Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 02 . Les coutumes traditionnelles. > La chandeleur provençale .

La chandeleur provençale .

 La chandeleur provençale  

La chandeleur marque dans nos familles la fin des fêtes de Noël et il est alors venu le temps de démonter les crèches installées deux mois plus tôt ou les décors de la Pastorale dans l’église Saint-Denis... En Provence, la tradition veut que l’on aille faire bénir une chandelle et rentrer dans nos maisons avec la chandelle allumée. Si la chandelle s’éteint avant, le présage est catastrophique. Une fois la chandelle dans la maison, la maîtresse de maison fait le signe de croix avec la chandelle devant chaque ouverture, porte et fenêtre, pour protéger la maison de la foudre . Ensuite, c’est le moment des crêpes. Lors de la réalisation de la première, on tient dans sa main une pièce, et de l’autre on fait sauter la crêpe. On place alors la pièce à l’intérieur de la crêpe que l’on enroule, et on place cette première crêpe à l’abri, jusqu’à la prochaine chandeleur. La crêpe de l’année précédente est jetée, et la pièce donnée à un pauvre. (dans certaines régions, la première crêpe est envoyée sur le haut de l’armoire et on la laisse sécher là .

La chandeleur, c’est aussi en Provence le moment des fameuses navettes de St Victor,  du nom de l’Abbaye St Victor de Marseille où on bénissait des cierges verts le jour de la chandeleur. En forme de barque, elles représentent l’accostage sur nos rivages des Saintes Maries par qui l’évangile nous fut transmise.

Une fois de plus, comme les festivités qui entourent la Nativité, la fête de la Chandeleur est liée à la lumière. Mais aussi à la purification, la fécondité, la prospérité, toujours très proches dans les croyances et les traditions.

Le mot "Chandeleur" vient précisément de candela - la chandelle - reprise dans l’expression Festa candelarum, fête des chandelles.

Dans les églises, les torches sont remplacées par des chandelles bénies que l’on conserve allumées, autant pour signifier la lumière que pour éloigner le malin, les orages, la mort,etc… et invoquer les bons augures à veiller sur les semailles d’hiver qui produiront les bonnes moissons de l’été prochain.

   

A l’époque romaine, on fêtait à cette date, vers le 15 février, le dieu de lafécondité Lupercus au cours des Lupercales, Lupercalia, jours de la fertilité, car c’était le début de la saison des amours chez les oiseaux. Par ailleurs qu’un certain Valentin, opposé aux romains, a également son mot à dire le 14 février.

Les Celtes
On trouvait un rite lié à la purification chez les Celtes qui craignaient tant le noir et le froid au soir de la grande nuit d’Halloween. A l’inverse, l’hiver tire à sa fin en février. La fête d’Imbolc le 1er février était fête de la purification de l’eau, pour s’assurer fertilité et fécondité avec le retour de la vie en cette fin d’hiver.

A la naissance de Jesus tout se complique car le 2 février est officiellement cejour-là la "Purification de la Vierge". Mais Dieu a préservé Marie du péché originel, alors pourquoi cette purification ? Nous étudierons ce cas une prochaine fois ..

  

L’église avait entrepris dès la fin de l’empire romain un vaste chantier de remplacement des rites païens par des fêtes religieuses. Comme on l’a vu au sujet de Noël. Ainsi le pape Gélase Ier au Vè siècle (que nous retrouverons au sujet de Saint Valentin) remplaça le vieux rite païen des lupercales, rite de la lumière hérité des romains par une fête religieuse, la fête de la Chandeleur, où l’on commémore 40 jours après Noël un rite…hébraïque. En orient, c’était jour chômé. En occident, on portait des torches en procession, signe de lumière. Cette fête devînt du même coup en 1372 en Avignon fête de la Purification de la Vierge.

On l’a déjà dit, une tradition provençale ancienne voulait que l’on allait à l’église faire bénir sa chandelle allumée et l’on revenait à la maison en faisant attention qu’elle ne s’éteigne pas car cela aurait été un signe maléfique (les jours de mistral c’était bassez compliqué..). La chandelle allumait était portée à travers toutes les pièces de la maison afin de protéger les lieux des méfaits de l’orage et des incendies mais également du mauvais sort : pour la chandeleur 2008, Mme Jugy-mère (une des dernières à sacrifier au rite) a fait le tour de l’Auberge du Grand Virage en faisant de grands gestes avec sa chandelle et en hurlant des imprécations que les voisins ont réussi à traduire par l’onomatopée " nipéloniriton " sans pour autant avoir eu d’explications précises sur le fondement de cette prière païenne...

De nombreux dictons sont nés de ce jour de chandeleur, sur le thème de l’hiver et du froid :

"Rosée à la Chandeleur, Hiver à sa dernière heure."
"A la Chandeleur, L’hiver s’apaise ou reprend vigueur"
"A la Chandeleur le jour croît de deux heures".(
Car les jours allongent sérieusement, la végétation du blé en herbe prend de l’importance, et une offensive de l’hiver serait alors particulièrement cruelle.).

Les crêpes deviennent "tantimolles" en Champagne, "vautes" en Ardennes, "chialades" en Argonne, "chache-creupé" à Metz, "sanciaux" en Limousin ou "crespets" en Béarn...
Tous les ans, le 2 février, vers cinq heures du matin, les rues autour de l’Abbaye Saint-Victor commencent à s’animer. Les messes de la Chandeleur se succèderont pendant 9 jours de fêtes et de foi. Plus de 80 000 pèlerins célèbrent une tradition qui remonte à l’an mil. La corporation des chandeliers célébrait le 2 février, une fête qui n’était pas pour appauvrir ses membres ! Les confiseurs de Marseille (les créateurs de la navette) dont la corporation se réunissait chaque année le 2 février, fêtaient non pas la fête de la Chandeleur mais celle de la Purification. Question de nuance !
Dans le Poitou, du début du XIXe siècle, les petits bergers allaient accrocher des crêpes en haut d’un arbre élevé. Ensuite, ils dansaient autour de l’arbre. La pie reconnaissante viendrait, le cas échéant, les avertir lorsque le loup approcherait.
Les habitants de Olney, (GB) , ont une façon bien particulière de fêter cette journée. A chaque Mardi Gras et ce depuis 500 ans, on organise la course aux crêpes. Tout le monde court vers l’église, en tenant une poêle dans laquelle il y a une crêpe encore chaude. Au top, ils courent vers l’église tout en faisant sauter leur crêpe dans la poêle.
Les Acadiens (au Canada) courent la Chandeleur, c’est-à-dire vont de maison en maison en dansant pour ramasser ce qu’il faut pour faire des crêpes qu’ils mangeront en commun à l’occasion de cette fête.

Dans le site, à la rubrique " les traditions locales et au chapitre "cuisine et recettes" vous pourrez trouver la recette des crêpes en cliquant sur le lien ci-dessous : 

http://tourtour.village.free.fr/spip.php?article534&var_mode=calcul

N’oublions pas non plus qu’à Tourtour, la crêperie "l’Aléchou" de Bibi et Jean vous accueille toute l’année avec de superbes spécialités de crêpes sucrées ou salées . Elle se trouve dans la Rue Grande, celle qui part de la boulangerie et qui va vers Aups ou Villecroze : vous ne serez oas déçus .!

 

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 14 décembre 2017