Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > L’Union > Le billet de bonne ou mauvaise humeur. > A Tourtour, la pose des deux plaques (ou presque...).

A Tourtour, la pose des deux plaques (ou presque...).

 A Tourtour, la pose des deux

 plaques  (ou presque ... ).

 

On connait bien les expressions du type "il fallait bien choisir..." ou bien " chacun ses priorités " et autres adages de la même teneur ! A Tourtour, ce mois d’août a donné la preuve que nous savions mettre des images (et des sons) sur ces phrases et leur donner une signification bien concrète mais également bien différente. Dans ce cas-là, quoi de plus parlant et de plus précis qu’un petit rappel du mois précédent et des trois semaines écoulées ...

Premier épisode : (pose de la plaque en hommage à Annabel et Bernard Buffet) . Cérémonie bien préparée et organisée par la municipalité en partenariat avec l’association "les amis de Bernard Buffet" chère à Alain Vagh, notre célèbre céramiste salernois. Tout avait été parfaitement ciselé pour que Nicolas Buffet soit pleinement heureux et fier des remerciements officiels de la commune à ses parents et à l’oeuvre des deux artistes (en particulier le don des deux sculptures exposées sur le parvis du château communal).La soirée a été une totale réussite et notre village est donc devenu de facto une nouvelle étape sur la route de la découverte de ce peintre et un passage dorénavant obligé sur les circuits proposés par les voyagistes, en particulier nippons (donc, répercussions commerciales sur le village et surtout la Petite Auberge et la Bastide... bien joué !).

Avant d’en arriver au second épisode (et donc à la deuxième plaque) ne m’en veuillez pas de rappeler gentilment que donner son avis, soulever une question, mettre le doigt sur un point précis ... ne sont que des actions purement citoyennes dans le cadre d’une expression libre et démocratique au sein d’une collectivité humaine appelée village. Et ceux qui persistent à ne voir dans les articles du site "Tourtour, notre village" qu’une critique infondée ou une polémique stérile, ceux-là manquent tout simplement de respect à la mémoire de tous ceux qui se sont battus (et souvent sont morts) pour que notre pays soit libre et ses habitants libérés du joug de l’arbitraire, du fascisme, de l’asservissement culturel et de l’obscurantisme érigé en système d’éducation...

Deuxième épisode : Dans le journal Var-Matin du samedi 14 août 2010, à la rubrique "Villecroze"( tout à côté de l’article sur la soupe au pistou à Tourtour") un titre attire ma curiosité : "une plaque souvenir". Et bien sûr, (puisque, diront de bonnes âmes, je n’ai pratiquement que cela pour remplir ma si triste existence de retraité déboussolé) je me suis lancé dans la lecture du texte accolé. En quelques lignes, cet article nous informe que le Conseil Général a offert à chacune de ses 153 communes une plaque commémorative pour rendre hommage aux habitants du village qui ont constitué en août 1944 le " Comité Clandestin de Libération ", organe structurel de gestion provisoire des affaires communales après la dissolution des conseils municipaux institués sous le régime du Maréchal Pétain. La suite de l’article indiquait que la municipalité de Villecroze invitait donc la population de la commune à venir le dimanche 15 août 2010 à 12h00 pour assister à la pose officielle de cette plaque en présence des descendants des citoyens honorés (ceux dont les noms étaient donc gravés sur la plaque). Cette information parue dans la rubrique locale de notre village voisin m’a fait immédiatement me souvenir d’une plaque semblable vue au mois de juillet dans le hall d’accueil de la mairie de Tourtour, posée juste à côté de l’ordinateur de la secrétaire à qui l’on a confié le rôle d’hôtesse au rez-de-chaussée. J’avais prêté une certaine attention à cette plaque car les héritages successifs de Saint-Denis m’ont doté d’une curiosité congénitale associée à une légère tendance fouineuse, mais également parce que je n’avais jamais entendu la moindre indication sur cette période historique du village, même si elle ne concerne effectivement qu’une durée de quelques semaines. Pour satisfaire un petit besoin d’archiviste amateur je me suis empressé de recopier l’intitulé exact de la plaque : " Ville de Tourtour, 15 août 1944, Comité Clandestin de Libération, Grelot Marcel, Tholozan Marius, Troin Jules, Verdaine André, Villanova François ".

La plaque posée (comme dans les autres communes varoises) à Puget-Ville par le maire , Max Bastide est exactement du même type que celle de Tourtour et nous serons donc heureux de pouvoir photographier celle de notre village, quand elle sera posée ...(ça donne déjà une petite idée de l’aspect "culture historique" de nos chers élus tourtourains...).

En la regardant posée sur le meuble d’accueil de la mairie, je trouvais que c’était une belle plaque, sobre, sans forfanterie ni décoration ostentatoire, un hommage discret mais très historiquement élégant . Dans ma petite tête je me disais que c’était vraiment bien que la municipalité tourtouraine ait pensé à honorer cet épisode local et ses cinq citoyens notabilisés durant cette période transitoire de la gestion communale . Je croyais même innocemment qu’une cérémonie commémorative serait organisée en août (à la date anniversaire, donc le 15) pour célébrer ce moment de la vie politique de l’immédiate après-guerre : cela dit, sur le programme officiel des festivités tourtouraines, aucune indication sur ce fait... Donc j’ai attendu... 
" J’ai cueilli des fleurs et j’ai chanté tant que j’ai pu,
J’ai attendu, attendu, elle n’est jamais venue , laï laï laï laï..." (Joe Dassin en parlait déjà de cette plaque !!).

Les jours ont passé, le 14 août est arrivé et l’article est donc paru sur l’en-tête Villecroze : à sa lecture, il était facile de comprendre que la plaque villecrozienne était du même type que toutes les autres offertes par le Conseil Général aux 153 communes du département . Chaque localité varoise avait reçu une plaque où figuraient les noms des personnages locaux désignés pour la gestion des affaires de la cité en attente des nouvelles élections municipales : le Conseil Général avait adressé un courrier d’accompagnement pour inviter les mairies à accorder une attention particulière à ce moment historique de chaque collectivité territoriale et attribuer une cérémonie protocolaire et institutionnelle à l’épisode. Pour notre commune, les cinq hommes désignés étaient donc chargés de diriger la cité en assumant la responsabilité de la gestion territoriale après la destitution et la dissolution de toutes les institutions placées sous le régime de Vichy et du Maréchal Pétain. Nos 5 délégués furent donc mis dans une situation politique difficile et ils furent contraints de mettre en place les nouvelles directives nationales édictées par le Général de Gaulle et les appliquer au niveau de notre village . Tourtour pouvait donc logiquement et simplement s’associer à cet hommage départemental mais, pour l’instant, en ces jours de mi-septembre, rien n’est encore apparu sur le moindre mur du village.

Le samedi 14 août a été très pluvieux mais le lendemain le soleil est revenu... Hélas, pour le Comité Clandestin de Libération, le dimanche 15 août 2010 sera néanmoins resté dans l’ombre... 

Quelques uns diront... dans le fond, si on y regarde bien, si on analyse objectivement cet épisode de l’histoire de Tourtour date donc de 66 ans et de nombreux tourtourains sont assez peu intéressés par un événement qui pour eux, ne veut plus dire grand-chose ! bèn voyons ! Quelques autres diront autrement et proposeront que malgré tout, il est important que le patrimoine humain de la commune soit valorisé mais également que les jeunes générations puissent être informés des épisodes glorieux qui ont émaillé l’histoire du village et de ses habitants.

Voilà donc les deux épisodes des deux plaques et il faut bien reconnaitre que la deuxième plaque n’a pas eu la même destinée que l’autre . En rapport avec la plaque apposée pour les époux Buffet, la plaque commémorative d’août 1944 n’a pas la même signification ni la même symbolique : d’ailleurs, il serait vraiment illusoire, malvenu et déplacé de les mettre en concurrence ou en opposition. Malgré tout, notre municipalité se serait honorée d’accorder malgré tout un minimum de respect à cinq personnes qui méritaient grandement une vraie considération. Nos élus ont préféré ne rendre qu’un seul hommage à sens unique aux deux artistes et il est bien dommage que cette décision arbitraire ait été prise en ignorant totalement l’existence de l’autre plaque : on peut, sans honte, rajouter qu’à aucun moment il n’a été donné un seul petit élément d’information aux habitants de Tourtour sur le don effectué à la commune et à ses administrés par le Conseil Général, en hommage à cet épisode historique.(un détail : la conseillère générale du canton étant située sur la gauche de l’éventail politique, ceci pourrait-il expliquer cela ..?).

Evidemment, on va sûrement avoir maintenant des explications tarabiscotées et oiseuses pour justifier que la plaque sera posée plus tard, et que ci et que ça, que patin et couffin, que le lyonnais ne sait que se plaindre et critiquer, et patati et patata...C’est le jeu, on va nous servir à retardement une explication à vingt centimes mais de nombreux tourtourains (de plus en plus nombreux d’ailleurs) ne seront guère dupes de cette justification rétroactive et ne comprendront sans doute jamais pourquoi cette plaque commémorative est restée un certain temps (on va voir combien..) au fond d’un placard alors qu’elle devait être (comme ailleurs dans le département) posée en août...de cette année.

Mon cher Pierre, avec plusieurs de tes chers amis, vous êtes encore une fois vraiment passés à côté.... de la plaque...!!

 

 

 

Vos commentaires

  • Le 17 septembre 2010 à 21:58, par Goure En réponse à : Les deux plaques

    Pour remplir terrasses et restaurants il valait mieux mettre la plaque en hommage aux Buffet. C’est dans la logique people de notre triste époque mercantile.

    Quant à honorer correctement les 5 noms cités, on a dû penser que rien ne pressait , que de toute façon , tout le monde (ou presque) s’en fichait. Alors la 2° plaque peut bien attendre...

    Je suppose qu’AMPUS a bien dû recevoir une plaque ?? Motus. Si elle a été envoyée , elle est toujours dans un placard.
    Je vais essayer d’en savoir un peu plus. Merci.

Répondre à cet article

Stats | 10 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le lundi 19 novembre 2018