Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 17 . Le Musée villageois . > Les vieux outils du musée de Tourtour > Outils de tonnellerie > La batissoire du tonnelier, pour "leï Bélugo" de Tourtour

La batissoire du tonnelier, pour "leï Bélugo" de Tourtour

 La batissoire du tonnelier 

 pour "leï Bélugo" de Tourtour 

Parmi les dons offerts cet été 2018 à l’association "leï Bélugo" de Tourtour, voici un objet confié par Loulou Dauphin (en photo ci-dessous,.... l’objet...pas Louis !) que nous avons eu du mal à définir...On nous avait parlé de presse à papier pour relieur, de presse pour écraser les fruits secs mais rien ne permettait d’en assurer la véritable utilité... Après des recherches sur les livres que nous avons à l’association ("Les outils de nos campagnes", "Les outils de nos ancêtres") et sur des sites internet consacrés aux outils populaires, il est apparu qu’il s’agit d’une batissoire de tonnelier (on dit aussi étreignoir).


(la batissoire donnée aux Bélugo, environ 50cm x 30cm)

Ce bel objet que nous avons donc restauré (gratté, poncé, ciré) n’a pas de corde mais nous allons lui en trouver une car c’est un élément indispensable pour qu’il puisse convenablement accomplir sa fonction utilitaire.

Quelques éléments de précision pour cet outil...

Un peu d’histoire

Le tonneau et le métier de tonnelier n’apparaissent pas avant l’époque gauloise. Les tonneliers d’abord appelés « charpentiers en tonneaux » n’auront une appellation spécifique qu’à partir du XIIe siècle. Outre les fûts pour la conservation des liquides, ils fabriquent également des cuves, auges, baquets, barattes et brocs.

Le tonnelier choisit l’essence de bois nécessaire à la fabrication du tonneau en fonction du liquide qui sera conditionné dans le fût. Ainsi, le chêne et le châtaignier sont privilégiés pour le vin tandis que le frêne et l’acacia sont utilisés pour le conditionnement des eaux-de-vie. Le savoir-faire du tonnelier est ainsi primordial pour obtenir de bons produits.
La fabrication d’un tonneau est composée de plusieurs étapes :
** la sélection des chênes : servant à la fabrication des merrains, fines planches de bois qui vont être transformées en douelles (éléments rectangulaires constituant le corps du tonneau) ;
** l’assemblage des douelles : se faisant au moyen de cercles provisoires métalliques ;
** la première cuisson des douelles : visant à les contraindre à prendre une forme rebondie ;
** l’arrosage du tonneau : évitant au bois de se fendre puis cintrage des douelles grâce à une batissoire ;
** la nouvelle cuisson du tonneau : visant à fixer définitivement la forme du tonneau et libérant les arômes du chêne ;


** la pose des fonds de barrique ;
** le percement du trou de bonde du tonneau ;
** le ponçage extérieur du fût ;


** le cerclage définitif du tonneau.

Actuellement, la tonnellerie française est florissante et emploie près de 2 000 personnes assurant une fabrication artisanale réputée. Plus de la moitié des fûts fabriqués en France sont exportés vers les États-Unis, l’Australie, l’Italie ou encore l’Espagne.



Mais revenons à cette batissoire !...Comment s’en servait le tonnelier autrefois ?...
Après avoir mouillé le fût à l’extérieur, il le place au-dessus d’un brasero. Une demi-heure suffit à dissiper l’humidité, c’est le signe que les douelles sont assez chaudes pour être serrées sans casser. Le cintrage du fût s’effectue au moyen d’une batissoire ( ou étreignoir ) instrument composé d’un bât, d’une traverse mobile, d’une forte vis et d’une corde. On enveloppe le fût à serrer avec la corde puis, entourant la manivelle de la vis, on fait remonter la traverse, ce qui raccourcit la corde et comprime les douelles jusqu’à les joindre parfaitement ; il reste à passer et à chasser les cercles et la barrique est formée.(c’eût été mieux avec une vidéo mais je n’ai pas trouvé signe !..). Le travail qui va suivre s’appelle le rognage. En voici la description d’après Pierre GOUJUT : "on met le fût sur le basset (ou chaise à rogner) sorte de grand trépied sur lequel il repose afin de préparer les deux extrémités à recevoir les deux fonds".

Le tonnelier

Si vous voulez plus de renseignements sur le métier de tonnelier, vous pouvez aller consulter le site internet suivant :
http://www.musee-bouray.fr/le-tonnelier

Répondre à cet article

Stats | 10 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 4 décembre 2018