, se multiplient ; tout d’abord en terre, la bille peut également être de verre, de pierre, d’agate, de marbre, etc.

D’autres sources soutiennent que le jeu de billes vient du fait que les jeunes Japonais commencèrent à retirer les billes des bouteilles de Ramune (composées du systeme "Codd-neck") peu après leur introduction en 1876. (la bille servait à l’obturation totale du goulot avec gaz).

Les billes en terre : 

Créée en 1876 dans la Drôme par Alexandre Barral, la société familiale commença par fabriquer des billes en pierre, avant de se lancer en 1928 dans la production de billes en terre cuite. Celle-ci cesse en 1935 et durant la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de combustible conduisant à abandonner la cuisson. Les billes sont désormais fabriquées avec un mélange de chaux et de ciment artificiel, mais on continue de les appeler "billes en terre". Face à la concurrence des billes en verre d’origine asiatique ou américaine, les Barral sont contraints à fermer l’usine en 1984. De 1985 à 1998, la bille reste présente dans la région par l’intermédiaire du musée qui lui est dédié, exploité par la famille Guilhot, propriétaire du bâtiment. En 1998, Monsieur Desbois relance la production de billes en terre en créant la société Billes et Traditions, mais des difficultés économiques le contraignent à fermer fin février 2009. L’usine a été rachetée (machines et savoir faire) par M. Yves Renou et s’est installée à Saint Maurice les Brousses en Haute Vienne près de Limoges depuis mars 2009. Au sein du bâtiment d’origine à Mirabel et Blacons, le musée de la bille est aujourd’hui géré par l’association "L’Usine à Billes", qui a pour but sa réhabilitation et la rénovation du bâtiment. Il retrace l’histoire des fabriques drômoises (Saoû, Cobonne et Mirabel et Blacons) qui ont été les principales usines françaises de billes à jouer. (vous pouvez voir le lien usineabilles.over-blog.com/ ).

D’ autres renseignements sur les billes : : 

_________________________________

 

 

Vos commentaires

  • Le 30 mars 2011 à 21:58, par Goure En réponse à : Jeux de billes

    Hormis quelques lignes lisibles , je n’ai pas pu lire le texte.
    Est-ce signalé par d’autres lecteurs ?

  • Le 30 mars 2011 à 22:40, par Gilbert Giraud En réponse à : Lisible ...

    L’article n’a que quelques heures de publication : pour l’instant (ce soir, 30 mars à 22h40, pas d’autres difficultés de lisibilité signalées. Je demanderai demain matin à quelques lecteurs. Bonne nuit .

  • Le 17 avril 2014 à 08:42, par Fran6 En réponse à : Tout sur les bouteilles à bille

    Pour tout savoir sur les bouteilles à bille , allez donc visiter mon blog :

    lesbillesafran6.blogspot.com

Répondre à cet article

Stats | 19 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 18 octobre 2018