Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 06 . Vie économique et tourisme . > Le " Tourtourisme " .... > Le tourtourisme du tiroir-caisse . > La Mairie deTourtour épinglée par la Direction de la Répression des Fraudes : (...)

La Mairie deTourtour épinglée par la Direction de la Répression des Fraudes : le marché n’est pas "provençal" !!....

L’ordre est donc donné à la mairie de faire supprimer l’appellation « provençal » juste à côté du mot « marché » sur le panneau plastifié, route de Lorgues. Il est difficile (surtout quand  on représente une collectivité territoriale) de ne pas appliquer les consignes de la Direction de la Répression des Fraudes et il n’est guère recommandé non plus de tarder à les respecter : dans un premier temps, un simple avertissement est adressé par l’administration aux contrevenants mais si les prescriptions données ne sont pas mises en place, les sanctions sont alors très lourdes. Le maire, se trouvant donc pris la main dans le panier du marché, a été contraint d’appliquer les directives de la Direction de la Répression des Fraudes au plus vite. Les services techniques ont été alertés et chargés d’appliquer la décision : le responsable des services, Mr Jean-Marc Simon, a donc été mandaté pour résoudre cette question avec la plus grande célérité, en collaboration avec les commerçants du marché. La consigne étant de supprimer le mot " provençal " à côté du mot « marché », il fut décidé qu’un adhésif marron ferait bien l’affaire…

Le scotch est posé dans le véhicule et le départ est donné pour partir effectuer la mission … Tout se passe normalement, aucun incident n’est à signaler, la mission est remplie ….Oui, mais !...Pour éviter que des esprits chagrins se mettent à croire que j’ai enfin cessé d’être pénible et chipoteur, il me semble normal de signaler que la mission (que l’on aurait pu penser facile à remplir) n’a pas été totalement bien accomplie . Par qui ?...la question est difficile car chacun s’en renvoie la responsabilité et il n’est guère possible de dire aujourd’hui si c’est un employé de la mairie ou un représentant des commerçants du marché qui est allé cacher le mot "provençal" ... Cela étant, ce qui est important et qui motive l’article c’est le comportement du "scotcheur" et non son identité ... Peu importe de savoir qui est-ce mais pourquoi et comment ...

Arrêtons-nous un instant sur la photo ci-dessus prise après l’intervention du "scotcheur" : on voit effectivement que le mot " provençal " à côté du mot « marché », a bien été couvert par de l’adhésif marron et l’on peut donc en déduire que le travail a été fait avec rigueur dans l’exécution de la tâche ! Par contre, peut-on véritablement considérer que tout a été réalisé avec discernement (et intelligence) ?... En effet, en regardant le panneau, on s’aperçoit immédiatement que le mot »provençal » est encore présent à côté du mot anglais « market » . Quelques légers souvenirs de la langue anglaise me laissent à penser que la formulation aurait été plus juste avec l’adjectif devant le nom (donc en écrivant « provençal market ) mais là n’est pas tellement la question !...

A Tourtour, quand la Direction de la Répression des Fraudes ordonne de retirer le mot "provençal" à côté du mot "marché", il est bien évident que cela ne concerne pas du tout les anglophones qui - eux - peuvent encore croire que le market est bien provençal . Bèn voyons ! Autrement dit, le fonctionnaire zélé de la mairie de Tourtour ou le représentant du marché, imagine clairement dans sa tête que le même mot doive être supprimé en haut du panneau mais qu’il a néanmoins le droit de figurer sur le même panneau à environ 20 cm du premier ! Ah bon !.... La consigne n’a manifestement pas du être clairement explicitée .....

A moins que la manoeuvre ait été perfidement réfléchie et que le scotch marron ait été uniquement posé sur le premier mot "provençal" avec la vicieuse idée que les anglais, hollandais et autres anglophones seraient attirés par l’expression "market provençal" et n’y verraient donc que du feu !... Que faut-il donc penser ? ... bêtise du scotcheur ou vice déguisé ?...(that’s the question).

S’il s’agit de la deuxième hypothèse (ce cher monsieur - qui que ce soit, l’un ou l’autre - aurait évidemment bien du mal à reconnaître la première !), il faut avouer que la démarche est vraiment pourrave et qu’elle dénote un très profond irrespect des visiteurs, en particulier les étrangers. Avec de telles attitudes et de tels comportements, nous prenons les touristes pour de simples clients qui doivent cracher au bassinet en fermant les yeux ou la bouche et tous les moyens sont alors bons pour qu’ils versent leur obole dans le tiroir-caisse, quitte à les rouler sans vergogne ....Dans ce cas précis, n’oublions pas non plus que les élus ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas vu le panneau au carrefour des 7 km, et ils seront donc logiquement considérés comme responsables : donc, des élus du peuple complices de ce genre de comportements envers l’administration, reconnaissons que c’est du beau boulot !...

On sait très bien qu’il ne faut jamais rien dire à Tourtour et qu’il suffit de commencer ses phrases par les classiques "ouais, non, mais bon ..." ou alors le célèbre " en même temps, il faut dire que ..." pour devenir d’un seul coup quelqu’un de raisonnable, de censé et de généreux ... Hélas, je n’ai manifestement pas été touché par cette grâce divine et je continue à m’indigner devant de telles pratiques odieuses qui nuisent à notre village ... Encore plus hélas, quand on condamne ouvertement ces comportements néfastes c’est là que l’on est soi-même accusé de nuire au village ... Ah bon, d’accord !....

Pour l’instant, je n’ai pas encore envie de demander pardon !!!.....

Un détail : j’ai attendu fin août pour publier cet article mais j’espère que cela ne sera pas considéré comme complicité ...(c’était simplement pour que les anglais viennent au marché ....comment dit-on déjà ,...ah oui, Provençal !...).

Un autre détail : quelle sera la réaction de la Direction de la Répression des Fraudes quand elle s’apercevra que la mairie de Tourtour et les commerçants agissent impunément de la sorte ??... C’est facile : elle reviendra tout simplement avec un autre rouleau de scotch marron puisqu’elle n’imaginera pas que l’on ait voulu - elle aussi - la rouler et la prendre pour une bille ....
(merci d’avance, mesdames, de votre compréhension !....).

_____________________________________

Mise à jour et mise au point (02 septembre) :

Certains commerçants du marché n’ont pas beaucoup apprécié quelques phrases et m’ont demandé de les corriger : cela a été fait car le but de l’article était d’abord de souligner l’attitude non citoyenne de certains commerçants, attitude dénoncée par la Direction de la Répression des Fraudes (et non par moi !)...Le scotcheur qui a "sévi"

au carrefour mérite que l’on parle de son cas, c’était le seul but recherché ...Derrière le cas de l’adhésif marron, la question des commerçants qui profitent de l’affluence estivale pour contourner les règlements et prendre les touristes pour des jambons, cette question-là est celle qui prime : en aucun cas, la mise en cause ne concerne ceux qui se "lèvent le maffre" à 4h du matin, ceux qui viennent au marché l’hiver (sous la neige aussi). Par contre, certains de leurs collègues (ceux du marché mais également d’autres restos qui eux aussi sont des "estivants" qui ne sont là que trois mois), ne font guère de bien à la profession en abusant de la crédulité de visiteurs qui se laissent trop facilement avoir (en faisant naïvement confiance !) : il serait peut-être salutaire que les choses soient bien discutées entre commerçants - de tous bords - afin que tout puisse être clairement assaini ... 

Quelques marchands se sont indignés de quelques mots dans l’article , iront-ils jusqu’à l’être aussi par la "tactique du scotcheur" (quel qu’il soit) ??...

 

 

-->

 La Mairie deTourtour épinglée 

 par la Direction de la Répression des Fraudes : 

 le marché n’est pas "provençal" !!.... 

L’auteur latin Domninus l’avait déjà dit au premier siècle de notre ère : " Tout ce qui un jour arriva, devait arriver tel qu’il est arrivé "...C’est vrai qu’il ne parlait pas encore des marchés tourtourains, celui du mercredi et son cousin du samedi, mais on va vite s’apercevoir pourtant qu’il avait eu - pour notre village - une vraie prémonition ....

1er épisode :
Au bas du village, au carrefour des 7 km et sur d’autres lieux, une grande banderole plastifiée est posée entre deux poteaux : en grosses lettres, l’inscription " Tourtour, Marché Provençal, le mercredi et le samedi matin, Market provençal every wednesday and saturday", un panneau informatif pour attirer les touristes ces jours-là (ce qui est la moindre des choses dans un village touristique où l’activité commerciale est rythmée aux pas des touristes - et à leurs porte-monnaies -).

2ème épisode :
Un mercredi de la fin juillet, deux employées du Service de la Repression des Fraudes font une apparition sur le marché installé sur le jardin public Buffet . Ces deux dames parcourent les stands et réclament les papiers règlementaires pour tout stand commercial sur un marché villageois . On s’aperçoit vite que pour certains marchands, la totale sérénité ne règne guère derrière l’étal et que l’inquiétude gagne du terrain au fil des minutes ....

Les deux fonctionnaires vérifient donc la régularité administrative des propriétaires des stands, la conformité des installations et des appellations, les mesures de sécurité et d’hygiène, les formalités d’assurance... Elles contrôlent également la provenance des marchandises et elles découvrent alors que la Provence a grandement élargi ses frontières pour aller jusqu’aux confins de la Chine, du Laos et autres Singapour ou Taïwan(fort heureusement les tomates et les courgettes sont du coin !..). Elles constatent sur plusieurs étals que des produits sont donc loin d’être estampillés "du terroir" et que la publicité est souvent mensongère : la galéjade ne provoque chez elles qu’un tout petit rictus plutôt qu’une risette et elles ne goûtent manifestement pas beaucoup la plaisanterie !...

Devant tant d’irrégularités flagrantes, elles se dirigent aussitôt vers la maison communale pour y rencontrer la secrétaire générale de la municipalité (notre chère Dominique Candelé - puisque dans ces cas-là les adjoints et le maire sont volontiers aux abonnés absents -) et elles lui causent donc du pays ! Elles lui font ainsi remarquer, preuves irréfutables à l’appui, que de graves manquements ont été décelés sur le marché du village et que des mesures doivent donc être prises au plus vite pour y remédier.

Le verdict est tombé sans guère de négociation possible, le marché ne peut pas être considéré comme "provençal"  : depuis des décennies, dans notre région, les touristes sont pris pour des vaches à lait et tous les moyens sont bons pour les rouler (et pas seulement dans la farine !). Il arrive donc ce qui devait arriver, un bon retour de bâton : comment imaginer qu’une région aussi touristique que le littoral varois (avec son arrière-pays proche du Verdon) puisse continuer impunément à ne considérer les visiteurs que comme des remplisseurs béats des tiroirs-caisses des commerçants, en particulier sur les marchés qui sont souvent des attrape-nigauds à touristes ? Immanquablement, la situation allait un jour ou l’autre se retourner (après de nombreuses années fastes) contre les arnaqueurs qui pensaient naïvement que leurs entourloupes allaient durer aussi longtemps que la fête des tripettes à Barjols…

L’ordre est donc donné à la mairie de faire supprimer l’appellation « provençal » juste à côté du mot « marché » sur le panneau plastifié, route de Lorgues. Il est difficile (surtout quand  on représente une collectivité territoriale) de ne pas appliquer les consignes de la Direction de la Répression des Fraudes et il n’est guère recommandé non plus de tarder à les respecter : dans un premier temps, un simple avertissement est adressé par l’administration aux contrevenants mais si les prescriptions données ne sont pas mises en place, les sanctions sont alors très lourdes. Le maire, se trouvant donc pris la main dans le panier du marché, a été contraint d’appliquer les directives de la Direction de la Répression des Fraudes au plus vite. Les services techniques ont été alertés et chargés d’appliquer la décision : le responsable des services, Mr Jean-Marc Simon, a donc été mandaté pour résoudre cette question avec la plus grande célérité, en collaboration avec les commerçants du marché. La consigne étant de supprimer le mot " provençal " à côté du mot « marché », il fut décidé qu’un adhésif marron ferait bien l’affaire…

Le scotch est posé dans le véhicule et le départ est donné pour partir effectuer la mission … Tout se passe normalement, aucun incident n’est à signaler, la mission est remplie ….Oui, mais !...Pour éviter que des esprits chagrins se mettent à croire que j’ai enfin cessé d’être pénible et chipoteur, il me semble normal de signaler que la mission (que l’on aurait pu penser facile à remplir) n’a pas été totalement bien accomplie . Par qui ?...la question est difficile car chacun s’en renvoie la responsabilité et il n’est guère possible de dire aujourd’hui si c’est un employé de la mairie ou un représentant des commerçants du marché qui est allé cacher le mot "provençal" ... Cela étant, ce qui est important et qui motive l’article c’est le comportement du "scotcheur" et non son identité ... Peu importe de savoir qui est-ce mais pourquoi et comment ...

Arrêtons-nous un instant sur la photo ci-dessus prise après l’intervention du "scotcheur" : on voit effectivement que le mot " provençal " à côté du mot « marché », a bien été couvert par de l’adhésif marron et l’on peut donc en déduire que le travail a été fait avec rigueur dans l’exécution de la tâche ! Par contre, peut-on véritablement considérer que tout a été réalisé avec discernement (et intelligence) ?... En effet, en regardant le panneau, on s’aperçoit immédiatement que le mot »provençal » est encore présent à côté du mot anglais « market » . Quelques légers souvenirs de la langue anglaise me laissent à penser que la formulation aurait été plus juste avec l’adjectif devant le nom (donc en écrivant « provençal market ) mais là n’est pas tellement la question !...

A Tourtour, quand la Direction de la Répression des Fraudes ordonne de retirer le mot "provençal" à côté du mot "marché", il est bien évident que cela ne concerne pas du tout les anglophones qui - eux - peuvent encore croire que le market est bien provençal . Bèn voyons ! Autrement dit, le fonctionnaire zélé de la mairie de Tourtour ou le représentant du marché, imagine clairement dans sa tête que le même mot doive être supprimé en haut du panneau mais qu’il a néanmoins le droit de figurer sur le même panneau à environ 20 cm du premier ! Ah bon !.... La consigne n’a manifestement pas du être clairement explicitée .....

A moins que la manoeuvre ait été perfidement réfléchie et que le scotch marron ait été uniquement posé sur le premier mot "provençal" avec la vicieuse idée que les anglais, hollandais et autres anglophones seraient attirés par l’expression "market provençal" et n’y verraient donc que du feu !... Que faut-il donc penser ? ... bêtise du scotcheur ou vice déguisé ?...(that’s the question).

S’il s’agit de la deuxième hypothèse (ce cher monsieur - qui que ce soit, l’un ou l’autre - aurait évidemment bien du mal à reconnaître la première !), il faut avouer que la démarche est vraiment pourrave et qu’elle dénote un très profond irrespect des visiteurs, en particulier les étrangers. Avec de telles attitudes et de tels comportements, nous prenons les touristes pour de simples clients qui doivent cracher au bassinet en fermant les yeux ou la bouche et tous les moyens sont alors bons pour qu’ils versent leur obole dans le tiroir-caisse, quitte à les rouler sans vergogne ....Dans ce cas précis, n’oublions pas non plus que les élus ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas vu le panneau au carrefour des 7 km, et ils seront donc logiquement considérés comme responsables : donc, des élus du peuple complices de ce genre de comportements envers l’administration, reconnaissons que c’est du beau boulot !...

On sait très bien qu’il ne faut jamais rien dire à Tourtour et qu’il suffit de commencer ses phrases par les classiques "ouais, non, mais bon ..." ou alors le célèbre " en même temps, il faut dire que ..." pour devenir d’un seul coup quelqu’un de raisonnable, de censé et de généreux ... Hélas, je n’ai manifestement pas été touché par cette grâce divine et je continue à m’indigner devant de telles pratiques odieuses qui nuisent à notre village ... Encore plus hélas, quand on condamne ouvertement ces comportements néfastes c’est là que l’on est soi-même accusé de nuire au village ... Ah bon, d’accord !....

Pour l’instant, je n’ai pas encore envie de demander pardon !!!.....

Un détail : j’ai attendu fin août pour publier cet article mais j’espère que cela ne sera pas considéré comme complicité ...(c’était simplement pour que les anglais viennent au marché ....comment dit-on déjà ,...ah oui, Provençal !...).

Un autre détail : quelle sera la réaction de la Direction de la Répression des Fraudes quand elle s’apercevra que la mairie de Tourtour et les commerçants agissent impunément de la sorte ??... C’est facile : elle reviendra tout simplement avec un autre rouleau de scotch marron puisqu’elle n’imaginera pas que l’on ait voulu - elle aussi - la rouler et la prendre pour une bille ....
(merci d’avance, mesdames, de votre compréhension !....).

_____________________________________

Mise à jour et mise au point (02 septembre) :

Certains commerçants du marché n’ont pas beaucoup apprécié quelques phrases et m’ont demandé de les corriger : cela a été fait car le but de l’article était d’abord de souligner l’attitude non citoyenne de certains commerçants, attitude dénoncée par la Direction de la Répression des Fraudes (et non par moi !)...Le scotcheur qui a "sévi"

au carrefour mérite que l’on parle de son cas, c’était le seul but recherché ...Derrière le cas de l’adhésif marron, la question des commerçants qui profitent de l’affluence estivale pour contourner les règlements et prendre les touristes pour des jambons, cette question-là est celle qui prime : en aucun cas, la mise en cause ne concerne ceux qui se "lèvent le maffre" à 4h du matin, ceux qui viennent au marché l’hiver (sous la neige aussi). Par contre, certains de leurs collègues (ceux du marché mais également d’autres restos qui eux aussi sont des "estivants" qui ne sont là que trois mois), ne font guère de bien à la profession en abusant de la crédulité de visiteurs qui se laissent trop facilement avoir (en faisant naïvement confiance !) : il serait peut-être salutaire que les choses soient bien discutées entre commerçants - de tous bords - afin que tout puisse être clairement assaini ... 

Quelques marchands se sont indignés de quelques mots dans l’article , iront-ils jusqu’à l’être aussi par la "tactique du scotcheur" (quel qu’il soit) ??...

 

 

Vos commentaires

  • Le 27 août 2013 à 21:29, par Goure En réponse à : Marché provençal

    J’ai ri en lisant l’article , me disant qu’il doit y avoir bcp de marchés provençaux de ce type !!
    Vous voulez un AUTHENTIQUE marché provençal ? Venez à Ampus : un seul et unique étal avec qq légumes plutôt étiques (sans faute !), pas assez mûrs mais produts au pays !! C’est tout !Beaucoup n’en voudraient pas (ces dames de la ville)

Répondre à cet article