Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Histoire > La bataille de Tourtour, en 973 > La bataille de Tourtour en 973.

La bataille de Tourtour en 973.

 

La bataille de Tourtour, en 973 

 Eze-Sarrasinszeller 

La bataille de Tourtour vit en 973 la victoire du comte Guillaume de Provence sur les Sarrasins : elle marque leur expulsion définitive de la Provence.

Depuis plusieurs décennies, les Sarrasins s’étaient implantés en Provence grâce à des forteresses, d’où ils effectuaient de temps en temps des raids de pillage. Leur place-forte la plus importante était le Fraxinet, à l’actuelle Garde-Freinet. Au début, les seigneurs provençaux restèrent passifs.

Cependant, au début de l’année 973, les Sarrasins commirent une erreur. Né à Valensole, saint Maïeul, l’abbé de Cluny, était vénéré par les Provençaux. Les Sarrasins pensèrent qu’en l’enlevant, ils pourraient en obtenir une importante rançon. Ils réussirent à le capturer au pont d’Orsières, en Valais (Suisse actuelle), en juillet 972. (Depuis 921, des bandes sarrasines, provenant de Provence, s’étaient rendues maîtresses de nombreux passages d’importance dans les Alpes occidentales dont le col du Mont-Joux (le Mons Jovis des Romains et le futur Grand-Saint-Bernard) que le vénérable abbé venait de franchir avant d’être reconnu et pris.) Refusant de laisser l’abbé de Cluny aux mains des Sarrasins, les moines de Provence réussirent à réunir la rançon demandée. Tenant parole, les Sarrasins libérèrent leur otage.

  

Les moines se chargèrent alors de soulever chez les Provençaux une véritable furie guerrière contre les Sarrasins. Ils donnèrent à l’enlèvement de Maïeul de Cluny la plus grande publicité possible, réussissant à fédérer l’ensemble de la population autour du comte Guillaume, pour mener une offensive destinée à chasser définitivement les Sarrasins. Le comte Guillaume de Provence, appelé par la suite le Libérateur, répondit à l’appel de ses sujets et leva l’ost. De nombreux guerriers de Provence, mais aussi du Bas-Dauphiné et de Nice formèrent son armée.

http://desbateaux.free.fr/moyenage/guillaume1.jpg

 Déroulement 

Guillaume décida d’attaquer les Sarrasins au Fraxinet même, au cœur de leur dispositif, avec toutes ses forces. Si son offensive réussissait, le reste des forces musulmanes de Provence, beaucoup moins fourni, n’aurait aucune chance de résister à une offensive menée par toute l’armée provençale.

Renseignés sur les mouvements des Provençaux, les Sarrasins descendirent de Fraxinet pour engager le combat en rase campagne. Cinq premières batailles eurent lieu dans les Alpes provençales, à Embrun, Gap, Riez, Ampus et Cabasse. Battus dans tous ces affrontements par les Provençaux, les forces des Sarrasins se regroupèrent à Tourtour. Guillaume ne tarda pas à les rejoindre et y engagea la sixième et la plus importante bataille. Écrasés par les Provençaux, les Sarrasins regroupèrent leurs dernières forces, remontèrent à la Garde-Freinet et s’y retranchèrent solidement.

  

Après avoir donné un peu de repos à ses troupes, Guillaume fit donner l’assaut au Fraxinet. Les guerriers provençaux des seigneurs de Levens, d’Aspremont, de Gilette, de Beuil et de la ville de Sospel furent désignés pour l’attaque (toutes ces villes se trouvent actuellement dans le département des Alpes-Maritimes). Après avoir atteint le sommet de la Garde-Freinet, les Provençaux attaquèrent les retranchements du Fraxinet, en chassèrent les Sarrasins, et enfin s’emparèrent entièrement de la forteresse. Les Sarrasins trouvèrent un dernier refuge dans une forêt voisine, mais, vivement poursuivis, furent vite neutralisés : Ils furent soit tués soit faits prisonniers.

le smaures à Eze

La forteresse de Fraxinet fut entièrement rasée, les Sarrasins survivants baptisés de force et réduits en esclavage. La plupart des dernières troupes musulmanes quittèrent la Provence sans attendre l’arrivée des troupes provençales.

Grâce à cette offensive décisive de 973 et des batailles qui suivirent, les Sarrasins sont définitivement expulsés de leurs bases fortifées. Si une partie importante de la communauté sarrasine a sans doute péri au cours des combats, il est clair que des groupes de survivants demeurèrent dans la région y faisant souche et que certains se convertirent à la religion chrétienne. Le temps et d’innombrables mélanges de populations firent le reste : lentement, au fil des générations, le contingent sarrasin se dissout ainsi dans la population provençale. Ce qui peut faire réfléchir certains provençaux sur leurs origines...

Une version un peu différente :

Vers 973, le comte Guillaume de Provence s’allie avec son voisin italien le marquis de Turin Ardouin le Glabre pour assiéger le Fraxinet et mettre fin à ces exactions. Après la destruction du Fraxinet, la vie reprit peu à peu son cours. La toponymie des lieux, à Eze notamment, rappelle à chacun un souvenir encore très présent dans les mémoires bien que lointain.

Vos commentaires

  • Le 26 mai 2011 à 21:39, par guillaume En réponse à : bataille de Tourtour en 973

    Bonjour,

    J’aurais aimer savoir si par hasard il y avait un monument ou stelle ou quelques choses de ce genre symbolisant cette bataille ?
    Merci.

  • Le 26 mai 2011 à 22:34, par Gilbert Giraud En réponse à : dommage ...

    Bonsoir,
    Sur notre village, aucun témoignage historique particulier (stèle, tableau, fresque, sculpture...) ne retrace cette fameuse bataille de Tourtour : ne m’en veuillez pas de croire que ce n’est pas la municipalité actuelle qui se préoccupera de sitôt de l’Histoire de notre village .... Les seules traces de cette bataille résident dans les séances houleuses du conseil municipal et surtout dans les polémiques qui s’ensuivent, surtout quand les élus nient effrontément ce qu’ils ont dit dans la salle du conseil .... Cordialement.

  • Le 15 juin 2011 à 03:57, par Mariette En réponse à : Bataille de Tourtour , version longue

    Ben en fait, depuis fort longtemps, la tour de Grimaldi est plus ou moins considérée par les historiens comme un monument
    de commmémoration de cette bataille.
    La trace la plus ancienne que j’ai trouvée, à ce jour, c’est la "Chorographie ou description de Provence et l’histoire
    chronologique du même pays" d’Honoré Bouche en 1664.(en ligne sur la bnf, tome second, page 42)
    Cette version exalte un Gibellin de Grimaldi (çà s’invente pas) à qui Guillaume 1er (roi du coin), dans son immense
    reconnaissance de l’aide apportée pour bouter le sarrazin hors du Fraxinet, aurait donné en 980 le golfe de Grimaud (c’est
    déjà sympa) et ....(suspense) la tour du Grimaut à Tourtour, les 2 baptisés ainsi en l’honneur du marquis de Grimaldi.
    Elle prend cependant un sérieux coup dans les dents avec l’"Histoire de Provence" de Jean Pierre Papon en 1776 qui conteste
    vertement l’authenticité du document de donation et informe que tout çà est à Guillaume de Pontevès qui a fait l’hommage pour
    le fief de Grimaud en 1298.(bnf, tome 2, page 171)
    Bon Pontevès on connait par ici. Le cruel Pandulfe du tryptique de St Ysarn en est un il me semble.
    Et sa descendance aurait très bien pu se débarrasser du petit marquis pour avoir un accès à la plage et se garder une chouette tour.
    Et si le document est un faux, il faudrait savoir de quand ? avant 1298 ? ou après ?
    En tout cas le fait que la tour soit un souvenir de la bataille de Tourtour n’est jamais remis en cause, style on s’en fout.
    Les historiens réalisant souvent des biographies de familles illustres ou voulant s’illustrer, ou étant parfois leurs avocats en justice,
    il est à craindre que ces histoires de familles influent un chouïa sur l’histoire en général. D’autant que ceux qui savaient lire-écrire
    couraient pas les rues. Pis les historiens se copient volontiers les uns les autres sans trop verifier comme les journalistes ou wikipédia maintenant.
    En tout cas celui de 1664 tient de je ne sais quelle source qu’y’avait des tas de tombes autour de la tour du grimaut avec 2 personnes
    par tombe tête-bêches.
    Le hic c’est que jamais personne se souvient de çà et que jamais aucune trace de ce grand massacre a été trouvé dans le coin.
    et c’est plus l’abbé Boyer qui va le faire pour nous maintenant.
    Alors la bataille de Tourtour a-t-elle eu lieu ?
    On commence à creuser quand ? et ou ?
    Voilà c’était mon grain de sel parce que sur ce coup je trouvais la réponse de notre webmaster un peu courte.
    et salut aux Guillaumes

  • Le 15 juin 2011 à 23:36, par Gilbert Giraud En réponse à : réponse courte !!

    Ma chère Mariette, tu as bien raison "sur ce coup" car ma réponse était non seulement courte mais elle était surtout le résultat d’une incompréhension : le message de Guillaume parlait d’un monument, d’une stèle symbolisant la bataille et dans ma petite tête je me suis imaginé une statue ou un édifice commémorant le fait sur une place de village ou quelque chose de ce genre ! J’ai donc répondu que non, aucune stèle... Et comme je n’avais pas compris la question et que la réponse était donc effectivement courte, je m’étais laissé allé à un petit exercice de légère polémique municipale qui me procure tant d’émotions...

    A la suite de ton long message, je me suis donc permis de prendre ta suite et d’écrire un article spécifique sur cette Tour de Grimaud : ne m’en veux pas mais le site en est à environ 950 articles et tout reste encore à dire . Je te remercie en tout cas pour ta fidélité à notre site et je te félicite pour ta collaboration : c’est comme cela que les réactions et les relations devraient s’établir, (des inter-actions), des échanges, des rencontres, des participations ponctuelles !! De ce fait, le site deviendrait un espace d’expresion de ceux qui le désirent sur Tourtour et cela ne serait donc plus le " site de Giraud " : mes articles mêmes les plus violents ne seraient que dilués au milieu d’autres plus conciliants ... Hélas, au lieu de partager un site entre villageois on préfère ne pas s’exprimer ... Tant pis ! Espérons ....

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 17 novembre 2017