Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 11 . L’ Ecole . > Le Pédibus, trajet vers l’école . > Le Pédibus à la sauce tourtouraine ...

Le Pédibus à la sauce tourtouraine ...

 Le Pédibus scolaire

 à la sauce tourtouraine ... 

Var-Matin, sous la plume de notre chère Isabelle Bono, a publié un article ce mercredi 10 octobre, intitulé " Tourtour : les enfants adorent le pédibus " :

" Chaque matin, encadrés par les animatrices du Centre de Loisirs des Diablotins, les minots prennent le "pédibus" pour aller à l’école .
Aller à pied à l’école est tout de même plus drôle et beaucoup moins stressant qu’en voiture. Surtout quand on emprunte le pédibus ! Il n’y a qu’à voir les minots passer à 8h30 le matin en chantant avec leurs accompagnateurs pour en avoir la preuve. Mis en place depuis plusieurs années par la Mairie, le pédibus tourtourain a ses inconditionnels. Ce service qui permet d’encadrer et d’accompagner les enfants au départ du centre du village jusqu’à l’école en toute sécurité est très utilisé par les familles. Bien souvent, les enfants sont accueillis en périscolaire pour un moment de détente et de jeux avant d’aller en classe . Départ de la place du village à 8h30 chaque matin. Périscolaire matin et soir sur inscriptions préalables . 
(renseignements et inscriptions auprès des Diablotins). "

(fin de l’article signé I.B).

_________________________________________

Le fonctionnement du pédibus sur notre village n’est pas tout à fait conforme aux critères qui régissent habituellement ce mode de déplacement mais il est malgré tout dans la lignée des objectifs principaux définis .

Voyons un peu ce qu’est le pédibus, en général et à Tourtour ...

 

 

Le pédibus correspond à un autobus pédestre, c’est un mode de ramassage scolaire. Au Canada, on dit aussi pédibus scolaire, en Belgique Ramassage scolaire à pied. Mais cette formule n’est pas exclusive au monde francophone, on parle en anglais de walking bus et en allemand de Schulwegbegleitung (ça me fait sourire de vous imaginer en train de prononcer ce mot et le répéter deux ou trois fois !...) 

Les objectifs principaux sont de :

  • diminuer les trajets effectués avec un véhicule motorisé (en liaison avec les recommandations environnementales et les économies d’énergie).
  • améliorer la santé des écoliers et leur équilibre.
  • faire prendre conscience aux enfants qu’ils participent ainsi activement à la préservation de l’environnement.
  • offrir aux mamans un moment de convivialité à la terrasse ...
  • et donner aux gosses l’habitude quotidienne d’une activité physique sans risque de fatigue.(le trajet place-école ne les fatiguera pas trop !).

Les objectifs prioritaires du système Pédibus touchent alors plusieurs aspects dans les domaines de l’économie (diminution des frais, pouvoir d’achat), de la pédagogie (activités de latéralisation, de reconnaissance spatio-temporelle, d’orientation, de géographie locale), de l’environnement et du développement durable (diminution des transports polluants, préservation de la couche d’ozone) et de la santé ( activité de marche, prévention des maladies cardio-vasculaires et de l’obésité enfantine) . Pour ce dernier aspect sur les effets bénéfiques du Pédibus sur la santé, en regardant objectivement le reflet du miroir, je me dis que j’aurais du sans doute aller à l’école à pied, surtout en y étant allé presque tous les jours pendant 56 ans !... 

Le concept Pédibus consiste à convoyer les enfants sur le trajet domicile-école ; les enfants d’un quartier se déplacent à pied, encadrés par des parents équipés de chasubles fluorescents. Les groupes d’enfants se forment à des endroits déterminés et ont un horaire précis. Plusieurs lignes peuvent desservir la même école. En France, les distances des lignes vont de 250 m à 1,5 km. Le principe du pédibus, à l’origine, est bien d’impliquer les familles dans l’accompagnement des enfants sur le trajet : dans des centaines de villes et villages, les parents se relaient suivant les jours . On aurait pu imaginer que ce système soit appliqué à Tourtour car la distance est assez courte et que les "dangers et risques potentiels" sont relativement faibles : la municipalité a préféré prendre une solution de facilité et manifestement, les familles ne se sont pas opposées à cette proposition . C’est un peu dommage que les parents ne soient alors que des consommateurs .... 

Pour Tourtour, le trajet place du village jusqu’à l’école est d’environ 800 m mais il ne fait aucun détour, il file tout droit par la montée de l’église : lors des premières séances de septembre, les animatrices sont là pour expliquer aux nouveaux enfants que le groupe ne va ni à un baptême, ni un mariage et encore moins à des obsèques ... (le pédibus est aussi une action laïque qui passe devant l’église avant d’aller dans la cour de l’école publique.

L’inscription d’un enfant au pédibus de Tourtour est de 50 centimes par jour pour le trajet : si la famille veut inscrire le gosse pour le périscolaire du soir, la somme demandée est de 2 € par jour mais un goûter est servi après 16h30 . (bien sûr, dans les villages où les parents assurent l’accompagnement, le trajet est gratuit ). A noter que le périscolaire du soir, dans une très grande majorité de communes, est le plus souvent pris en charge, dans le cadre de la solidarité citoyenne, par le budget municipal et les familles n’ont donc rien à payer .

 

Les pédibus découlent de la réalisation d’un Plan de Déplacements d’Écoles appelé également Plan de Déplacements Domicile-École ou Plan de Déplacements d’Établissements Scolaires (PDES), élaboré en concertation entre la ville, la communauté éducative et les parents. Il consiste en un diagnostic de la mobilité et de l’accessibilité. Les conditions de sécurité routière sont examinées. La question des responsabilités est examinée. Les itinéraires sont validés. 
Il s’agit là de la règlementation générale, légale et institutionnelle mais la convention "signée" à Tourtour est encore en cours d’écriture et elle sera sûrement "bientôt" soumise à l’avis des parents...

Le pédibus a pour vocation un fonctionnement quotidien. Pour certains parents, il s’agit d’une réponse aux problèmes d’encombrements posés par la voiture. Actuellement, plusieurs centaines de lignes quotidiennes fonctionneraient en France.

Ce système est à mettre en parallèle avec l’augmentation importante de la proportion de parents emmenant leurs enfants en voiture à l’école (de 10 % en 1983 à 40 % en 2003 en France), la plupart du temps pour un trajet inférieur à 1km à pied, soit environ 12 minutes de marche. Ces pédibus en diminuant les embouteillages et le stationnement sauvage aux alentours des écoles, réduiraient le risque d’accident.(à Tourtour, les embouteillages autour de l’école ne sont pas fréquents !..).

Il existe aussi des autobus cyclistes (ou vélobus) sur le même principe, pour des trajets un peu plus longs en moyenne.(évidemment ce système à vélo suppose une organisation différente ... à Tourtour, la montée Saint-Denis à vélo ne serait guère un exercice facile ...)

Pédibus est un mot de la langue française signifiant à pied, qui peut être utilisé par tout un chacun.

Depuis 2001, de nombreuses dénominations des autobus pédestres ont vu le jour : Pas Di Bus, Piedibus, Piedbus, Pergobus, Trottibus, Pti’bus, Carapatt, Carapatte, Car-a-pattes, Mil’pied, Mille pattes, Goss’TrotterPas à pas, Kangoubus, SablobusGalopince, ÉcoloBus, Écol’o’Bus, L’écol’opas, Pediplus, Rest’apattes, Car’à’pattes, RamasseLoustics, Écolapattes....

On pourrait imaginer que les gosses puissent trouver, avec leurs animatrices ou/et les enseignantes, ou/et les parents, un nom de pédibus pour Tourtour ... On peut commencer par leur donner quelques exemples comme Magabus, Stéph-bus, Jugy-bus, Diablo-bus, Tour-bus-tour... ensuite ils en chercheront d’autres et, enfin, ils trouveront celui qui leur plaira le plus ....

Bonne route, bon chemin.... vers l’école !

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2012 à 22:00 En réponse à : Pedibus

    C’est un concept parfait et sa réalisation assez facile.
    Je rêverais qu’Ampus adopte le système... mais ce n’est pas pour demain !

Répondre à cet article

Mis à jour le vendredi 16 avril 2021