Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > La moto, Michel et l’assiette .

La moto, Michel et l’assiette .

 La moto, Michel et l’assiette . 

Durant les deux mois d’été, le village est en zone piétonne : un arrêté municipal validé par la Préfecture interdit l’usage de tout véhicule à moteur durant cette période : quelques dérogations sont accordées le matin pour la livraison des commerces mais aussi pour le déchargement des courses pour les riverains.
Aux deux entrées de Tourtour, des bites rétractables d’interdiction ont été posées pour empêcher la circulation des véhicules dans le village et il faut reconnaître que cette mesure est relativement bien respectée. hélas, le comportement de certains pose quelques soucis difficiles à résoudre. Il est certain qu’interdire réclame un minimum de pédagogie pour que le sens du défendu soit perçu, compris et appliqué de façon civique et citoyenne.
Un exemple :
la disposition des bites ne permet pas le passage d’une voiture ou d’une camionette mais elle n’empêche nullement pas celui des vélos, des scooters et des motos. Il serait donc judicieux qu’un panneau (à chaque entrée) stipule clairement VILLAGE en Zone Piétonne et un additif AMIS MOTARDS, Village-piétonnier interdit à tout véhicule à moteur.

Sur la place de notre village, les piétons et en particulier les enfants se sentent logiquement en sécurité et la zone piétonne recueille (pour sa deuxième année d’existence) une totale adhésion des tourtourains et bien sûr des touristes.Hélas, les motos et les scooters peuvent représenter un grave danger aux conséquences dramatiques.
Les vrais motards sont des gens raisonnables et ils sont dans la plus grande majorité soucieux des règles de vie citoyenne et de la sécurité de tous. il est absolument sûr qu’un panneau leur indiquant pédagogiquement l’interdiction totale serait totalement appliqué et respecté. La question est plus difficile pour les scooters et les quads : d’ailleurs, chacun a pu s’apercevoir que Mr le Maire sur son scoot ou son adjoint sur son quad ne donnent pas toujours le meilleur exemple de respect des règles qu’ils ont eux-même fixées ; Allons, Allons Messieurs !!!

S’il est un tourtourain qui rugit contre les motos c’est bien Michel Loquès ; Il y a environ dix jours, au retour de l’aïoli des chasseurs au local des Orgières (très belle réalisation fonctionnelle et écologiquement adaptée), Michel s’aperçoit qu’une splendide moto rouge  est garée contre le muret du jardin ; On connaît les effets euphorisants de l’aïoli et notre Michel en fit rapidement l’expérience. De rage, il voulait mettre le feu à cet engin motorisé qui était pour lui le symbole à deux roues d’un danger imminent. Fort heureusement, plusieurs clients de la terrasse ont réussi (avec peine) à le raisonner et le sujet de discorde semblait clos.

Malgré tout, Michel devait descendre à la Gardure pour s’occuper des bannettes et des tomates et il se leva ; Le risque d’explosion renaissait et on implora Michel de ne pas aller au bout de sa colère et de laisser intacte cette belle moto rouge. Quand il se dirigea vers l’engin, la terrasse entière connut une angoisse qui tenaillait chaque client des Ormeaux. Qu’allait-il arriver ? Allions-nous assister à un acte terroriste dans notre écrin protégé par les RG varois ? Michel tournait, virait, tournait, virait et l’anxiété gagnait Tourtour. Moun Dioù, aquo senti pas buon ! 
Et Michel virait encore autour de la moto pendant que chacun surveillait le moindre geste suspect avec la même attention qu’Angèle devant sa brouillade de truffes. Soudain, stupeur, tremblements collectifs et poils hérissés : Michel se dirige vers une table de la Farigoulette et se saisit d’un objet circulaire de couleur blanche. Mais de quoi s’agit-il ? L’inquiétude grimpe d’un cran quand il revient vers la moto rouge. Plusieurs sont prêts à intervenir en cas de danger grave.Toutes les mesures de sécurité sont prises, les enfants sont regroupés vers le porche de l’Horloge . Aie ! Michel tourne et vire encore deux fois autour de la moto et ouvre une des sacoches en cuir pour y placer l’objet . Il se dirige alors vers la chapelle et deux clients se précipitent pour vérifier le contenu de la sacoche afin de s’assurer que le risque d’explosion est supprimé .

Et de la sacoche en cuir, ils sortent....... une assiette en carton !!! Michel en voulait beaucoup à cette moto au point de vouloir l’incendier, la fondre, la pulvériser : mais il est tellement brave type qu’il n’a pris qu’une assiette en carton (en plus elle était propre) pour assouvir sa rage.

En tout cas, la question des motos reste posée !

Répondre à cet article

Mis à jour le jeudi 17 septembre 2020