Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 05 . Commerces et entreprises du village. > Maçonnerie, construction, terrassement, BTP . > L’exploitation de la carrière de Tourtour .

L’exploitation de la carrière de Tourtour .

 L’exploitation de la carrière de Tourtour .

 
Lors du dernier conseil municipal d’avril 2011, l’ordre du jour prévoyait le vote sur l’extension de la carrière de la famille Giraud : une partie sur l’emplacement actuel et une autre exploitation sur un terrain proche de la carrière de Pilabre . Cette extension est demandée car les possibiltés d’exploiter le lieu actuel vont arriver à expiration (les roches n’étant pas un matériau "renouvelable "). 

Le conseil municipal n’a pas discuté de la question et a donc reporté le débat . Le maire a demandé aux conseillers de prendre connaissance du dossier (un exemplaire confié à chacun) afin que la prochaine rencontre puisse être d’abord organisée en "bureau municipal"). Il faut espérer que la discussion puisse également avoir lieu en conseil municipal (c’est à dire en présence de l’assistance de quelques tourtourains dans la salle) : il serait fort dommage que le dossier soit abordé en "catimini" et que le conseil ne soit que l’instance pour entériner le vote déjà acquis avant la séance publique ... Le procédé est classique et il faudra se méfier que notre village ne soit le théâtre de pratiques aussi vicieuses destinées à cacher le débat. 
L’extension de la carrière est une nécessité économique pour l’emploi sur notre commune et l’autorisation du conseil municipal est obligatoire afin de préserver la situation budgétaire de cette entreprise et la poursuite des activités pour les salariés concernés .
 

 

Bien sûr, certains ne sont pas tout à fait dans cette optique et ils se battent pour l’arrêt de l’exploitation des carrières Giraud (Tourtour) et De Bresc (Aups) : par exemple, l’ADSECA se bat pour mobiliser la population aupsoise (et tourtouraine) pour condamner l’exploitation des carrières . Notre site se positionne fermement pour que l’extension soit autorisée par la municipalité de Tourtour afin de préserver dans un premier temps les conditions d’exploitation et le personnel salarié existant . 
Le commissaire enquêteur a donné une liste de contraintes administratives et juridiques qui correspondent aux textes légaux en vigueur : l’entreprise Giraud les applique avec sérieux et responsabilité et rien ne devrait donc s’opposer à ce que le conseil municipal de Tourtour signe l’autorisation pour l’extension de la carrière .

Un détail : il n’existe pas de structure tourtouraine opposée au projet . L’ADSECA est aupsoise mais nous leur laissons "la parole" puisque certains passages de leurs textes coitent notre village et veulent l’inclure dans leurs démonstrations . Il faut donc lire avec précision et faire le tri ...
Un autre détail : les dates remontent à 2009 et 2010 mais il faut comprendre que ces dossiers sont "lents" par suite de formalités compliquées, de textes légaux qui sont à réactualiser, des normes environnementales qu’il faut rajouter... et cela conduit à des procédures qui s’éternisent . On peut même, parfois, se heurter à des conseils municipaux qui sont reportés ... Et ça dure encore un peu plus ...

Ci-dessous, information sur la position de l’association opposée au projet d’extension  :

ADSECA : Association de Défense des Sites et de l’Environnement de la Commune d’Aups

L’entreprise GIRAUD de TOURTOUR a déposé une demande d’autorisation d’exploitation d’une carrière (capacité 90 000T) et des installations de concassage correspondantes au lieu-dit le Pilabre, c’est-à-dire en amont de la carrière actuelle exploitée par MM DE BRESC et FAURE.

Ce projet est bien situé sur la commune de TOURTOUR mais affecte en fait essentiellement celle d’AUPS puisque le transport de ses produits ne peut se faire que par le territoire aupsois (chemin du Pilabre et D77). Ceci explique que l’enquête publique qui a eu lieu en avril sollicitait l’avis de notre municipalité et a provoqué des réactions écrites de l’ADSECA ( Association de Défense des Sites et de l’Environnement de la Commune d’Aups ) et d’un certain nombre de résidents.

Notre association a clairement fait savoir son opposition au projet GIRAUD comme elle l’avait fait il y a huit ans à un projet tout à fait comparable à M DE BRESC et pour les mêmes raisons. Rappelons que cette opposition appuyée par le Conseil Municipal d’Aups et une pétition qui avait réuni près de 900 signataires avait été l’acte fondateur de l’ADSECA et avait abouti à la remise en cause du projet. 
Nous avons fait part de notre hostilité à ce projet aux Maires d’AUPS, TOURTOUR, VILLECROZE, aux Conseillers Généraux des cantons d’AUPS et SALERNES,à M. le Sous-Préfet de BRIGNOLLES et M. le directeur de la D.D.E. d’AUPS.

Le dossier déposé par M. GIRAUD auprès de l’administration est caractérisé par les points suivants  :

Absence de toute démonstration de besoins locaux justifiant d’ajouter 90 000 T de matériaux aux exploitations actuelles (DE BRESC 50 000T GIRAUD à TOURTOUR 10 000 T)

Quelques aspects environnementaux ne sont pas suffisamment pris en compte.

Minoration évidente des conséquences prévisibles du projet sur le trafic routier autour de la carrière et particulièrement dans les limites territoriales d’Aups et son centre habité, déjà victime d’un accroissement considérable et bien mesuré par la DDE (moyenne de trafic en centre ville atteignant 11 000 véhicules par jour en périodes de pointe) .

Outre la nécessité de procéder à des contre-études environnementales de manière objective, l’ADSECA a demandé à l’administration et à la commune d’Aups pourquoi les arguments ayant justifié le rejet de la proposition de 2001 ne justifieraient pas à eux seuls de repousser le projet nouveau alors que les fondements de ces arguments sont encore plus valables en 2009.

Inadaptation évidente du réseau routier actuel à l’accroissement d’un trafic poids lourds autour et dans AUPS (surtout compte tenu du report permanent du projet de contournement urbain)

Nécessité de préserver à tout prix une des richesses touristiques de la zone TOURTOUR - AUPS

Absence de toute retombée économique d’un tel projet pour AUPS, principale commune concernée par ces nuisances et même en dehors de l’aspect fiscal pour TOURTOUR (pas de réelle création d’emplois) 

La position ambigüe de la municipalité d’Aups –approbation sous réservesest totalement contradictoire avec celle qui avait été prise en 2002.

L’ADSECA demande donc que l’administration procède d’abord à des études approfondies sur le trafic routier concernant AUPS avant de prendre une décision. Elle souhaite également une mobilisation plus grande des habitants de la commune.

AVIS DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

La commissaire enquêteur, Mme CHEVRET, a remis fin avril 2009 son avis à la Préfecture, à la suite de l’enquête publique menée du 2 mars au 3 avril 2009.

 
L’ADSECA vient seulement d’avoir connaissance de ce document(8/07/09), compte tenu de délais administratifs divers.
 
Cet avis exprimé dans un document de 10 pages clairement formulé est favorable à l’exploitation de la carrière, tout en reconnaissant que les nombreuses garanties promises par l’entreprise GIRAUD devront être réellement mises en application :
 
·  Conditions de fonctionnement du site
·  Protection de l’environnement en cours et en fin d’exploitation
·  Contrôle des effluents locaux, émissions sonores, poussières, etc.
·  Prévention des incendies, ...
 
Les remarques formulées par l’ADSECA ont été relevées et apparaissent dans le rapport sous formes de recommandations, suggestions et demandes d’études supplémentaires. Ainsi :
 
  • Notre insistance sur l’aggravation de l’insécurité routière sur la RD 77 a été perçue même si insuffisamment prise en compte. Mme la Commissaire Enquêteur reconnaît cependant « l’exiguïté de certaines voies et suggère une campagne de comptage sélectif des poids lourds ».
  • Il est préconisé « un arrosage systématique de tout chargement et l’aspersion des pistes et aires de manœuvre par temps sec ».
  • Sur « l’incidence négative du trafic poids lourds sur l’activité touristique locale et par conséquent sur l’économie du secteur, il est suggéré de demander aux autorités compétentes une consultation des acteurs du tourisme et de l’agriculture avant de se prononcer sur ce dossier » 

L’ADSECA se propose de contacter le Conseil Général (Direction des Routes) pour obtenir la mise en place rapide de comptages sérieux permettant de suivre dans le temps l’évolution réelle du problème et veiller à ce que les acteurs locaux du tourisme soient consultés.

 _______________________________________________________

Compte-rendu de l’entrevue de l’ADSECA avec Mr Antoine Faure, maire d’Aups le 11 décembre 2009 :

Le dossier de demande d’autorisation de M. GIRAUD d’exploiter une nouvelle carrière à Tourtour est en cours d’examen par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, Aménagement et Logement – ex DRIRE). Cet organisme devrait rendre ses conclusions fin décembre. Ensuite, la Préfecture de Toulon convoquera la commission des carrières laquelle communiquera son avis au Préfet. L’ADSECA se tient régulièrement informée du déroulement de la procédure et manifestera à nouveau son opposition à ce projet lorsque les représentants de l’environnement membres de la commission seront consultés et amenés à se prononcer.

__________________________________________________________

Commentaires (du rédacteur du site ) :

**  " en dehors de l’aspect fiscal pour TOURTOUR (pas de réelle création d’emplois) " : à défaut de ne pas créer d’emplois (ce qui n’est pas vérifié), la carrière permettrait de conserver l’état actuel, ce qui est déjà une bonne chose (par exemple, pour les salariés actuels )...

** " obtenir la mise en place rapide de comptages sérieux permettant de suivre dans le temps l’évolution réelle du problème " :  l’extension de la carrière supposerait évidemment des travaux sur les routes empruntées mais il faut reconnaître que ces travaux seront de toutes façons nécessaires pour des raisons évidentes de sécurité . Certaines portions ont déjà été élargies et le Conseil Général devra poursuivre les efforts que la population réclame (camions ou pas !).

** " nécessité de préserver à tout prix une des richesses touristiques de la zone TOURTOUR - AUPS " : il est bien évident que nous sommes arrivés à un tel niveau d’hypertourisme (ce que je m’amuse à appeler ironiquement le " tourtourisme " sur notre village ) que nul ne peut faire quoi que ce soit sans que l’on ne cherche si l’impact touristique sera positif ou pas ... C’est devenu le mètre-étalon de toute activité humaine, de toute réflexion ... Sans aucun doute, il faut tenir compte de l’aspect touristique mais on sait très bien qu’à force de trop tirer la corde, on arrive à la faire casser , c’est bien connu ! Alors, on peut faire comme la couche d’ozone et se dire que ce n’est pas encore trop tard et que donc on peut encore faire comme si rien ne se passait ... Oui, mais hélas, les exemples sont nombreux de villages qui se sont grillés à petit feu à force de scier la belle branche sur laquelle ils étaient assis ... 
Si les richesses touristiques de notre village consistent maintenant à ce que des restaurateurs mettent des pots de fleurs artificielles autour de fontaines publiques (ça évite donc même pas d’ arroser) et que plus personne ne peut donc accéder à la dite fontaine (qui reste pourtant une particularité de notre patrimoine ) on peut donc se féliciter de ce genre d’ineptie qui condamne le village à plus ou moins brève échéance ... Si nos richesses touristiques consistent également à ce qu’une magnifique place de village provençal soit devenue l’équivalent de la zone commerciale et industrielle de Saint-Laurent du Var à force de panneaux, de guirlandres et d’affiches, alors OK ! continuons et saluons nos richesses !! 
Chacun réfléchit selon divers paramètres et les options en découlent : par exemple, pour le dossier de la carrière, le tourisme ne doit en aucun cas gêner l’activité économique de l’ entreprise et ses salariés : cela correspond bien à la position que devra soutenir la municipalité . Il restera ensuite à expliquer cela à nos amis aupsois (surtout les membres de l’ADSECA..).

** " un arrosage systématique... aspersion des pistes par temps sec " : cette question relève du bon sens et du savoir vivre ensemble : des discussions entre l’entreprise et les habitants du futur lotissement de Beauvezet aboutiront à une entente et la gêne occasionnée sera nulle... On comprend facilement que les propriétaires de maisons France-Confort à 300 000 € jusqu’à 550 000 € n’aient pas envie de manger de la poussière et cette contrainte sera évidemment prise en compte par l’entreprise Giraud . Et mine de rien, pour arroser le chemin , la source du village est à 400 mètres, ça facilite les choses (n’est-ce pas Fabien ?..).

____________________________________________________________

Il reste donc à patienter pour que le dossier soit examiné rapidement en conseil municipal : le maire a déclaré que les choses devaient pouvoir se régler rapidement et nous espérons donc que l’entreprise Giraud puisse être rassurée rapidement sur son sort et celui de ses salariés .

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017