Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 15 . Jumelage avec Portaria. > Le Musée du Komboloï .

Le Musée du Komboloï .

 

Le Musée du Komboloï . 

Les tourtourains qui sont allés en Grèce dans le cadre du jumelage Tourtour-Portaria ont vu cet objet traditionnel dans les mains de millions de grecs : ce n’est pas un signe religieux mais un symbole de la vie quotidienne de ce pays.

A Portaria, un musée rend ses lettres de noblesse au komboloï : voyons un peu ce que représente ce genre de chapelet dans la tradition hellénique.

Le komboloï (en grec : το κομπολόι) est un objet ressemblant à un petit chapelet.

 

C’est un objet du quotidien qui est utilisé, essentiellement en Grèce, et presque exclusivement par des hommes, pour se relaxer ou pour passer le temps. En se promenant dans les localités grecques, le soir venu, on pourra observer de nombreux hommes en train de déambuler dans les rues ou assis au kafenío (un petit bar-café)

 avec un joli komboloï à la main.

Le mot komboloï vient du grec kómbos (κόμπος) signifiant « nœud » et -loï (λόι) signifiant « regrouper ensemble ».
Les komboloï sont essentiellement vendus dans les kiosques en Grèce (Periptera). On les vend en même temps que les journaux, les cigarettes et les confiseries. Leur faible prix permet à leurs utilisateurs de les changer souvent dès qu’ils se brisent.

Traditionnellement, le porteur d’un komboloï le fait tourner sur ses doigts dans un sens puis dans l’autre de manière à ramener les boules au creux de la main. Komboloi tricks and moves - How to play with Greek Worry Beads

La sensation de toucher ces petites perles l’une après l’autre est réputée détendre le corps et calmer l’esprit. Il serait sans doute utile qu’au prochain voyage des tourtourains le conseil municipal passe une commande pour chacun des élus de notre docte assemblée communale... 

De nombreuses perles ont été trouvées dans les tombes préhistoriques, sans qu’on puisse en connaître l’usage exact. L’éthymologie du mot laisse penser qu’il pourrait à l’origine s’agir de noeuds formés sur une corde, ensuite remplacés par des perles.

Pour certains, le komboloï pourrait avoir pour origine des boules chinoises relaxantes, que les Grecs auraient simplifié pour le rendre plus maniable. Les premiers komboloïs proviendraient de la Grèce du nord.

Selon une autre hypothèse il plutôt serait dérivé du chapelet coranique, 

lequel dérive probablement du chapelet boudhiste Mâlâ d’extrême orient  et d’Inde

Une hypothèse dérivée de celle-ci serait que certains grecs s’en seraient procurés et les auraient utilisés de cette manière pour se moquer d’envahisseurs de religion musulmane. Mais cette hypothèse ne tient pas compte de l’ancienneté supposée du Komboloï grec .

Cet objet, élément du folklore vivant, est presque devenu un fait culturel ou ethnologique en Grèce où l’on trouve à Portaria (à côté de Nauplie) un musée du Komboloï.

 

Dans un petit coin du futur musée de Tourtour, on peut presque imaginer que quelques exemplaires de beaux komboloï soient exposés en hommage aux amis grecs de Tourtour.

Répondre à cet article

Stats | 6 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 28 juillet 2017