Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 10 . Le Pastis (le pastaga). > L’invention du pastis .

L’invention du pastis .

L’invention du pastis .   

 Dans l’article "de l’absinthe au pastis", vous avez un certain nombre de renseignements sur l’origine du pastis. Encore quelques petites précisions... 

Henri Louis Pernod  installe à PONTARLIER (Doubs) une des toutes premières distilleries à base d’absinthe  et la préparation perd rapidement sa réputation thérapeutique pour devenir une boisson rafraîchissante malgré son taux d’alcool de 72 degrés. 
Cette boisson devient rapidement un phénomène national, et un problème majeur de santé publique, ce qui conduit à son interdiction en 1915. A partir de 1920 une législation mise en place réglemente le degré d’alcool à 30° puis à 40°.
 
 C’est un Marseillais Paul RICARD Paul Ricard peindra plus de 700 tableaux qui en 1932 alors âgé de 23 ans, crée l’apéritif que nous connaissons aujourd’hui . Celui-ci fils d’un marchand de vins de Sainte-Marthe, quartier de Marseille va bâtir un empire grâce au "pastis" ( qui en provençal veut dire "embrouille, mélange" ). Cette liqueur est un mélange très particulier à base d’anis étoilé, de réglisse et de diverses plantes aromatiques. (un article spécifique est consaré aux différentes plantes qui peuvent entrer dans la composition du pastis ).
 Les Marseillais adoptent rapidement cette boisson "née in the country of the mistral"  et au cours des années lui donnent ses lettres de noblesse. Malgré nombreuses et diverses péripéties législatives, la boisson reste malgré tout très fabriquée à titre privé et chacun y va de sa recette . (avec d’autres plantes, du sirop).

 En 1936, les premiers congés payés(obtenus grâce à l’action de militants progressistes) popularisent définitivement le pastis et l’instituent comme premier apéritif en France. Et enfin, en 1938, Ricard obtient pour tous les anisés l’autorisation de commercialiser à 45° au lieu de 40°.
Durant la seconde guerre mondiale, les alcools au-dessus de 16° sont à nouveau interdits. Il faudra attendre 1951 pour que soient réautorisés le pastis  et tous les autres alcools forts. Pernod engage enfin la riposte et sort son 51 avec l’appellation « Pastis de Marseille ». La guerre est engagée
entre les deux producteurs jusqu’à ce qu’en 1974 un rapprochement et une fusion aient lieu sous l’impulsion des dirigeants des deux entreprises. Le groupe Pernod- Ricard aura le succès et l’extension qu’on lui connaît. Il verrouillera le marché en terme de volume de vente, même si une multitude de petites marques de pastis voient le jour.


Aujourd’hui le pastis, ou le "jaune" ou le "fenouil" (ou le flaï mais pas fly) reste l’apéritif synonyme de soleil, détente, vacances, cigales et jeux de boules, ce qui peut expliquer qu’il est statistiquement plus consommé dans le Sud. Et le climat si particulier de Tourtour explique également que le pastis soit en tête des apéros de notre village. 

 

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017