Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > La faune , animaux de la région . > Le gibier à Tourtour . > La chasse au sanglier, les battues . > Prolifération, régulation, dégâts .... > Le Var envahi par les sangliers, quelles solutions à Tourtour et dans le (...)

Le Var envahi par les sangliers, quelles solutions à Tourtour et dans le Haut-Var ?...

 Le Var envahi par les sangliers, 

 quelles solutions à Tourtour 

 et dans le Haut-Var ?...  

La question posée est certainement une accroche quelque peu exagérée, l’adjectif "envahi" (Var-Matin emploi "envahissant" !) est peut-être excessif mais, néanmoins, le problème de la prolifération des sangliers commence à devenir un souci de grande envergure sur le territoire du Haut-Var ... S’il ne s’agisssait que d’un fantasme psychotique d’un illuminé du clavier utilisé comme moyen subversif (!), la question ne mériterait guère que l’on s’y attarde plus d’une dizaine de secondes !
Par contre, on constate que les médias régionaux sont intervenus à plusieurs reprises cette année dans ce dossier épineux et le journal régional Var-Matin s’est fait l’écho de cette problématique en publiant plusieurs articles sur ce même sujet : dans le même temps, le site "Tourtour, notre village" relayait en publiant des commentaires en complément des arguments apportés par les observateurs avertis.

Le dernier exemple de la médiatisation du dossier "sanglier" est un article paru dans Var-Matin ce samedi 16 novembre 2013, avec le gros titre qui barrait la une du journal local..."Le sanglier montre son groin partout dans le Var" : à l’intérieur, les deux premières pages sont consacrées à un dossier général sur les dégâts causés, sur le sanglochon-cochonglier (mutations génétiques), sur la protection des animaux et des récoltes, sur les indemnisation coûteuses ...

Voilà un article publié dans Var-Matin ce jour-là, texte que vous pouvez retrouver en allant sur le lien internet suivant :
http://www.varmatin.com/var/les-sangliers-plus-envahissants-que-jamais-dans-le-var.1479554.html

" Les sangliers plus envahissants que jamais dans le Var"
Publié le samedi 16 novembre 2013,
" Montrant partout le bout de son groin, l’animal colonise le territoire rural comme urbain. Face à l’invasion, différents connaisseurs du dossier avancent leurs explications et leurs solutions. Il y a quinze ans, quand une battue abattait un sanglier, elle défilait dans le village, c’était un événement », se souvient l’agriculteur carçois Gilles Millo. "Bientôt, les chasseurs n’en voudront même plus…
"Prolifération, surpopulation, foisonnement, pullulement… Les groins grouillent dans le Var, et plus seulement dans les forêts. Sangliers, laies et marcassins envahissent tranquillement le territoire, tant rural qu’urbain. "L’animal est malin", note Marc Meissel, le président de la fédération de chasse du Var. "Il se rend compte qu’il est plus tranquille, moins chassé, près des villes et des zones habitées, et du coup s’y installe. Sans compter qu’il se trouve encore des gens pour les nourrir !".
Quand ils ne sont pas nourris, les sangliers se servent souvent eux-mêmes, dévastant de nombreux terrains et jardins çà et là. Omnivores, les dizaines de milliers de sangliers varois nuiraient en outre à l’écosystème. Par exemple, le petit gibier se fait de plus en plus rare…
Enfin, si aucune statistique n’existe, la bestiole a forcément un impact sur la sécurité routière. " Les dégâts sur les vignes sont une chose, la mise en danger des vies humaines en est une autre ", observe Marc Meissel.
La préfecture, consciente du problème, cherche visiblement les moyens de le résoudre (cf page suivante). " Ces efforts vont dans le bon sens, mais se révèlent insuffisants ", estime Gilles Millo, par ailleurs secrétaire fédéral de la FDSEA.
" Les agriculteurs subissent cette année encore de très importants dégâts des sangliers. C’est un sujet qui agite énormément la profession. Les pertes économiques chez les viticulteurs, les maraîchers, les céréaliers et d’autres sont considérables… Cela représente des milliers de tonnes sur le Var, avec des pertes de marchés, d’emplois..."

Une croissance "exponentielle " :


(Ndlr : en 2012, autour des 1 200 000€ et la prévision pour 2013 avoisine les 1 500 000€ (un million cinq cents mille euros !)

La fédération de chasse, qui indemnise les agriculteurs ayant subi des dégâts, est d’ailleurs financièrement vulnérable du fait d’un nombre de dossiers en hausse. Le sujet n’est pas sans provoquer quelques tensions entre agriculteurs et chasseurs. Pour les agriculteurs "le cheptel continue de croître de manière exponentielle, et ses dégâts avec". Même observation chez les défenseurs des animaux.
" Il est évident qu’il y en a de plus en plus ", relève Simonne Peyre, l’infatigable présidente de la Brigade de défense animale, basée au Thoronet. "Ils ne sont pas farouches, ils viennent jusqu’à notre refuge, et sympathisent même avec les chats !". Elle explique d’ailleurs "avoir moins d’ennuis avec eux qu’avec les chasseurs, qui tirent sur ma propriété et oublient leurs chiens qui attaquent nos animaux. Ils sont d’ailleurs souvent trop maigres et affamés ".
Si agriculteurs, chasseurs et défenseurs des animaux ont et auront toujours leurs désaccords, chacun se retrouve sur un point : " il faudrait que les autorités, c’est-à-dire l’État et les élus, se saisissent du problème et prennent le taureau par les cornes ". Pour Gilles Millo, "le problème du sanglier dans le Var est devenu bien trop sérieux pour être confié aux seuls chasseurs".
(fin de l’article de Var-Matin, article non signé).

______________________________

Commentaires du site "Tourtour, notre village dans le ciel de Provence" :

** "...Le sujet n’est pas sans provoquer quelques tensions entre agriculteurs et chasseurs : cela représente des milliers de tonnes sur le Var, avec des pertes de marchés, d’emplois.." :
On le sait depuis des années, la prolifération des sangliers fait le drame des agriculteurs mais le bonheur des chasseurs qui remplissent leurs congélateurs ...(la catégorie qui possède le plus de congélateurs en pourcentage est évidemment celle des fans de la gachette !). Les dégâts dans les cultures et maintenant dans les villages et villes se chiffrent à des hauteurs vertigineuses, à tel point que les trésoriers des fédérations départementales sont pratiquement tous en situation dépressive à chaque budget prévisionnel... Le problème devient vraiment grave et il ne pourra pas rester trop longtemps sans être résolu, même si le nombre de daubes aura quelques baisses en vue...

** "...qu’avec les chasseurs, qui tirent sur ma propriété " :
Cela me rappelle deux faits très récents sur le territoire des chasseurs tourtourains qui ont concerné tous les deux le président de la société de chasse, Roger Trouchet... Battue au quartier du Camp-Fournier, dimanche 17 novembre (après-midi, 15h) : discussion plus qu’animée entre Roger (et Charles) et deux promeneurs (Michel et sa soeur Marie-Claude) à propos des règles non respectées (distance entre les villas et les chasseurs, poste au bord de la route...) : le ton est monté, la discussion s’est envenimée mais le responsable des chasseurs n’a aucunement admis les fautes commises ! Beh voyons !...Deuxième exemple, le samedi suivant, 11h25, virage avant la ligne droite, quartier Combe d’Aillaud : le même Roger, posté sur le bord de la départementale, les deux pieds fièrement tanqués sur le goudron, ce qui est une infraction grave dans le code juridique de la chasse : comme on dit, "je l’ai vu de mes yeux vu..", et le chauffeur de la voiture aussi, Fabrice Piatte, à côté de moi l’a vu lui aussi ! Comment faire pour espérer du mieux quand le président de la société de chasse (et responsable des consignes de sécurité de la battue) se place tranquillement en position de hors-la-loi avec la ferme confiance de ne rien risquer du tout et d’être dans une zone de non-droit où règne le fameux adage "article nôoù, chaqùn fà coùmè vôoù"... Bravo , rien à dire de plus, bravo !...
Un détail : l’an dernier, après le fameux épisode de la balle de carabine ayant fini sa course dans la chambre de l’hôtel 4 étoiles la Bastide, le maire Pierre Jugy et son adjoint Marc Lavergne avaient passé un bon savon à Roger Trouchet en tant que président de la société de chasse ! Hélas, il semble que les consignes et les promesses aient fait long feu !..Va falloir peut-être une autre couche ! ...
Un autre détail : à Tourtour, deux accidents mortels se sont déjà produits en battue aux sangliers, prions donc Saint-Denis (et Saint-Roger !) pour qu’ils soient définitivement les deux seuls ....

** "...le problème du sanglier dans le Var est devenu bien trop sérieux pour être confié aux seuls chasseurs" :
A force de laisser la bride bien souple à leurs adhérents-chasseurs, les fédérations de chasse commencent à s’apercevoir que les conséquences du laxisme et de la politique de la peau de saucisson devant les yeux se retournent totalement contre eux : ils ne peuvent plus revenir en arrière, ils sont coincés ! Même les lobbyistes sont dans une impasse et notre cher Mr Coste se trouve dans une situation quelque peu schizophrénique ...Les élus, les députés (français et européens) seront donc les ultimes recours pour prendre les mesures appropriées : et ainsi, chacun sera remis face à ses vraies responsabilités, faute d’avoir su les assumer jusque là...

____________________

Un des chasseurs fervents militants de la "cause cynégétique", ce cher Mr Brouillard, va encore dire que "giraud n’a qu’à fermer sa gueule, il n’est pas chasseur !...". Il a raison ce monsieur, ...je ne chasse pas le gibier,...je me contente, avec mon stylo en bandoulière, de viser parfois les belles couillonnades des chasseurs ...!

 

 

Vos commentaires

Répondre à cet article

Stats | 6 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017