Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > La TVA à Tourtour ...

La TVA à Tourtour ...

 La TVA à Tourtour ...  

 

 La baisse de la TVA dans la restauration va entraîner quelques modifications et il sera sans doute un peu amusant de voir les changements opérés sur les tables tourtouraines . 

   

Dès l’ouverture des états généraux de la restauration, Nicolas Sarkozy avait fait savoir que la réduction du taux de TVA - de 19,6% actuellement à 5,5% - entrerait en vigueur dès le 1er juillet pour les cafés hôtels restaurants (CHR), au lieu du 1er janvier 2010 comme cela était prévu.
Un détail : je n’ai pas honte de marquer dans l’article des noms de familles de l’UMP mais ça n’arrivera pas souvent .

Dans la foulée, Christine Lagarde, ministre de l’Economie, et Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du commerce et des services, ont signé avec neuf organisations professionnelles de la restauration un "contrat d’avenir" qui officialise les engagements que les restaurateurs prennent en échange de cette TVA à taux réduit.

Premier engagement de la profession : la réduction des prix. Les restaurateurs devront baisser leurs prix de 11,8% sur au moins sept produits à choisir sur une liste de dix comprenant : une entrée, un dessert, un menu entrée-plat, un menu plat-dessert, un menu enfant, un jus de fruit ou un soda, une eau minérale, un café, un thé ou une infusion. Les restaurateurs qui pratiqueront cette baisse de prix le feront savoir à leur clientèle en apposant une affichette sur leur vitrine et en présentant clairement les produits bénéficiant d’une réduction de prix.Cet été nous pourrons donc par exemple voir sur de jolis panneaux : Pizza à 13,35 € (en 2008, 15 €), Daube provençale 15 € (l’an dernier 17 €), Crêpe sucrée 5,30 € (6 € en 2008)...

  

Deuxième point, les restaurateurs s’engagent, selon Hervé Novelli, à créer en deux ans 20.000 emplois "pérennes", c’est-à-dire en CDD ou CDI, et 20.000 emplois en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Les organisations professionnelles devront également ouvrir des négociations avec les partenaires sociaux sur la rémunération, la formation et la protection sociale des salariés, qui devront aboutir d’ici la fin de l’année 2009. Avec tous les restaurateurs de Tourtour, on peut donc s’attendre à quelques effets sur l’emploi des jeunes dans le village, ce qui aura un effet sur la croissance globale de la commune. Il est bien évident aussi que la municipalité qui est toujours prompte à encourager les commerçants, sera d’autant plus collaborative avec des mesures préconisées par le gouvernement actuel : autrement dit, Pierre saura encourager Marco pour répercuter la baisse à la Bastide de Tourtour (une baisse de 11% sur un repas à 100 € ça commence à se sentir ) mais aussi les autres lieux de ripailles du village et alentours pour favoriser l’embauche.

Dernier engagement, les restaurateurs augmenteront leurs investissements consacrés à la modernisation de leurs entreprises : mises aux normes, accessibilité des personnes à mobilité réduite, amélioration du confort pour la clientèle, informatisation, tri des déchets, etc. Pour accompagner ces investissements, des PPRF, "prêts préférentiels pour la restauration française" (aux taux inférieurs à ceux du marché et plafonnés à 15.000 euros) seront accordés, via un fonds de modernisation créé pour l’occasion et alimenté par la profession, à hauteur de 30 millions par an. L’objectif est d’injecter par ces prêts 1 milliard d’euros sur trois ans dans le secteur. Un exemple : un pépé en fauteuil qui veut aller manger à la Farigoulette pourra bénéficier d’une rampe sur le bord des escaliers...

Combien la TVA réduite coûtera-t-elle à l’Etat ? En année pleine, le passage à une TVA à 5,5% dans la restauration coûtera 2,65 milliards d’euros ; il faut ajouter ce que coûtera la baisse de TVA dans la restauration hors cafés et restaurants (les centres commerciaux, stations-service, etc.), soit 350 millions d’euros. A ces 3 milliards d’euros au total, il faut retrancher 650 millions d’euros d’allégement de charges, consentis jusqu’à présent aux restaurateurs pour pallier l’absence de baisse de TVA, et qui seront supprimés au 1er juillet. On arrive ainsi à un coût pour les finances publiques d’environ 2,4 milliards d’euros. Une addition assez lourde alors que le gouvernement table déjà pour cette année sur un déficit budgétaire de 104 milliards d’euros. D’autres avantages consentis à la profession sont maintenus tels que le crédit d’impôt accordé aux "maîtres-restaurateurs", titre qui sanctionne une certaine excellence.Si l’on comprend bien, les efforts que consent le gouvernement ce sont les citoyens lamdas qui les prennent en charge (ils sont l’Etat) : c’est donc bien logique qu’ils puissent bénéficier eux aussi d’une légère ristourne sur les tagliatelles au saumon...

Reste à savoir si la profession jouera le jeu. Hervé Novelli a affiché son optimisme et sa confiance. "Le contrat d’avenir est un contrat de confiance", qui "fait confiance aux restaurateurs", a-t-il déclaré. On est devant une profession qui "se mobilise pour son avenir", qui met aujourd’hui en jeu sa "crédibilité". "Si la profession fait bande à part, je le regretterai mais je n’y crois pas", a-t-il également affirmé.

Mais vous pouvez aussi "faire confiance à l’administration fiscale" pour surveiller les abus, a déclaré Hervé Novelli. L’Etat s’engage de fait à suivre les engagements réellement pris par les restaurateurs, notamment par le biais d’un "comité de suivi", qui rendra publics chaque semestre des indicateurs de suivi du contrat. La direction générale de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) effectuera des relevés des prix, les relevés de mars et avril 2009 constituant le "point zéro" de ces mesures (pour les restos qui ouvrent début mai c’est plus difficile !!).. Le "contrat d’avenir" signé, rendez-vous désormais à l’ouverture de la saison d’été, pour les travaux pratiques. (et théoriques, avec la calculette). Les touristes auront besoin de vigilence car les contrôleurs patentés ont souvent du mal à arriver à 700 m d’altitude.

   

Quelques précisions sur la baisse des prix pour les consommateurs :

Il est à noter que le passage de la TVA de 19,6% à 5,5%, soit une baisse apparente de 14,1%, correspond en réalité à une baisse de 11,8% au prix TTC initial. Pour une menu à 20 euros, l’économie sera de 2,4 euros. Le café qui coûtait 1,60 euros en salle passera à 1,40 euros.

Alors que les restaurateurs s’engagent sur au moins sept produits, les cafetiers et limonadiers répercuteront obligatoirement la baisse de la TVA sur le prix du café, du thé et d’une boisson fraîche (en comptoir ou en salle).

Enfin, la TVA réduite n’est pas applicable aux boissons alcoolisées. Il s’agit en effet pour le gouvernement, selon Hervé Novelli, de faire preuve de "cohérence" et de ne pas pousser à la consommation d’alcool alors qu’il est par ailleurs "engagé dans une démarche de santé publique" sur ce sujet. Donc, pour le Casa mauresque ou le 51 grand verre, pas de changement : on peut juste espérer que les Ormeaux et la Farigoulette ne les augmentent pas cet été...

  ________________

 

 

Répondre à cet article

Stats | 6 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 23 novembre 2017