Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Patrimoine local > 01 Les monuments, le musée, le moulin, le théâtre de verdure. > Le Moulin à Huile . > Le Moulin à Huile de Tourtour .

Le Moulin à Huile de Tourtour .

 Le Moulin à huile de Tourtour . 

Le vieux moulin à huile du village est encore en activité : sur l’image ci-dessous, vous remarquerez que ce moulin est typique, construction pierre et bois. Tourtour comptait plusieurs moulins (huile et farine) et une rubrique leur sera consacrée bientôt.
Chaque été , le moulin est occupé par des peintres qui peuvent bénéficier d’un lieu superbe pour leurs expositions (Liselotte Vogel-Steinbach et ses magnifiques aquarelles).

Parmi les monuments les plus visités de Tourtour, le vieux moulin à huile est sur le podium car les visiteurs sont très friands de ce genre de trace du passé traditionnel provençal.
Notre moulin est encore en usage de nos jours et la production d’huile est importante pour un petit village. La notion de normes HACCP (normes européennes de prévention microbienne et bactériologique) ne permet plus à notre huile d’être autorisée à la vente commerciale mais il semble que certaines dérogations soient accordées. 
Un détail : pour conserver l’huile d’olive, la meilleure bouteille est celle de Perrier, en verre. Pourquoi ? simplement parce que le verre est teinté en vert foncé ce qui empêche la lumière de nuire à la conservation.

Tous les ans, entre fin novembre et mi-février, le moulin fonctionne. Durant de nombreuses années (au moins une vingtaine) Louis Dauphin était le maître d’oeuvre des opérations. Rendez-vous a été pris avec Loulou pour qu’il puisse nous conter ses souvenirs. (mais ce n’est pas pour tout de suite).
Pour le moment, quelques indications sur les divers fonctionnements de moulins à huile :

 MOULIN A HUILE :

Contrairement au moulin à eau et au moulin à vent le moulin à huile n’a pas encore mérité autant d’attention qui permettrait sa défense, sa conservation et sa restauration. Heureusement, à Tourtour, les différentes municipalités ont toujours su préserver ce monument comme témoin vivant d’une richesse patrimoniale : on peut espérer que cette démarche continue à être adoptée pour la sauvegarde d’autres monuments qui mériteront (ou méritent déjà) une attention particulière : le lavoir, les fontaines, les deux églises, la Tour de Grimaud...

Beaucoup de moulins à huile ont disparu faute d’activité ou d’entretien.

C’est que l’histoire de la fabrication de l’huile d’olive est souvent ignorée et la mutation technique qui nous a conduit des moulins ancestraux aux centrifugeuses modernes doit nous inciter à nous pencher sur ces machines au risque de les voir disparaître des rives de la Méditerranée. C’est qu’elles ont joué un rôle important, souvent méconnu, dans l’évolution technique du monde occidental.

Ancien moulin à huile

Le moulin est (ou était) un lieu de convivialité où il régnait une bonne ambiance, presque festive, dès le début du mois d’octobre période de révision et d’entretien du matériel qui devait être fin prêt au début du mois de novembre.

Immédiatement après la cueillette, on procède au triage afin d’éliminer les petits cailloux, les brindilles et autres impuretés qui pourraient donner un goût amer à l’huile puis on achemine rapidement les olives destinées au moulin.

En France, la règle est de presser le jour de la cueillette.

Trois phases dites de triturage sont ensuite nécessaires pour recueillir le jus de l’olive qui contient de 20 à 25% de son poids en huile :

Le Moulin peut presser les olives de plusieurs exploitants et producteurs d’olives, c’est le cas dans les coopératives oléicoles. Chaque livraison est répertoriée et soumise à un contrôle de qualité afin d’inciter les exploitants à soigner leur production. De bonnes conditions de stockage des olives sont également déterminantes pour la qualité de l’huile. En effet, la qualité de l’huile peut être altérée à cause des phénomènes d’hydrolyse et de lipolyse enzymatique ou microbienne.

Il existe beaucoup de techniques qui ont évolué au fil du temps.    

Ainsi de la technique où les olives étaient simplement pilées dans un mortier (Syrie, XIXème) souvent comparée à la technique utilisée par les Hébreux pour les usages sacrés à nos chaînes en continu, s’est vue appliquée à maintes et maintes techniques. Pour ne citer que les plus connues ; le foulage, le moulin à sang actionné par un animal, le moulin à eau, qui a permis d’augmenter le nombre de meules, et enfin le moulin électrique.

Le pressage à aussi connu plusieurs techniques ; le pressoir à vis, le pressoir à coins, le pressoir à arbre, le pressoir à arbre et à vis, le pressoir à vis directe, le pressoir à deux vis fixes, surtout utilisé dans les régions de la Méditerranée.

   

Le pressoir à arbre :

On date son apparition aux alentours du VIe siècle avant J-C.

Image:Pressoir queue d'aronde par JM Rosier.jpg

  1. - Axe vertical / grosse poutre ou prelum
  2. - Encoches de hauteurs variables permettant de faire varier le pression et la quantité de scourtins
  3. - Levier permettant de manoeuvrer le cabestan
  4. - Encoche en queue d’aronde servant à caller les "arbores" (piliers de bois encrés dans le sol si rocher ou dans un contre-poids) du cabestan.
  5. - Scourtins
  6. - La meule creusée de une ou plusieurs rigoles pour l’écoulement de l’huile vers les bassins / cuves de stockages.

Le pressoir à bascule  :

Date du premier siècle avant J-C. C’est une grosse vis de bois qui, en tournant, pousse sur le tronc qui presse les scourtins.

Le pressoir à vis directes  : 

Il fait sont apparition dans l’antiquité. Variante du pressoir à bascule, remplaceant le tronc par des plaques (également de bois) afin de presser les scourtins.  

La méthode ancienne d’extraction par pression consistait à séparer le moût d’huile du grignon par une filtration dans un empillage de scourtins, en alternant couches de pâte et scourtins sous une presse.

En 1956, année noire, le gel fait éclater le tronc des oliviers, ravage l’oliveraie provencale et amène la scourtinerie au bord de la faillite. (les dommages collatéraux que subissent les sous-traitants).

Les fabriquants de scourtins ont vite remarqué que beaucoup de gens (on connaît cela à Tourtour) utilisaient les scourtins usagés comme des paillassons et l’idée leur vint de teindre les fils de coco et de transformer les scourtins destinés à l’huilerie en objet de décor et d’ameublement. 

un moulin au moyen age

 
 Les pressoirs à chapelle

 

 Les pressoirs à chapelle apparaissent au XVIIIe siècle. Dans ce principe, la vis presse directement. Afin de lutter contre les forces de résitance au moment du pressage, les moulin étaient directement encastré dans le bâti. Ce système s’appelle « pressoir à chapelle » à cause de la forme en croix que l’on donnait à la structure servant à maintenir la vis en place.

un moulin au moyen age

 

 

 

 

 

 le scourtin .

 

 

 

 

 

Vos commentaires

  • Le 5 janvier 2009 à 10:44 En réponse à : Merci

    Merci pour ces explications et merci surtout d’avoir su préserver ce moulin que je visite régulièrement. C’est un enchantement.
    Marie-Marthe Chevalier(Ampus)

  • Le 19 janvier 2010 à 12:02, par Jasmine Lara En réponse à : Juste une question

    Oui, rien à dire pour l’article, mais juste une question : où trouve-t-on ces scourtins en couleur dont la photo illustre l’article ?
    Merci.

  • Le 19 janvier 2010 à 13:20, par Gilbert Giraud En réponse à : Scourtins .

    La quasi totalité des scourtins est actuellement fabriquée en Tunisie mais il reste une seule scourtinerie en France, à Nyons (Drôme, là où l’huile d’olive est en AOC). Dans cette fabrique, les scourtins sont faits pour les moulins mais aussi pour la décoration (avec fibres de coco en couleurs ). Voilà l’adresse : Etablissement Flert, 36 la Maladrerie, 26110 Nyons, 04/75/26/33/52. Vous pouvez également consulter leur site internet www.scourtinerie.com/visite_atelier.htm . Quand vous nous inviterez, on saura d’ou vient le paillasson !

  • Le 20 janvier 2010 à 01:29, par Jasmine Lara En réponse à : Merci pour les scourins... et correction d’une erreur

    Merci bien pour les scourtins : je prends donc note.

    Je voudrais aussi corriger une grossière erreur en réaction à Lo..Li..Ta : l’oiseau bariolé c’est de Jerzy Kosinski : pas étonnant qu’on n’en parle pas lorsqu’on évoque l’oeuvre de Vladimir Nabokov.

    Je me couvre la tête de cendres et je fais à genoux la montée de St Denis... (entre minuit et une heure, que personne ne me voit)

  • Le 13 avril 2012 à 17:55, par Clémence En réponse à : Merci !

    Je ne savais pas du tout que de tel moulin existait et le fonctionnement détaillé est très intéressant !
    Merci de vous occuper de ce moulin !!

    Deco mariage

    Vous cherchez des biens de decoration mariage en solde ? Vous venez de trouver le web site que vous cherchiez depuis des mois . Retrouvez également des tulle mariage et des ballon mariage sur notre site de céremonie dédié aux évènements !

  • Le 13 avril 2012 à 18:49, par Gilbert Giraud En réponse à : moulin ...

    Le responsable du moulin municipal est Jean-Marc Simon : lui qui est un lecteur assidu du site (il fait le résumé ensuite mais il commet souvent quelques erreurs de transcription !...), il sera très heureux de votre commentaire !... (ne lui en voulez pas s’il ne répond pas, il est très occupé !!...).

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017