Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 02 . Les associations. > La Journée des Associations . > La JDA 2010 (Journée des Associations), Tourtour 5 septembre.

La JDA 2010 (Journée des Associations), Tourtour 5 septembre.

 La JDA (Journée des Associations),

 Tourtour le 5 septembre 2010.

  

Traditions et patrimoine (lei Bélugo), activités graphiques et plastiques, sports (ASTV, Boule Tourtouraine), activités culturelles, rencontres générationnelles (la Rapugue)… à Tourtour il y en a pour tous les goûts, toutes les passions et tous les âges. La vie associative touche tous les quartiers et de nombreux tourtourains, petits et grands. C’est bien simple, au village, vous n’avez que l’embarras du choix pour occuper votre temps libre. Pour y voir un peu plus clair dans le paysage associatif du village, rendez-vous était donné à la Journée des Associations, le 5 septembre 2010 à Tourtour .

Cette journée (appelée forum dans d’autres communes) est une véritable vitrine pour les associations. C’est pour elles l’occasion de se faire connaître, de promouvoir des activités, de rencontrer des bénévoles, et surtout de favoriser de nouvelles adhésions. Plusieurs acteurs et partenaires municipaux sont là car il est nécessaire qu’une une vraie synergie s’instaure durablement entre les associations et services de la mairie. Des actions communes sont d’ailleurs menées tout au long de l’année ( en particulier avec l’Office de Tourisme) pour créer une certaine dynamique : néanmoins les expériences vécues depuis quelques années semblent vraiment accréditer l’idée (et l’impérieuse nécessité) qu’une nouvelle structure soit rapidement mise en place pour réellement et efficacement fédérer les actions et les bonnes volontés humaines .

 

On comprend plus ou moins facilement que l’équipe municipale, depuis des années, se décharge totalement (ou presque) de la question de l’animation culturelle générale du village de Tourtour : de cette façon, le conseil municipal alloue généreusement des subventions et chaque association se débrouille ensuite pour offrir un "service" en échange, cela en fonction de son budget, de ses bénévoles et de son projet global. Hélas, trois fois hélas, cela ne fonctionne plus dans une vraie démarche et de nombreux exemples sont là pour le démontrer .... Voyons juste un cas bien significatif sur notre cher village ...

Evidemment la paranoïa de certains responsables de l’association lei Bélugo va en souffrir mais cet exemple choisi est le plus remarquable pour prouver que les choses partent de plus en plus en barigoule ... Cet été 2010 aura été le bouquet, le sommet, le must de l’absurde et du paradoxe !! Avec lei Bélugô, pas de danses, pas de messe provençale, pas de défilé en costumes régionaux, autrement dit on passe tout le temps estival sans voir une seule activité de cette association censée promouvoir les traditions sur le village : bravo ! (ah oui, pardon : le dimanche à midi, les membres du bureau des Bélugô vendaient la tapenade, ça aide pour alimenter les deux comptes en banque...). Et bien évidemment, au village, de nombreuses voix s’élèvent en conséquence directe pour demander ce que représente encore de nos jours cette association, quels sont les buts effectivement recherchés, quel est le projet culturo-socio-éduco-civique ou tout simplement quels sont les objectifs définis dans les statuts... Il ne s’agit pas simplement de pourfendre avec délectation, de critiquer avec sadisme, de démonter avec ravissement ou de fracasser avec jouissance : dans ce genre de dysfonctionnement, le plus souvent les personnes ne sont pas les plus responsables des soucis posés, ce sont plutôt les méthodes employées, les habitudes prises, les plis non repassés et les chaussettes non reprisées... 

Il est nécessaire de répéter encore une fois que le cas des Bélugô n’est qu’un exemple : autrement dit la question est posée dans les mêmes termes pour d’autres associations et il n’est pas crédible ni juste de penser qu’une association tourtouraine est plus une cible que d’autres . De plus, les bénévoles qui oeuvrent généreusement avec motivation et dynamisme ne sont absolument pas en cause, il faut sans cesse le souligner . Par contre, tout ce qui est réalisé par les uns et les autres ne doit en aucun cas occulter notre esprit critique et notre faculté à réfléchir, analyser, proposer . Ce n’est pas parce que l’on fait quelque chose que l’on se met à l’abri de toute question, de toute remarque et de toute critique : et même, c’est plutôt le contraire ! Il faut savoir agir en ayant à ses côtés ceux qui pensent aussi à réagir... Notre village est aujourd’hui le terrain privilégié de plusieurs associations qui agissent quasiment en circuit fermé sans aucun souci de partenariat durable ou d’idées fédératrices au service d’une démarche commune et d’un projet global partagé sur tout le village et pour tous les habitants . Si l’on se penche tranquillement sur l’évolution de la "mentalité associative tourtouraine", on va immanquablement s’apercevoir que de plus en plus chacun agit pour sa "paroisse" dans une attitude égoiste, narcissique, mégalomaniaque et par-dessus tout individualiste... Dans ce cas-là, le corollaire obligatoire de notre belle époque est sans conteste l’aspect purement financier et budgétaire où l’on arrive à des situations quelque peu troublantes (et en plus d’être troubles elles sont souvent bien opaques ...) : on ne risque pas grand-chose de se souvenir que La Rapugue, Les Bélugô, les Pompiers et les Chasseurs ont tellement de fric sur leurs finances qu’ils sont obligés d’ouvrir un deuxième compte (dans une agence différente), on croit rêver !! On ne va pas les accuser de détourner des sous puisque les caisses sont trop pleines : mais alors, c’est quoi le jeu ?? Sur ces quatre associations on arrive à des sommes allant d’environ 12 000 € à plus de 27 000 € : si ça continue l’ASTV va pouvoir les contacter pour espérer acheter un bon joueur de foot ....(ou un entraineur, Raymond est libre ! ... pas Tercero, l’autre ...).

La municipalité ne peut plus se permettre (encore et toujours) de couvrir impunément de telles pratiques des années durant : comment peut-on poursuivre une gestion des fonds publics avec un tel désengagement et sans aucun système de contrôle alors que notre première adjointe se targuait de vouloir jouer le rôle de celle qui lavait plus blanc et qui assurait pouvoir sauver la commune de la faillite et éloigner les profiteurs des aides sociales ou des subventions ? Elle semble bien loin aujourd’hui cette Mme Coste, grande prêtresse des économies budgétaires de la commune qui se glorifiait de tout assainir (encore mieux que la Serc ou Véolia ...). 

A aucun moment l’idée d’une mainmise municipale sur la vie associative ne doit nous effleurer : par contre, la mairie (les élus et les services municipaux) doivent être associés au projet général des activités associatives (culturelles, sportives, sociales, humanitaires, laïques, environnementales..) aux côtés des structures locales . Il est curieux qu’à Tourtour on puisse avoir honte d’instaurer un "Comité des Fêtes" comme dans plusieurs milliers de communes françaises : ici, le mot semble tabou et l’idée pestiférée : et pourtant, notre village a déjà connu des périodes où les activités générales des associations locales étaient reliées entre elles par un "chapeau", celui de la mairie . Les tourtourains se souviennent bien sûr de Tourtour-Animation et les grands projets qui avaient alors éclos sur la commune : les futurs responsables des festivités tourtouraines devront se souvenir de ces époques fastes et ils pourront s’en inspirer en y rajoutant leurs touches novatrices .

Il faut maintenant penser à l’après "C’LaFesto" qui a montré ses limites malgré les points positifs liés à la motivation et le dynamisme de ses membres actifs : malgré tout, le côté fédérateur qui était un des objectifs prioritaires de LaFesto n’a pas été réalisé et la structure s’est retrouvée vraiment isolée face à un nombre croissant d’associations jouant chacune la partition de la chanson "tirer la couverture à soi", succès des années 2000... De la même façon, si l’on se contentait de replâtrage en remplaçant simplement par exemple un Philippe par un Olivier, on s’apercevrait très rapidement que les mêmes causes aboutiraient immanquablement (et inexorablement) aux mêmes effets . Il est évident que notre village mérite une organisation efficace et pluridisciplaire : une nouvelle équipe va pouvoir se lancer dans l’aventure, elle aura besoin de tous les tourtourains pour la soutenir et l’encourager .

Notre site lui souhaite de réussir et lance un appel aux bonnes volontés qui sont motivées pour s’investir dans un nouveau projet fédérateur ...

Avec tout ça on s’est un peu éloigné de la JDA 2010 à Tourtour : ce 5 septembre, l’Office de Tourisme avait décidé d’organiser la Journée des Associations en même temps que le vide-grenier et il faut avouer que cette double initiative ne sera sans doute pas renouvelée (sur la foi des responsables "sur place" -Mariette et Geneviève- qui ont reçu de très nombreuses remarques à majorité négatives). Malgré tout, 6 associations avaient accepté l’invitation : les Pompiers, le Catéchisme, le Jumelage Portaria, la Boule Tourtouraine, l’Office de Tourisme et Kiffez l’âne.

Les stands n’ont pas eu la chance de renconter notre journaliste locale Isabelle Bono, sauf un, celui des ânes .... Et le lendemain, notre journal régional Var-Matin titrait à la rubrique locale "Tourtour : les ânes à l’honneur", ce qui est d’une finesse remarquable pour l’ensemble des habitants du village... Enfin, pas grave, c’est rigolo !! En tout cas, Magalie et Olivier ont donc au moins pu kiffer le passage de la cireuse de pompes, les autres bénévoles attendront 2011 ... Sacrée Isabelle, il faut le dire tout haut (et l’écrire en toutes lettres..)  
Encore une petite, chère Isa, vous méritez bien ça...

Il restera aussi en souvenir de cette folle journée que des associations importantes comme les Bélugô ou la Rapugue ou l’ASTV ou les Diablotins... n’ont pas cru utile de venir se joindre aux autres . Encore un signe fort qui démontre un manque flagrant de concertation et de démarche commune entre des structures et des personnes qui, normalement, ont basé leurs objectifs, leurs projets et leurs actions sur la rencontre avec les autres ...................

Grâce à notre Saint-Denis qui veille sur nous, nous pouvons encore une fois nous satisfaire que l’article se termine par l’épitaphe "ça s’est bien passé ...". 
(on peut malgré tout remarquer que, quelque fois, on est tenté d’y rajouter... " enfin presque "... !!).

 

Vos commentaires

  • Le 8 septembre 2010 à 20:33, par Goure En réponse à : JDA

    Nous avons eu aussi notre JDA et il y aurait bien à redire...
    L’an dernier Le Toupin a été exclu par M le Maire qui...maintenant ne me parle plus du tout ..
    Laissons faire...
    Bravo aux associations qui se dépensent sans compter , il y en a.

Répondre à cet article

Stats | 8 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 avril 2018