Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > L’eau, la source, l’arrosage... > La source de Tourtour. > La source de Tourtour.

La source de Tourtour.

 La source de Tourtour. 

A Tourtour, les estivants, les promeneurs, les curieux posent souvent la question :
" mais elle vient d’où toute cette eau ? "

D’où vient-elle ? Est-ce une source ? Est-ce une résurgence ?
On va essayer de trouver la réponse en ayant quelques explications sur ces phénomènes hydrologiques si particuliers.

Une source est une eau qui sort naturellement de terre, ou par métonymie (extension du sens du terme) le point où cette eau jaillit. C’est souvent l’origine d’un cours d’eau, mais des sources peuvent alimenter des mares, lacs ou s’écouler directement en mer, ou produire une eau qui disparaît à nouveau dans le sol.

Il existe différentes approches permettant de classer les sources : - l’hydrochimie permet de classer les sources selon leurs qualités, - la géologie et pour êre plus précis l’hydrogéologie qui cherche à expliquer l’origine et le fonctionnement de la source, - le thermalisme qui classe les sources selon leur température et l’usage qui peut en êre tiré.

    

 

Une source nait de la conjonction de facteurs topographiques et hydrogéologiques comme une meilleure perméabilité locale. Si une source coule en permanence elle est pérenne. Dans les aquifères karstiques les sources peuvent ne se mettre à couler qu’en fonction d’un évènement pluvieux.

La notion commerciale d’eau de source évoque une eau d’origine souterraine, ayant été mieux protégée des pollutions que les eaux de surface, et n’ayant subi ni traitement, ni adjonction. Elle doit satisfaire les critères de potabilité (ce qui n’est pas forcément le cas d’une eau minérale naturelle). Une source à proprement parler n’est donc pas nécessairement à l’origine d’une usine d’embouteillage d’eau de source.

Une résurgence et une exsurgence sont l’endroit où un réseau hydrographique souterrain sort du sous-sol. A l’origine d’une résurgence, il y a en théorie un cours d’eau superficiel dont une partie ou la totalité de l’écoulement s’infiltre dans le sous-sol. Le cours d’eau s’infiltre et ressort à l’air libre. Une exsurgence est l’exutoire d’écoulements souterrains dont l’origine est une infiltration diffuse des eaux de pluies dans le sous-sol. C’est la première sortie à l’air libre d’un écoulement souterrain. La nuance entre exsurgence et résurgence étant fine, seul ce dernier terme est resté dans le langage courant. Les résurgences sont particulièrement abondantes dans les plateaux calcaires dits karstiques ; dans les causses par exemple. Ce jaillissement se fait à l’air libre, mais aussi en mer, jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de profondeur et jusqu’à plusieurs centaines de mètres du rivage. Ces résurgences marines ont parfois été utilisées par des marins, comme source d’eau potable en pleine mer.

    

On peut assimiler une résurgence à une source, dont l’eau, décantée dans les roches qu’elle a traversées, est souvent de bonne qualité, mais pas toujours car un réseau karstique n’est pas filtrant, une pollution peut s’y transmettre à grande vitesse (cf. résurgence de la Loue).

Lorsque l’eau entre dans le sous-sol, on parle de perte.

Un détail :
Mon cousin Michel (celui que Robert des Vaches appelle l’Abbé Pierre) est un spécialiste passionné par l’eau et les phénomènes hydrographiques (les sources, les fontaines, l’irrigation, l’arrosage..). Il collectionne les martellières, ces plaques de fer qui coupent l’eau en travers des ruisseaux pour l’arrosage partagé selon les jours ou les heures.
Il écrira quelques articles sur tous ces sujets mais il est le fils d’Eugène ce qui suppose une vitesse relativement réduite avant le plein régime. Donc un peu de patience...

Vos commentaires

  • Le 24 août 2010 à 22:14 En réponse à : Martellières

    SVP l’article promis sur les martellières avec quelques photos.Merci.
    A Ampus je connais un coin où il y a une jolie martellière, petite, pour un ruisselet, maintenue par une chaîne. J’ai toujours peur que quelqu’un ne la vole. Je vous enverrai une photo par Facebook

Répondre à cet article

Mis à jour le mardi 5 novembre 2019