Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 22 . La région PACA, le Conseil Régional . > Le FLNP (Front de Libération Nationale de la Provence ).

Le FLNP (Front de Libération Nationale de la Provence ).

 Le FLNP 

 (Front de Libération Nationale de la Provence ).

 Au départ, à la première alerte à la bombe (en janvier), nul n’accordait un quelconque crédit à des revendications sérieuses et le groupe se nommant FLNP ne faisait guère remuer autour de lui ... Depuis, ce sont trois faits qui se sont déroulés et un tract revendicatif a été envoyé : ainsi, les autorités policières et les groupes anti-terroristes sont sur les dents et les recherches s’intensifient pour retrouver le ou les coupables de ces actes graves .
L’affaire est donc montée jusqu’à Paris et les journalistes et médias nationaux commencent à couvrir cette actualité brûlante : bien évidemment, il serait dommageable pour la saison touristique que l’enquête ne produise pas d’effets rapides ... 

 

Publié le

Vous pouvez retrouver l’article sur le site internet du journal local en cliquant sur le lien suivant :

www.varmatin.com/draguignan/diapo-une-bombe-du-front-de-liberation-de-la-provence-devant-une-banque-a-draguignan.1227293.html

Un engin explosif de conception artisanale a été découvert ce lundi matin vers 6h40 devant la banque BNP Paribas du boulevard Foch à Draguignan.

Selon les premiers éléments, il s’agissait d’une bouteille de butane reliée à un système électrique.
La bombe a été désamorcée à 8h50 par les démineurs de Toulon. Le périmètre de sécurité, élargi aux rues Jean-Aicart et au boulevard de la Liberté, a ensuite été progressivement levé.

Des tracts ont été trouvés à proximité, signés Osco Prouvenco "FLNP", sigle désignant le Front de libération nationale de la Provence. Le texte dénonce "la colonie des spéculateurs et des nantis" et menace déjà de nouvelles actions. Alertés par des passants, les sapeurs-pompiers et les hommes du commissariat de police de la ville ont sécurisé le périmètre, situé en plein centre-ville.
Aucune évacuation n’a été ordonnée dans les immeubles mitoyens de la banque, pour la plupart des appartements de bureaux, fermés au moment des faits. L’école Mireur, située à une centaine de mètres de l’engin, était fermée même si un accueil était tout de même assuré pour les enfants venus seuls.

 

A la suite de l’explosion de Sanary, un groupe a commenté l’action revendiquée par le FLNP : vous pouvez retrouver l’ensemble de leur analyse en cliquant sur le lien suivant :
sheisausorelh.e-monsite.com/blog/politique/sur-l-action-de-sant-nari-en-provenca.html
" Sous l’article de Nice Matin, toutefois, ’sans cautionner le geste’, un commentaire donne sans doute un assez bon aperçu du ’sentiment populaire’ qui l’a guidé : "Elles [les agences immobilières] vendent notre région, font exploser le prix des loyers, accélèrent le déracinement des gens... Et "ils" s’étonnent ensuite. Je ne cautionne pas le geste, mais les provençaux en ont ras le bol. Nous aussi, on veut vivre notre identité ! Côte d’azur ? Tous ces mots là pour nous déraciner. Viva Prouvènço"...Comme pour toute pensée, en l’occurrence TRADUITE EN ACTE, nous n’avons en effet là rien d’autre que le REFLET D’UNE RÉALITÉ MATÉRIELLE : la côte provençale, comme toute la côte méditerranéenne (ou encore aquitaine, mais là il y a plus d’espace) a été depuis des années soumise à la pression de plus en plus intolérable de la spéculation immobilière liée au tourisme de masse et au "résidentialisme" secondaire de la bourgeoisie du Nord (s’ajoutant à la bourgeoisie ’autochtone’), faisant exploser la valeur du mètre carré au point que, dans certaines communes, même un studio est (que ce soit à louer ou à acheter) devenu inaccessible à des revenus populaires, de l’ordre du SMIC ou d’un peu plus du SMIC, ou encore, que des personnes avec une petite retraite ou même le minimum vieillesse, mais s’étant constituées un petit "patrimoine" immobilier à travers une vie de labeur, se retrouvent assujetties... à l’ISF. C’est là le résultat, tout simplement, de l’organisation sociale TERRITORIALE, de la "division régionale des tâches" économiques dans l’État français, avec ses "centres" et ses "périphéries" : au ’Y’ Marseille-Paris-Strasbourg (en passant par Lyon) la ’dynamique’ économique - non sans ghettos urbains autour des grandes villes et bassins industriels relégués, à l’Occitanie, au "Nord" ou à l’’Ouest’ (dont la Bretagne) ’profonds’ la relégation et le ’quart-monde’ (bassins industriels désolés et poches de misère rurale, absence d’emploi et de services publics etc.), au régions côtières (occitanes notamment) le bronze-cul estival, la spéculation immobilière, les littoraux bétonnés et l’écosystème marin ravagé par les yachts et les jet-skis, les quèques paradant en décapotable et lunettes de soleil Gucci, etc... IL EST LOGIQUE ET NORMAL QUE LE RAS-LE-BOL DES MASSES POPULAIRES EXPLOSE, EN DES IDÉES ET DES ACTES DE PLUS EN PLUS RADICAUX.

Voici le texte de cet article de ce jour , mardi 7 mai (Christophe Chevignaud).

Le sigle ne renvoie jusqu’alors à aucun mouvement structuré connu des services. S’agit-il d’un groupuscule émergent ? L’œuvre d’un serial bomber ? Ou une succession d’initiatives isolées ?

Et de trois. Trois actes de malveillance signés "FLNP" dans le Var à peine plus de trois mois. Le 21 janvier, une première bombe mal bricolée était découverte au pied d’une agence immobilière à Garéoult. Deux mois plus tard, le 23 mars, un nouvel engin avait cette fois fait voler en éclat la vitrine d’une autre agence immobilière, à Sanary. Et ce lundi, c’est une agence bancaire qui était ciblée en plein cœur de Draguignan. À chaque fois, on retrouve le sigle "FLNP", tagué sur un mur ou, hier, imprimé sur des feuilles volantes.

Le parquet antiterroriste de Paris s’est saisi de ces trois affaires. La PJ de Toulon, le groupe antiterroriste de la brigade criminelle de la PJ de Marseille et la sous-direction antiterroriste (SDAT) sont chargés de mettre la main sur le ou les auteurs qui se cachent derrière ce mystérieux "FLNP". Le sigle ne renvoie jusqu’alors à aucun mouvement structuré connu des services. S’agit-il d’un groupuscule émergent ? L’œuvre d’un serial bomber ? Ou une succession d’initiatives isolées ?

Les hypothèses restent d’autant plus ouvertes que la tentative d’attentat de lundi se singularise des deux premiers faits, notamment par la découverte d’un tract revendicatif. Un texte menaçant, rédigé sur fond d’identitarisme exacerbé et sous couvert de lutte contre les conséquences de la pression immobilière.

______________________________________

Commentaires du site " tourtour, notre village" :

** Les raisons qui ont conduit le ou les auteurs de ces actes à agir restent pour l’instant obscurs mais il n’aura échappé à personne que le climat ambiant sur Draguignan et sur le haut-Var n’est plus aussi serein et sécurisé qu’autrefois . De même, les promoteurs, les marchands de sommeil de luxe, les magouilleurs en tous genres, les camelots du label " Provence", les profiteurs de tous poils...s’en donnent à coeur joie depuis des années et se remplissent les poches en dépit de toute morale et de tout sens civique . Ils agissent égoistement pour leur "propre" compte sans se soucier des conséquences à long terme sur le climat social et sur les réactions des habitants des territoires soumis à ces énergumènes dénués de toute conscience citoyenne. Il se pourra donc que l’enquête prouve que les faits survenus (et décrits ci-dessus) ne sont que l’oeuvre d’un seul illuminé mais il n’empêchera que les problèmes soulevés ne pourront conduire - un jour ou l’autre - qu’à une action concertée de groupes revendiquant une "Provence Libre", un territoire purgé de tous ces malfrats de la finance, de l’immobilier, du tourisme verreux et de l’entourloupe qui gangrènent impunément nos contrées depuis bien trop longtemps ...
Les élus, les décideurs, les forces vives du département vont devoir se pencher sur la question avec la ferme intention de pratiquer un assainissement en règle des comportements nuisibles ...


Vos commentaires

  • Le 7 mai 2013 à 22:41, par Goure En réponse à : Le FLNP

    Je condamne la violence qui consiste à placer des bombes pouvant tuer des innocents.
    On DOIT défendre ses idées autrement si l’on veut vivre en démocratie.
    Je condamne cette violence qui nous ferait croire en barbarie !

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le lundi 9 octobre 2017