Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > La végétation , la flore :arbres, fleurs, champignons > L’ Olivier .

L’ Olivier .

L’ Olivier .  

 

    

Parler de l’olivier quand on s’appelle Giraud n’est pas une entourloupe mais quand on ne se prénomme pas Michel, cela devient un acte kamikaze... Mon cher cousin va me tirer dessus à coups de chevrotines quand il va relever tel adjectif mal placé, tel adverbe mal employé, tel chiffre mal calculé....
C’est normal ! Lui, il connaît bien les oliviers ! Il les plante, il les traite, il les soigne, les taille, les bichonne et il en récolte les fruits... Il a prsque tout lu sur l’olivier, il a fait des conférences dans de nombreux colloques et symposiums oléïcoles européens.
Allez Michèou, ne m’en veux pas trop ! et je compte sur toi pour me faire corriger tout ce qui n’ira pas ! Mais n’oublie pas que les oliviers de Camp-Fournier, je les ai vus avant toi... 

L’olivier  

Symbole de paix, de sagesse et d’éternité, généreux présent des Dieux, l’olivier est un arbre d’exception qui opère une véritable fascination. Sa silhouette noueuse d’une noble beauté évoque le soleil, la chaleur et le chant des cigales. Son feuillage gris vert persistant en fait toute l’année l’un des plus beaux arbres. Sans oublier ses fruits à cueillir, si vous habitez au Sud de la Loire et savez faire preuve de patience. Il connaît aujourd’hui un succès sans précédent, au point même de susciter des pratiques condamnables, comme l’arrachage de sujets plusieurs fois centenaires dans le sud de l’Espagne, en vue d’une commercialisation plus au nord de l’Europe ! On soutient volontiers qu’il est possible de l’acclimater un peu partout en France, dans les jardins ou sur les balcons.
On voit de nos jours des oliviers de bonne taille vendus dans les jardineries et dans les grandes surfaces, au Sud bien sûr mais aussi à Lyon et même à Paris. Il n’y a plus de saisons...
 

Symbolique

olivier en bacL’olivier (olea europea) doit sa symbolique à une puissance de végétation exceptionnelle. Cet arbre à feuilles persistantes possède une longévité hors du commun. Malgré le feu ou le gel, même si son tronc est détruit, l’olivier repousse inlassablement, fidèle à la vie, tourné vers la lumière. Les oliviers vivent de nombreux siècles et la beauté sereine des sujets matures, leur magnifique tronc noueux soulignent cette impression de force et de sagesse qui nous touche tant.

Une forte présence

De croissance lente, l’olivier s’installe pour de longues années. Il apporte au lieu qu’il habite une présence incomparable. Le tronc de l’olivier est gris noir, strié, souvent noueux et crevassé. C’est un des atouts ornementaux de cet arbre lorsqu’il prend un aspect torturé qui s’accroît avec l’âge. Son feuillage persistant aux reflets argentés compose un décor permanent. D’avril à juin selon les régions et les variétés, les fleurs blanches éclosent par centaines, portées en grappes sur les branches. La nouaison, qui marque la formation de l’olive, commencera en juin. Le fruit est d’abord vert tendre, puis il grossit et change de couleur, devenant violet, puis noir.
Souvent, les estivants découvrent que l’olive noire est la même que celle qui était verte : ils pensaient que les arbres n’étaient pas les mêmes et que l’olive verte poussait sur un olivier spécial ! 

Au soleil !

Soyons honnête, au nord de la Loire, votre olivier ne produira guère d’olive. Il sera en revanche un magnifique arbre d’ornement, hors du commun, transformant de sa seule présence le jardin ou la terrasse qui l’abrite. Si les hivers sont assez doux, vous pouvez le cultiver en pleine terre, dans un lieu protégé de votre jardin, car il supporte les températures jusqu’à –10°C. Dans les régions aux hivers plus rudes, il faudra le cultiver en bac, afin de le rentrer durant l’hiver, dans une pièce sèche, fraîche et lumineuse. Sachez que l’olivier a une aptitude remarquable à la transplantation et à la culture en bac. Vous pouvez ainsi le déplacer à volonté, même adulte. La manutention d’un sujet centenaire mérite cependant l’expertise d’un professionnel.

Faire sa propre huile d’olive ?

En région méditerranéenne, vous pouvez espérer produire votre huile personnelle ! Il vous faudra être patient, car un olivier ne produit guère avant sa 12e année (au mieux sa 5e année, dans les meilleures conditions de climat et de soins). Un arbre produit en moyenne, de 15 à 50 kg d’olives. Comme il faut de 5 à 6 kilos d’olives pour fabriquer un litre d’huile, chaque arbre permet, d’obtenir de 3 à 10 l d’huile d’olive, selon les variétés. S’il n’est pas taillé, l’olivier ne fructifie qu’une année sur deux.

L’olivier est surtout beau tout seul en isolé, mais il sera aussi remarquable en compagnie de lavandes et de romarins dont les nuances de feuillage composent un joli camaïeu et soulignent l’ambiance de soleil que vous avez choisie pour votre décor.

Sur un balcon ?

L’olivier s’adapte plutôt facilement à la culture en bac s’il bénéficie d’une exposition ensoleillée et à l’abri des vents. Prévoyez un bon drainage et laissez la terre se dessécher entre deux arrosages. Choisissez une belle poterie de terre cuite et complétez la scène avec quelques pieds de lavande

Clefs du succès

Il aime

Le soleil, la chaleur (une exposition sud), les sols secs et bien drainés, une longue période estivale.

Il craint

L’humidité, l’olivier étant un arbre très résistant à la sécheresse, il nécessite des arrosages modérés. Évitez aussi les expositions aux vents très forts.

Plantation

En règle générale, l’olivier se plante au printemps (entre la mi-mars et la mi-juin) dans la zone oléicole française, à l’exception de la Corse et du Roussillon où il est possible de planter dès l’automne. Soyez prudent, les plants supportent très mal des températures inférieures à - 6°C durant les premiers mois suivant la mise en place.
Les pépiniéristes proposent toujours les plants d’oliviers dans des pots (ou conteneurs) en plastique. Conservez la motte intacte. Mais démêlez les racines qui ont commencé à former un chignon dans le pot. Il ne faut pas étêter les plants.
Le jeune olivier est enterré d’environ 5 cm par rapport à la à la surface de la motte. Installez un tuteur de 2 m à 2,5 m de haut et de 5 à 8 cm de diamètre dont le matériau est capable de résister au moins 3 à 4 ans aux intempéries (châtaignier). Enfoncez-le d’au moins 60 cm dans le sol. Prévoyez une cuvette de 50 cm de diamètre environ autour du plant. Remplissez la cuvette d’eau (10 à 20 l par plant) afin de bien tasser la terre autour des racines. Pour terminer, attachez l’olivier à son tuteur, mais sans le serrer.

Distance de plantation : de 6 à 8 m en tous sens. Il est bon de ne pas trop serrer les oliviers ce qui favorise une bonne production et réduit les risques de maladies.

   

Sol

Léger, bien drainé, même pauvre et calcaire. Il faut éviter les terrains humides dans lesquels l’eau circule très lentement. Les sols filtrants comportant des graviers ou des cailloux seront préférés aux terres trop argileuses et asphyxiantes. L’olivier n’est pas très sensible aux variations de pH (acidité/alcalinité) du sol. Dans les sols franchement acides ou basiques, il faut privilégier les variétés traditionnelles locales. Par exemple ‘Olivière’ dans les sols acides du Roussillon, ‘Aglandau’ dans les sols très basiques de la vallée de la Durance, etc.

En bac

Prévoyez un bon drainage au fond du contenant. Arrosez seulement quand la terre est sèche. Rempotez tous les 2 ou 3 ans, juste avant l’éclosion des feuilles. Taillez environ un tiers des racines.

  

Exposition

Chaude et ensoleillée. L’olivier résiste au gel jusqu’à -15 °C environ, à condition de bénéficier d’un hiver sec. Il a besoin d’un été chaud et long pour mener à bien sa fructification. Évitez les zones aux risques de gel élevés : bas-fonds, bord de rivière, altitude supérieure à 300 m. Les meilleurs lieux de culture se situent sur les pentes orientées au sud des coteaux.

    

  

Climat

L’idéal est la zone climatique de type méditerranéen. L’olivier est susceptible de réussir ailleurs, à condition qu’il soit planté à l’écart des grands froids. Pour la production, ne rien attendre en dehors de sa zone naturelle de culture...

Résistance au froid

De – 6 °C à -10 °C pour les jeunes arbres au tronc de moins de 10 cm de diamètre. De – 12 °C à – 20 °C pour les oliviers adultes à l’écorce épaisse. La résistance au froid dépend de l’exposition et surtout du sol, une meilleure tenue étant observée dans les zones pas trop ventées et les terres sèches.

    

Taille

L’olivier est un arbre qui nécessite une taille annuelle. Il faut discerner les tailles favorisant la production de fruits et la taille purement esthétique. La taille esthétique a pour but de former un tronc unique en éliminant les branches. Elle sera effectuée en fin d’hiver (entre le gel et la floraison) et tendra à former une couronne évasée qui exposera toutes les feuilles à la lumière.

Attention aux lapins !

Après la plantation, prévoyez une protection contre les lapins. En effet, dans ses 3 à 5 premières années, l’olivier est très prisé de ces rongeurs qui dévorent l’écorce jusqu’au bois, ce qui entraîne l’arrêt de la circulation de la sève, provoquant le dessèchement de la partie supérieure de l’arbre. La mise en place d’un grillage, d’un filet ou d’un manchon de plastique autour du jeune olivier le protégera efficacement.

Vous pouvez aller consulter 2 sites intéressants consacrés à l’olivier.
http://www.olivierdeprovence.com/
http://www.mon-olivier-de-provence.com/olivier-de-provence.html 

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 17 novembre 2017