Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 01 . Les fêtes au village (dont la Fête de l’Oeuf) > L’aioli monstre . > L’aïoli monstre 2020 à Tourtour, la pommade dans tous ses états en terrasse (...)

L’aïoli monstre 2020 à Tourtour, la pommade dans tous ses états en terrasse ...

L’aïoli monstre 2020 à Tourtour, la pommade dans tous ses états en terrasse...

Cette année, Covid oblige (mais la même Covid qui n’a rien bloqué à Vérignon ou Villecroze et d’autres villages où le repas a eu lieu !), l’aïoli monstre ne s’est pas déroulé sur la Place des Ormeaux... Pas tout à fait, puisqu’une partie des tablées de terrasses était sur la place et que deux autres lieux étaient occupés pour "la Table" et la Mimounia...

Il faudra peut-être qu’un jour on puisse savoir pourquoi on a autorisé chez nous des événements que nos voisins ont préféré annuler ou interdire, mais également pourquoi on aura supprimé certaines autres festivités alors que d’autres communes limitrophes ont décidé de les maintenir... Quels sont les critères de décision, quels sont les instances décisionnaires, pourquoi aucune concertation entre les communes voisines ? D’aucuns voudront voir dans ces interrogations une forme de polémique inutile, d’autres seront sans doute préoccupés par des incohérences qui pourraient avoir ou auront des conséquences que nul ne peut déjà envisager. Il n’est pas très difficile, en campagne électorale, de promettre clarté, transparence et vérité dans la conduite des affaires communales et en particulier dans la prise de décisions mais il semble bien plus complexe de se souvenir de ce que l’on avait promis aux électeurs... Il ne sera pas nécessaire de se justifier sur le choix du dessert ni l’accompagnement de la cuisse de poulet pour le menu de la cantine mais il sera, par contre, très facile d’imaginer que les pages facebook tenues par la Mairie ou les structures péri-municipales puissent nous informer avec un peu plus de pédagogie qu’une simple déclaration liminaire. Quand on a vu les terrasses tourtouraines avec des distances de sécurité aussi larges que les carottes servies avec la marlusse, on se met alors à se demander quel était le problème de disposer, comme d’habitude, les tables sur la place en les espaçant un peu, ce qui aurait été un respect des mesures sanitaires encore mieux observé que sur les terrasses... Le futur Comité des Fêtes sera bien placé pour revenir à l’organisation traditionnelle et les idées sont déjà les bienvenues...

Toujours est-il que les restaurants se sont retrouvés (sauf la pizzéria "la Place") autour d’un même projet collectif, l’aïoli monstre ... Chacun a choisi sa formule : le tout compris avec aïoli vin, dessert, café ou bien une entrée et aïoli avec vin et dessert en sus... La note finale s’est située entre 22 et 30 euros mais cet aspect purement pécuniaire n’avait pas grande importance pour les convives qui se sont tous régalés. 

...Une des assiettes proposées sur la place...

Les tourtourains sont un peu plus attentifs au contenu de l’assiette aïoli qu’un hollandais arrivé depuis deux semaines dans le Haut-Var et qui ne connaît pas le vrai plat provençal ... Des villageois ont effectivement regretté le manque d’escargots, ou de bulots, la pénurie de tentacules de poulpes...D’autres auraient bien voulu deux patates... Ou préféré que la carotte ne soit pas épluchée mais que l’oeuf dur soit écalé...Que la pommade soit un peu plus chargée en huile d’olive... Mais, comme toute recette du patrimoine culinaire de notre territoire haut-varois, les petits détails foisonnent et chacun y va de sa théorie immuable puisqu’elle vient de la mémée, de la tantine ou de la vieille cousine et qu’elle est - par atavisme ou héritage familial - la seule, la vraie, l’unique, l’inégalable...

Parmi les pommades présentées aux convives, la photo ci-dessus nous montre un aïoli sacrément charpenté... On a l’habitude de dire qu’une pommade est réussie quand le pilon tient droit, tout seul, au centre du mortier ... Eh bien là, le problème c’est que l’aïoli est si compact que l’on ne peut même plus y planter le pilon... Comme on dit, c’est un métier !!... Aucune ménagère du village ni aucun tourtourain ne pourra jamais monter une pommade aussi costaude !

Ahlala..ils sont forts ces chefs de cuisine... On dirait presque qu’ils ont des secrets qu’ils ne veulent pas dévoiler...

L’idée de Brigitte d’organiser l’aïoli monstre en liaison avec les restaurants du village aura été un indéniable succès... Faute de grives on mange des merles, dit-on... Ce n’est pas grave, au contraire, cette année les grives avaient attrapé un virus bien invasif !... 

Répondre à cet article

Mis à jour le mardi 13 avril 2021