Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 40 . Paul Tubert (dessinateur). > : Paul Tubert, le parcours d’un jeune artiste... > Le Paul Tubert de Tourtour (ou de Besançon) et le Paul Tubert de Sétif (ou (...)

Le Paul Tubert de Tourtour (ou de Besançon) et le Paul Tubert de Sétif (ou d’Alger) !....

(de près ou de loin !)

Le Général de Gaulle a donc demandé à Paul Tubert de se rendre en Algérie pour effectuer une enquête approfondie sur les massacres de Sétif (et des communes voisines de Guelma et Kherrata) lors de manifestations de groupes indépendantistes algériens : à Paris, de nombreux militants avaient mis en doute les chiffres officiels qui dénombraient seulement des centaines de morts alors que les militants indépendantistes annonçaient des milliers de victimes lors de massacres atroces perpétrés par les militaires français. Paul Tubert a accompli sa mission avec rigueur et son rapport faisait donc état d’un nombre considérable de victimes (en milliers). Pour des raisons de sécurité intérieure (autrement dit pour éviter des réactions « sur le continent ») et pour des raisons militaires (troubles en Indochine), le rapport Tubert a été rapidement rangé dans un placard bien dissimulé en sous-sol, sur une étagère protégée des regards indiscrets …Durant des décennies, une chape de plomb a été tenue au-dessus de ce dossier brûlant et les langues ne se sont pas déliées malgré les doutes plus que pressants des militants de causes humanitaires et civiques . La question des massacres de Sétif est revenue sur le devant des médias lors de la sortie du film « Indigènes » au Festival de Cannes : le succès du film (et les récompenses obtenues) ont permis de replacer sur le devant de la scène politique la question de la guerre d’Algérie, la colonisation et les rapports bien souvent ambigus entre les deux pays , surtout avec les zones d’ombre qui entourent encore les notions qui touchent aux massacres et tortures. Le retour au premier plan du dossier autour de Sétif a conduit l’état français à reconnaître l’ampleur des massacres (les chiffres varient de 30 000 à 40 000 morts à Sétif et communes voisines) : malgré tout, le gouvernement français n’est pas allé plus loin et la Ligue des Droits de l’Homme s’est déclarée très déçue devant cette position officielle très tiède …Il faudra encore du temps pour que soit effectivement reconnue l’entière responsabilité de l’existence de ces massacres atroces commis par des militaires français qui ont tiré durant deux jours sur tout ce qui bougeait, enfants, femmes, vieillards, tous des civils …

Devant une telle omerta institutionnalisée (et programmée à Paris), il est donc facile à comprendre que le nom de Paul Tubert soit longtemps resté dans un cadre totalement anonyme puisque la révélation du rapport aurait immanquablement provoqué des réactions importantes que le gouvernement français ne voulait pas assumer (et qu’il a d’ailleurs encore aujourd’hui bien du mal à le faire – à droite comme à gauche). Ce cher Paul Tubert a eu ensuite des responsabilités territoriales à Constantine puis il est devenu maire d’Alger : le rapport sulfureux placé bien à l’abri, on avait pensé que son rédacteur pouvait poursuivre tranquillement sa carrière en Algérie, bien loin des cabinets ministériels parisiens …

Pour ceux qui sont intéressés par ce dossier (et en particulier le rapport de 1945 sur Sétif), vous pouvez aller consulter le lien suivant :
www.henri-pouillot.fr/spip.php

On le voit bien, les deux Paul Tubert ne sont pas sur le même registre et leurs chemins ne pouvaient guère se croiser (surtout que leurs dates de départ sur les routes ne coïncidaient pas non plus !) : bien sûr, pour Tourtour, le Paul Tubert dessinateur sera celui qui aura le plus de chances de rester dans la mémoire des habitants et dans les archives du village mais il ne serait pas inconvenant que quelques tourtourains puissent se souvenir également du Paul Tubert , citoyen résistant et militant des droits de l’homme et de son action autour du dossier historique des massacres perpétrés à Sétif en mai 1945. 

Les parents de Paul sont-ils de la famille du général Paul Tubert ? Les parents de Paul connaissaient-ils le destin du Paul Tubert à Sétif et Alger ? Ont-ils alors voulu perpétuer le souvenir d’un héros citoyen ? ...La question a été posée à Paul : il m’a répondu que son père connaissait effectivement le nom du général de gendarmerie mais que le choix du prénom n’avait pas été fait en fonction du personnage lié à l’historique dossier de Sétif ...

________________________

Une "petite" question : pour les municipales de 2014 à Tourtour, des bruits confus (mais ne les ignorons pas , malgré tout !!) font état d’une hypothétique constitution de liste fortement teintée de "bleu-marine" et il serait alors intéressant de connaître le sentiment des co-listiers sur le destin d’un personnage comme Paul Tubert (et sur le contenu de son rapport)....

 

-->

Le Paul Tubert de Tourtour (ou de Besançon)

 et le Paul Tubert de Sétif (ou d’Alger) !....

 

Le fait de relever une homonymie (même celle de patronyme) n’est guère souvent d’une importance énorme mais parfois, l’anecdote est plus large qu’il n’y paraît ... Et dans le cas de Paul Tubert, il semble bien que le patronyme Tubert mérite un examen particulier et une analyse plus fouillée que la toute simple constation de l’équivalence graphique ou phonétique avec un autre Paul Tubert .

Pourquoi donc avoir écrit ci-dessus ce titre énigmatique de Paul Tubert au milieu de certaines villes comme Alger, Besançon, Sétif et notre cher village de Tourtour ? Quels sont les liens qui les unissent (de près ou de loin !) ?...Ne m’en veuillez pas de croire que l’histoire est assez intéressante et donnez-moi gentiment votre accord pour vous la raconter ....Notre Paul Tubert tourtourain d’adoption (le dessinateur) possède un homonyme de patronyme, un personnage historique français peu connu (on va comprendre pourquoi !) mais qui mériterait pourtant de l’être, tant son destin est exemplaire …

Un petit rappel : le jeune Paul Tubert qui dessine à Tourtour (il vient chaque été au village depuis une douzaine d’années) commence à avoir un beau succès avec ses croquis au stylo bille noir ...Un article lui a été consacré, intitulé " Paul Tubert, ses dessins à Tourtour" et visible sous le lien internet suivant tourtour.village.free.fr/spip.php

Mais revenons surtout à l’autre Paul Tubert, celui qui est noté avec Constantine, Sétif et Alger ....

Sur Internet, l’une des principales sources d’informations rapides et facilement accessibles est le réseau Wikipédia : en allant consulter la fiche de « Paul Tubert » (avant que ne s’ouvre bientôt celle du jeune dessinateur !) on arrive à un texte d’une douzaine de lignes alors que le parcours de ce personnage est vraiment une aventure humaine et citoyenne qui mérite bien mieux qu’un résumé aussi succinct …
Voilà le texte intégral :

Paul Tubert (Né le 4 mai 1886 à La Flèche en Sarthe - Décédé le 4 juin 1971 à Clamart dans les Hauts-de-Seine) est le général de gendarmerie qui fut envoyé en 1945 en Algérie dans le but de rédiger un rapport sur le massacre de Sétif, à la demande du Général de Gaulle.

Ancien résistant, membre depuis 1943 du Comité central provisoire de la Ligue des droits de l’homme (où siègent également René Cassin, Pierre Cot, Félix Gouin et Henri Laugier), membre de l’Assemblée consultative provisoire. Il fut par la suite maire d’Alger.

Auteur de Archers du Vieux Paris (Paris, Ed. des Presses universitaires, 1927), L’Homme de la rue et la politique du gouvernement (Alger, Ed. Charlot, 1944, L’Algérie vivra (Alger, Ed. Charlot, 1946), L’Ouzbékistan, république soviétique (Paris, Éditions du Pavillon, 1951)

_________________________

Il est bien clair que la page Wiki n’est pas d’une longueur superflue et que le personnage Paul Tubert n’a vraiment pas la place qui lui serait logiquement attribuée si son histoire n’était pas aussi difficile à caractériser ...

Revenons sur ce destin peu commun ...

Le Général de Gaulle a donc demandé à Paul Tubert de se rendre en Algérie pour effectuer une enquête approfondie sur les massacres de Sétif (et des communes voisines de Guelma et Kherrata) lors de manifestations de groupes indépendantistes algériens : à Paris, de nombreux militants avaient mis en doute les chiffres officiels qui dénombraient seulement des centaines de morts alors que les militants indépendantistes annonçaient des milliers de victimes lors de massacres atroces perpétrés par les militaires français. Paul Tubert a accompli sa mission avec rigueur et son rapport faisait donc état d’un nombre considérable de victimes (en milliers). Pour des raisons de sécurité intérieure (autrement dit pour éviter des réactions « sur le continent ») et pour des raisons militaires (troubles en Indochine), le rapport Tubert a été rapidement rangé dans un placard bien dissimulé en sous-sol, sur une étagère protégée des regards indiscrets …Durant des décennies, une chape de plomb a été tenue au-dessus de ce dossier brûlant et les langues ne se sont pas déliées malgré les doutes plus que pressants des militants de causes humanitaires et civiques . La question des massacres de Sétif est revenue sur le devant des médias lors de la sortie du film « Indigènes » au Festival de Cannes : le succès du film (et les récompenses obtenues) ont permis de replacer sur le devant de la scène politique la question de la guerre d’Algérie, la colonisation et les rapports bien souvent ambigus entre les deux pays , surtout avec les zones d’ombre qui entourent encore les notions qui touchent aux massacres et tortures. Le retour au premier plan du dossier autour de Sétif a conduit l’état français à reconnaître l’ampleur des massacres (les chiffres varient de 30 000 à 40 000 morts à Sétif et communes voisines) : malgré tout, le gouvernement français n’est pas allé plus loin et la Ligue des Droits de l’Homme s’est déclarée très déçue devant cette position officielle très tiède …Il faudra encore du temps pour que soit effectivement reconnue l’entière responsabilité de l’existence de ces massacres atroces commis par des militaires français qui ont tiré durant deux jours sur tout ce qui bougeait, enfants, femmes, vieillards, tous des civils …

Devant une telle omerta institutionnalisée (et programmée à Paris), il est donc facile à comprendre que le nom de Paul Tubert soit longtemps resté dans un cadre totalement anonyme puisque la révélation du rapport aurait immanquablement provoqué des réactions importantes que le gouvernement français ne voulait pas assumer (et qu’il a d’ailleurs encore aujourd’hui bien du mal à le faire – à droite comme à gauche). Ce cher Paul Tubert a eu ensuite des responsabilités territoriales à Constantine puis il est devenu maire d’Alger : le rapport sulfureux placé bien à l’abri, on avait pensé que son rédacteur pouvait poursuivre tranquillement sa carrière en Algérie, bien loin des cabinets ministériels parisiens …

Pour ceux qui sont intéressés par ce dossier (et en particulier le rapport de 1945 sur Sétif), vous pouvez aller consulter le lien suivant :
www.henri-pouillot.fr/spip.php

On le voit bien, les deux Paul Tubert ne sont pas sur le même registre et leurs chemins ne pouvaient guère se croiser (surtout que leurs dates de départ sur les routes ne coïncidaient pas non plus !) : bien sûr, pour Tourtour, le Paul Tubert dessinateur sera celui qui aura le plus de chances de rester dans la mémoire des habitants et dans les archives du village mais il ne serait pas inconvenant que quelques tourtourains puissent se souvenir également du Paul Tubert , citoyen résistant et militant des droits de l’homme et de son action autour du dossier historique des massacres perpétrés à Sétif en mai 1945. 

Les parents de Paul sont-ils de la famille du général Paul Tubert ? Les parents de Paul connaissaient-ils le destin du Paul Tubert à Sétif et Alger ? Ont-ils alors voulu perpétuer le souvenir d’un héros citoyen ? ...La question a été posée à Paul : il m’a répondu que son père connaissait effectivement le nom du général de gendarmerie mais que le choix du prénom n’avait pas été fait en fonction du personnage lié à l’historique dossier de Sétif ...

________________________

Une "petite" question : pour les municipales de 2014 à Tourtour, des bruits confus (mais ne les ignorons pas , malgré tout !!) font état d’une hypothétique constitution de liste fortement teintée de "bleu-marine" et il serait alors intéressant de connaître le sentiment des co-listiers sur le destin d’un personnage comme Paul Tubert (et sur le contenu de son rapport)....

 

Vos commentaires

  • Le 7 septembre 2013 à 03:02, par Paul En réponse à : Coucou Gilbert :)

    Bravo Gilbert pour ton énergie et pour l’intérêt du site ! Si je ne te vois pas demain, je te souhaite une bonne continuation et en tout cas merci pour tout !

Répondre à cet article

Stats | 10 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 23 juin 2018