Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 15 . Jumelage avec Portaria. > La notion de jumelage .

La notion de jumelage .

La notion de jumelage .  

 

LA CITOYENNETÉ EUROPÉENNE SUR LE TERRAIN

 

  

Née au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’idée du jumelage de communes a depuis largement fait son chemin. Aujourd’hui, sur le continent européen, près de 15000 collectivités locales sont impliquées dans le mouvement des jumelages. En France, les jumelages entrent désormais dans le cadre de la loi du 6 février 1992 (loi d’Administration territoriale de la République, titre IV "de la coopération décentralisée"). Notre pays compte environ 3 800 communes jumelées réparties sur tout le territoire (et certaines communes sont jumelées avec 2,3 ou 4 autres villes).

• 

Un concept à vocation politique

  

Ce mouvement s’est développé au gré de l’évolution historique, géographique et institutionnelle de l’Europe et des pays qui la composent. A partir du noyau franco-allemand et du cercle restreint des six pays fondateurs de l’Union européenne, un maillage de plus en plus étendu s’est tissé entre les collectivités locales : l’entrée de nouveaux pays dans le concert européen, la structuration progressive des pouvoirs locaux, la mise en oeuvre, par les institutions nationales et européennes, de politiques d’encouragement et de soutien... ont créé un environnement particulièrement favorable à l’engagement d’un nombre sans cesse croissant de collectivités locales sur la scène européenne.

• 
Dans le contexte de la réconciliation d’après-guerre, des grands débats menés au niveau diplomatique sur l’Europe en devenir, l’idée a peu à peu germé de construire l’Europe à partir de ce qui constitue la cellule de base de toute démocratie : la commune. 

Toutefois, à une époque où les relations internationales relevaient du domaine réservé des Etats, il fallait trouver un terrain d’action pour que les collectivités locales puissent s’exprimer et agir au delà des frontières de leurs pays : au lieu d’accords signés "au sommet", il s’agissait de pratiquer une gestion commune et concertée de relations bilatérales au niveau le plus bas des institutions, les communes.

• 
C’est pourquoi, les collectivités locales qui se sont regroupées à l’époque au sein du Conseil des Communes d’Europe (aujourd’hui Conseil des Communes et Régions d’Europe) ont d’emblée voulu donner une dimension politique à leur action internationale. C’est de cette volonté qu’est né le concept du "jumelage", instituant une pratique applicable partout par les collectivités locales, dans le cadre ou en l’absence de législations en la matière et dans un but clairement affirmé, susceptible d’être admis à tous les niveaux : L’Europe des citoyens.
• 
"Un jumelage, c’est la rencontre de deux communes qui s’associent pour agir dans une perspective européenne, pour confronter leurs problèmes et pour développer entre elles des liens d’amitié de plus en plus étroits" (J. Bareth, fondateur du Conseil des Communes et Régions d’Europe). Un jumelage s’inscrit dans le long terme : il est évident que Portaria et Tourtour doivent d’abord engager des liens étroits dans le domaine culturel, dans les actions citoyennes pour s’impliquer petit à petit dans des relations parfois basées sur le tourisme, l’économique, la jeunesse, le commerce....
• 

Il s’agit donc d’un contrat moral entre deux communautés qui n’a pas de limite dans le temps, qui entre dans un champ d’action pluridisciplinaire, qui est ouvert à toutes les catégories de populations et d’acteurs locaux et qui s’inscrit dans un objectif politique précis. Dans ce cas-là, le terme "politique" retrouve sa véritable identité, gestion de la cité et participation effective des habitants. Par exemple, quand le conseil municipal de Tourtour prend des décisions sur le financement partenarial du jumelage avec Portaria, il ne se positionne pas du tout en rouage d’une agence spécialisée dans les séjours vers les îles grecques mais en structure communale participant à une action citoyenne et sociale. De la même façon, les tourtourains qui se rendent en Grèce dans le cadre du jumelage ne sont pas que des touristes déguisés qui partent simplement à la recherche d’un dépaysement géographique ou pour la deécouverte d’un terroir gastronomique réputé : ils sont aussi (et surtout) des ambassadeurs de la commune, des envoyés militants de la cause européenne et des relations intercommunales basées sur le respect, le parage et la solidarité.

   

Peu à peu ce concept s’est imposé sur le plan international, et en particulier sur le plan européen, tant et si bien que les législations nationales qui ont été établies pour donner un cadre légal à l’action extérieure des collectivités locales se sont très fortement inspirées de ce qui se pratiquait déjà depuis bien longtemps dans ce domaine.

• Les jumelages en France
 
Ce n’est que récemment, que les collectivités locales françaises se sont vu officiellement reconnaître par le législateur le droit de mener, en tant que telles, des actions internationales, alors que près de 2 000 d’entre elles avaient déjà des relations avec des partenaires européennes ou dans le reste du monde. A côté de rencontres informelles et non institutionnelles, la nécessité s’est faite sentir d’offrir un cadre juridique défini et délimité.
• 

En France, les jumelages entrent désormais dans le cadre de la loi du 6 février 1992 (loi d’Administration Territoriale de la République, titre IV "de la Coopération décentralisée"). Tourtour est comme de nombreux villages, entré dans cette démarche et participe donc à cette philosophie humaine et sociale novatrice sur le continent européen.


 Avec ses 36 700 communes, forte d’une situation géographique privilégiée en Europe (7 voisins immédiats) et bénéficiant d’une image attractive sur le plan international, la France a toujours disposé d’un fort potentiel pour devenir un des fers de lance du mouvement des jumelages tant sur le plan européen que sur le plan mondial.

• 
Notre pays compte environ 3 800 communes jumelées réparties sur tout le territoire. On notera cependant que la proximité des frontières, la densité de population ou l’attractivité de certaines régions ont une influence sur cette répartition.

Les 3 800 communes françaises jumelées ont 5 600 partenaires situés sur le continent européen. Beaucoup d’entre elles ont également des partenaires situés dans le reste du monde, principalement dans les pays francophones et/ou dans les zones autrefois sous administration française (suites de la colonisation qui apportent une certaine sérénité entre les divers pays concernés).

Nos deux communes, Portaria et Tourtour sont actuellement dans une démarche positive et le jumelage se présente sous les meilleurs auspices : les habitants doivent poursuivre leurs liens amicaux avec les grecs de Portaria et au fil des décennies les retombées sur la vie et l’histoire des deux communes seront très favorables à tous. 
Bonne route ! et merci Portaria !

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 18 novembre 2017