Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 01 . Les fêtes au village. > La Fête de l’Oeuf > Les Omelettes . > La recette de base .

La recette de base .

 On casse les oeufs dans un "cul de poule" ou un saladier, on ajoute les fines herbes ciselées et on bat avec une fourchette. (il est reconnu que l’usage du fouet détruit quelque peu les fils du blanc de l’oeuf ce qui nuit à la "moèllitude" comme dirait Ségolène). 

 On obtient un mélange où apparaissent les petites bulles. Faire fondre une noix de beurre (à Tourtour on préfère officier avec l’huile d’olive mais c’est mieux avec le beurre) . Bien sûr, il faut que tout le fond de la poêle soit couvert de matière grasse.

 Verser les oeufs dans la poêle bien chaude. Laisser prendre une minute puis ramener vers le centre les parties qui commencent à jaunir (elles se coagulent).

 Petit à petit (le feu a été légèrement réduit) on arrive à une belle consistance comme ci-dessus.

 On mélange le tout une dernière fois avec la spatule et on laisse 2 mn pour que l’omelette s’agglomère entre toutes les parties. 

 Il ne doit pas y avoir de coloration excessive sinon l’omellete manquera son inimitable saveur baveuse. En penchant la poêle, on ramène une partie sur l’autre moitié et on fait glisser dans l’assiette. A Tourtour, on aime bien l’omelette ronde et parfois même on la tourne avec le "vire-peï".

Comme d’habitude, cette recette est un exemple. De nombreuses cuisinières agrémentent selon leurs envies, leurs souvenirs. On peut rajouter un peu de lait ou de la crème fraîche, on peut mettre du gruyère râpé... 

  

 Encore une fois l’imagination est de rigueur : à partir des procédés basiques de l’omelette on peut rajouter ce qui nous plaît, ce qui reste... Avec du jambon, des champignons, des câpres, des fleurs de courgettes, des merguez...  

Ma mère faisait une très bonne omelette avec de la salade verte : les premières grosses feuilles étaient cuites à l’eau (3 mn seulement) elles étaient coupées avec le hachoir sur la vieille planche en bois. Deux oignons frits dans l’huile puis tout le mélange dans le saladier : oignons, salade, oeufs, sel, poivre. Bien cuite, dorée et tournée. 
On la mangeait avec du vinaigre et la salade verte à côté : les bons souvenirs viennent aussi de choses simples...

 

-->

 La recette de base  

Que les choses soient limpides ! Je ne prends personne pour des billes en écrivant un article sur la recette de base de l’omelette... Il est évident que la plupart d’entre nous se débrouille avec des oeufs et une poêle. Mais les jeunes générations s’intéressent de moins en moins aux fondamentaux de la pratique culinaire : donc, pour ceux qui préfèrent manger un steack avec de la mayonnaise plutôt qu’avec de la moutarde, pour ceux qui croient que les petits artichauts violets doivent être cuits, pour ceux-là, voyons un peu la simple et rustique omelette...

   

Pour cette recette : Oeufs frais (3 par personne) - sel - poivre - beurre fondu - herbes fraîches au choix (ciboulette, cerfeuil, coriandre ...) . Bien sûr, la recette de base ne devrait pas être démontrée avec des herbes fraîches mais on sera pardonné...

 On casse les oeufs dans un "cul de poule" ou un saladier, on ajoute les fines herbes ciselées et on bat avec une fourchette. (il est reconnu que l’usage du fouet détruit quelque peu les fils du blanc de l’oeuf ce qui nuit à la "moèllitude" comme dirait Ségolène). 

 On obtient un mélange où apparaissent les petites bulles. Faire fondre une noix de beurre (à Tourtour on préfère officier avec l’huile d’olive mais c’est mieux avec le beurre) . Bien sûr, il faut que tout le fond de la poêle soit couvert de matière grasse.

 Verser les oeufs dans la poêle bien chaude. Laisser prendre une minute puis ramener vers le centre les parties qui commencent à jaunir (elles se coagulent).

 Petit à petit (le feu a été légèrement réduit) on arrive à une belle consistance comme ci-dessus.

 On mélange le tout une dernière fois avec la spatule et on laisse 2 mn pour que l’omelette s’agglomère entre toutes les parties. 

 Il ne doit pas y avoir de coloration excessive sinon l’omellete manquera son inimitable saveur baveuse. En penchant la poêle, on ramène une partie sur l’autre moitié et on fait glisser dans l’assiette. A Tourtour, on aime bien l’omelette ronde et parfois même on la tourne avec le "vire-peï".

Comme d’habitude, cette recette est un exemple. De nombreuses cuisinières agrémentent selon leurs envies, leurs souvenirs. On peut rajouter un peu de lait ou de la crème fraîche, on peut mettre du gruyère râpé... 

  

 Encore une fois l’imagination est de rigueur : à partir des procédés basiques de l’omelette on peut rajouter ce qui nous plaît, ce qui reste... Avec du jambon, des champignons, des câpres, des fleurs de courgettes, des merguez...  

Ma mère faisait une très bonne omelette avec de la salade verte : les premières grosses feuilles étaient cuites à l’eau (3 mn seulement) elles étaient coupées avec le hachoir sur la vieille planche en bois. Deux oignons frits dans l’huile puis tout le mélange dans le saladier : oignons, salade, oeufs, sel, poivre. Bien cuite, dorée et tournée. 
On la mangeait avec du vinaigre et la salade verte à côté : les bons souvenirs viennent aussi de choses simples...

 

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017