Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 20 . Le député de la 8ème circonscription ( Haut-Var et la Dracénie ) et les (...) > Les candidats pour la 8ème circonscription du Var en 2017 > Le député sortant, Olivier Audibert-Troin. > Le député sortant, Olivier Audibert-Troin, poursuit sa campagne et marque le (...)

Le député sortant, Olivier Audibert-Troin, poursuit sa campagne et marque le territoire !...

 Le député sortant, 

 Olivier Audibert-Troin, 

 poursuit sa campagne 

 et marque le territoire !... 

Pierre Jugy et son suppléant, Stéphane Pellegrin, avaient fait main basse sur les médias pour engager leur campagne et il était évident que le député sortant n’allait pas rester silencieux longtemps... Face au déferlement du tandem Jugy-Rachline sur les ondes pour officialiser leur union entre le "sans étiquette" et le ponte du FN, le président de la CAD a tenu à montrer qu’il était bien présent sur le terrain...Et pas seulement lors des campagnes électorales, comme le candidat Jugy qui se met en totale hibernation durant cinq ans et qui ressort quand s’annonce le scrutin législatif...

Un détail : dans le site "Tourtour, notre village", tous les candidats seront présentés par des articles de la presse régionale ou par des extraits de pages Facebook ou autres moyens de communication. Le site ne se privera pas de commenter telle ou telle déclaration ou position de chaque candidat et ne se privera donc pas de donner son avis, mais ne sera jamais en position de vouloir influencer l’électorat local...Comme le colibri face à l’incendie, il faut savoir déposer sa goutte d’eau, chacun à sa manière...

Voici l’article de Var-Matin : (début mars 2017)

Olivier Audibert-Troin en ordre de bataille pour la ruralité

sous -titre : 8ème circo : Le député LR sortant brigue un second mandat et souhaite une campagne apaisée et honnête. Soutenu par 50 élus, il entend défendre la ruralité et achever les dossiers en cours

Hier, devant de nombreux élus de la 8e circonscription, le député sortant a lancé sa campagne, affichant son enthousiasme et sa détermination à mener à bien les dossiers en cours. À 56 ans, Olivier Audibert-Troin brigue un second mandat avec comme valeurs essentielles la loyauté et l’honnêteté. Rencontre.

Var-Matin : François Fillon a-t-il encore toutes ses chances pour la présidentielle ?
Lorsque je suis arrivé à la Région, j’ai rencontré ma collaboratrice qui est devenue trois ans après ma compagne. Je lui ai alors demandé de démissionner du conseil régional. Chacun a, sur ces questions-là, une sensibilité personnelle. J’ai toujours fait la différence. Donc cette affaire Fillon m’a choqué. Mais il y a eu une primaire. On ne peut pas changer de candidat. François Fillon a toutes ses chances.

Comment pourra-t-il demander demain des sacrifices aux Français, s’il est élu ?
C’est très clair : il aura un « sparadrap », très vraisemblablement. La campagne va véritablement commencer avec les débats. On verra alors quels sont les sacrifices demandés aux Français. Pour ma part, je suis réservé sur la diminution des effectifs dans la fonction publique. Je suis un défenseur de la ruralité et ce n’est pas pour rien que 50 maires me soutiennent aujourd’hui.
L’État ne peut pas demander aux collectivités d’assumer des compétences supplémentaires tout en leur demandant de baisser leurs effectifs. J’estime que les économies peuvent être faites sur les administrations centrales, particulièrement à Bercy.

Faites-vous partie de la cellule de riposte contre le FN mise en place par Christian Estrosi ?
Je travaille beaucoup avec Christian Estrosi, notamment à démonter le programme économique du Front national qui est un véritable non-sens. Je suis sur le terrain, je fais remonter toutes les infos.

Comment analysez-vous la poussée du FN dans la 8e ?
Il y a une nouvelle sociologie de la ruralité. Les gens viennent habiter dans l’arrière-pays par défaut et non par souhait car, par exemple, les loyers y sont moins chers. Cela signifie en soi qu’il y a une paupérisation de la population. Et, de facto, un sentiment d’abandon. Hier, vivre à la campagne était un choix de vie. Aujourd’hui, c’est une "figure imposée".
L’emploi, les services publics, la culture sont concentrés dans les grandes agglomérations. Le sentiment d’isolement n’en est que plus amplifié. En l’occurrence, ce n’est pas un problème d’insécurité ni d’immigration.
Dès lors, il faut une ruralité forte et indépendante : c’est le thème de la campagne que je mène avec François Cavallier.

Quelles sont vos idées fortes ?
J’ai mis en place des États généraux, deux fois par an, avec les maires de la circonscription. Je souhaite aller plus loin en créant une conférence de circonscription citoyenne. Je demanderai à chaque formation politique de désigner quatre ou cinq personnes pour y participer. Quatre fois par an, je réunirai les maires et ces citoyens pour travailler sur les dossiers de la circonscription.

Le FN est la principale menace...
Oui, parce qu’on est aujourd’hui sur du populisme. Je souhaite une campagne apaisée, honnête. J’ai un adversaire qui dit qu’il adhère aux 144 propositions du FN. Il n’y a donc pas de doute, j’ai bien un adversaire frontiste.
Les 50 maires présents dans votre comité de soutien, c’est une démonstration de force adressée à vos adversaires ?
Pas du tout. En 2012, j’avais 23 maires à mes côtés, aujourd’hui j’en ai 50. C’est un chiffre qui n’est pas figé. Certains ont demandé un temps de réflexion. Je travaille avec tout le monde, je ne suis absolument pas clivant. Je voudrais montrer aux concitoyens qu’on peut être parlementaire et faire du travail de terrain.

Quelles sont les priorités de votre programme ?
Je veux amplifier, dans un deuxième mandat, les dossiers que j’ai commencé à initier. L’action publique est longue. On ne peut pas tout réaliser avec un mandat de 5 ans. J’ai rouvert un dossier bloqué depuis plus de 20 ans avec la société du canal de Provence sur l’irrigation des terres agricoles des grandes plaines de l’ouest de ma circonscription (Saint-Martin-de-Pallières, Rians Ndlr), c’est un projet à 40 M€ que l’on a réexaminé. Dans les mois qui viennent, on devrait pouvoir aboutir sur cet immense projet d’irrigation.
Je porte également le projet de construction d’un abattoir dans l’arrière-pays pour soutenir la filière des éleveurs. C’est un dossier extrêmement long et complexe parce qu’il y a des enjeux économiques très forts. J’ai proposé aux gestionnaires de l’abattoir de Digne la construction d’un établissement secondaire. Ce qui permettrait de favoriser le circuit court, de ramener du chiffre d’affaires en plus.
J’ai demandé à toutes les communautés de communes si elles étaient prêtes, au titre de l’aide à l’agriculture, à voter une subvention d’équilibre toutes les années, c’est-à-dire de 10 à 15 000 € de soutien à cet abattoir. Ils m’ont tous dit « banco ». Déjà, on part avec des aides publiques de l’ordre de 50 à 60 000 € annuels qui pourraient être versées. Ce système-là est viable, j’ai défriché le terrain. Maintenant c’est à la Chambre d’agriculture de porter ce projet.

D’autres dossiers à concrétiser ?
J’ai rencontré, avec les éleveurs, à Bruxelles, la commissaire européenne en charge du développement durable et la directrice de la commission loup pour demander que cette espèce soit déclassée (le loup est protégé par la convention de Berne, Ndlr). Il faut que nos éleveurs puissent vivre de leur travail.
De même, je souhaite aller chercher des fonds pour la réouverture de la route des gorges de Châteaudouble.
Au niveau de la ruralité également, on assiste à un tournant avec de très grands ensembles en train de se constituer comme la métropole toulonnaise. Il y aura forcément des conséquences au niveau des compétences entre Région et Département. Je souhaite continuer à aider les petites communes, en pesant dans les décisions. Pour cela, j’ai besoin d’un second mandat afin de parachever ces dossiers.

Si vous êtes réélu, abandonnerez-vous la présidence de l’Agglo ?
Oui, avec énormément de regrets, c’est clairement annoncé.

Si vous n’êtes pas réélu, quelles seront vos ambitions politiques ?
Je resterai à la présidence de la Cad. J’ai d’autres ambitions, pas forcément politiques.
La vie d’élu est une vie de privations. Je reprendrai goût à ma vie d’assureur. Et si je suis réélu, ce sera mon dernier mandat de parlementaire.
Propos Recueillis par J.J. et E.E.

O. Audibert-Troin : « Je souhaite une campagne apaisée, honnête. Il faut réconcilier les Français avec la politique et cela passe par du concret, avec des projets structurants. » (Photos Michel Johner)

Le soutien de 50 élus
"Peu de parlementaires peuvent se targuer d’un tel socle", a affirmé hier François Cavallier, candidat suppléant dans la 8e, lors de la présentation du comité de soutien au Moulin de la Foux. Il faut dire que sur les 65 communes que compte la circonscription, 50 élus ont souhaité témoigner leur confiance à Olivier Audibert-Troin. "C’est bien lui l’homme de la ruralité", a poursuivi le maire de Callian. Quelques minutes auparavant le président du comité de soutien et maire de Saint-Martin-de-Pallières, Bernard de Boisgelin, martelait l’importance d’avoir un "combattant de la ruralité. Un candidat qui sait réparer, construire et réunir." Pour eux, il n’y a pas de doute : il s’agit bien du député sortant.

_____________________________________

Commentaires du site "Tourtour, notre village" :

**..."J’ai un adversaire qui dit qu’il adhère aux 144 propositions du FN. Il n’y a donc pas de doute, j’ai bien un adversaire frontiste" :
Sur Var-Matin, la phrase exacte de Pierre Jugy est : "Sur les 144 engagements du FN , il n’y a pas grand-chose sur lesquelles nous pouvons aller à l’envers"...Il ne précise pas quels sont les quelques points de désaccord, il est donc tranquille... Et ses défenseurs diront : "vous voyez bien, il n’est pas d’accord avec tout !...". Bèh voyons...
Un détail : "pas grand-chose sur lesquelles", ça méritait peut-être une petite correction syntaxique...Mais ce n’est pas cela qui posait le plus de soucis...
**..."C’est bien lui (OAT, Ndlr) l’homme de la ruralité" :
Olivier Audibert-Troin a lancé sa candidature sur Var-Matin le 25 septembre 2016 : on peut voir cet article du journal en allant sur le lien internet suivant http://tourtour.village.free.fr/?Les-candidats-pour-la-8eme-1795&var_mode=calcul
Il y est écrit : "Olivier (OAT, Ndlr) se définit d’abord comme le défenseur de la ruralité face à une évolution vers les grandes métropoles régionales". Le thème de la ruralité est évidemment un sujet crucial sur le territoire haut-varois : le candidat pierre Jugy essaie de nous faire croire qu’il en est le seul défenseur et qu’il est le seul à en parler ...Hihihihi....Dès septembre 2016, le candidat OAT en parlait ... P.Jugy ne fait que pomper sur la copie de son voisin (souvenirs de ses années en collège !!.)...
**..."sur les 65 communes que compte la circonscription, 50 élus ont souhaité témoigner leur confiance.." :
Il reste donc 15 maires pour Pierre Jugy ... Mais certains vont soutenir des candidats de gauche... Le réservoir de maires pour soutenir la candidature Jugy va alors se résumer à la portion congrue ... N’en doutons guère, loù tambourinaïré, nous déclarera - pourtant - qu’il est appuyé par des dizaines d’élus....Il nous fera alors le plaisir de publier sa liste....(lî sian pas encalô !)
Mytho, quand tu nous tiens....

__________________________________

Répondre à cet article

Stats | 1 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017