Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > La faune , animaux de la région . > Le lucane cerf-volant .

Le lucane cerf-volant .

 Le lucane cerf-volant . 

 

" Le Lucane " , c’est le nom de l’une des deux sculptures de Bernard Buffet données par son épouse Annabel à la commune de Tourtour : ces deux oeuvres sont exposées sur l’esplanade du château communal, juste au-dessus de la "Place du Jardin Annabel et Bernard Buffet" . Pour indication, la sculpture de la lucane pèse 300 kg de bronze et mesure environ 1,50m de hauteur et 1,10m d’envergure (belle bête !!).

Le lucane est un animal (famille des coléoptères avec embranchement des scarabées) qui n’est pas très connu dans nos forêts : malgré tout, cette oeuvre majestueuse méritait que l’on se penchât sur cette fameuse lucane et un petit article permettait alors à chacun de se faire une petite idée ...

La place Bellecour et la gare des Brotteaux à Lyon mais également la promenade Lénine à Vaulx-en-Velin ne sont pas des territoires privilégiés pour les lucanes cerfs-volants (à Vaulx, ceux qui volent ne sont pas des cerfs...) et les connaissances de votre serviteur "lyonnais" sur cette petite bestiole se limitaient donc à la phonétique du mot. De nos jours, un petit clic vers Google, une recherche ciblée par des mots-clés "lucane Buffet ", on appuie sur "images" ou sur "web", on frappe sur la touche sur "entrée" et c’est parti....

 

www.noeconservation.org/index2.php

Et à ce moment-là, quel étonnement ! 
On arrive illico sur
"Les buffets à Lucane cerf-volant - NOÉ biodiversité"
www.noeconservation.org/index2.php?... 
extrait : " Ce premier buffet à lucane est le plus compliqué à réaliser car il nécessite un peu de place et beaucoup de copeaux de chêne (il faut donc avoir une scierie à proximité ou faire soi-même son bois ou contacter Maurice Verdier - NDLR-)."

Et en allant sur "Images" on peut trouver  l’exemple d’un buffet à lucanes (n’hésitez pas à le faire sinon vous allez croire que je galège, ce qui n’est pas aujourd’hui le cas ...). 

Et l’on se dit alors : "Ah bèn vé ! aquô m’estoune " (si on est à Tourtour, sinon ailleurs c’est du style " cher ami, cette coïncidence me trouble et m’esbaudit..). Et notre stupeur dépassée, il peut alors nous venir à l’esprit une petite interrogation : "et si Bernard Buffet connaissait déjà ce dispositif avant l’oeuvre en bronze ? et si notre artiste avait alors eu l’idée ironique et loufoque de créer une sculpture de lucane après avoir vu le buffet à lucanes sur une revue de jardinage ...?

La question peut donc être posée et l’analyse des éléments de réponse pourront également nous aider à ne pas périr bêtement en ignorant tout de cette énigme tourtouraine (mais avec un retentissement bien plus large dans la sphère des artistes maudits..) : le lucane de Tourtour a-t-il été créé à la suite d’une vision bernardienne du "buffet à lucanes", ou bien est-ce une totale coïncidence...? Toujours est-il que notre site se doit logiquement de se pencher sur l’histoire de ce cher lucane avant que nous puissions disposer d’ éléments irréfutables à la résolution de l’énigme ... 

Lucane, qui es-tu ?

Le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) est un coléoptère de la famille des Lucanidae vivant en Europe. Il niche dans les cavités des vieux arbres et des troncs morts, en forêt comme dans le bocage. La gestion forestière, en éliminant les vieux arbres et le bois mort, élimine à la fois son habitat et sa nourriture. Le lucane cerf-volant, comme la plupart des coléoptères mangeant du bois,(saproxylophage) est en forte régression dans les forêts d’Europe, où il fait partie des espèces protégées.

Les lucanes femelles ne montrent pas l’impressionnante paire de mandibules que possèdent les mâles, mais compte tenu de la difficulté de mouvoir d’aussi grandes mandibules, ce sont en fait les femelles qui peuvent mordre le plus efficacement (la virilité chez les coléoptères étant une donnée sujette à fluctuations).

Les lucanes cerf-volants sont la proie des pies, geais et autres animaux. Il est ainsi possible de trouver de nombreux cadavres sous les arbres, dont souvent seul l’abdomen est consommé.

 

Le terme de Lucane (et le nom général de la famille des Lucanidae) remonte à l’antiquité romaine ; Pline l’Ancien signale déjà dans son Histoire naturelle (livre XI, chapitre 34) que l’érudit Nigidius Figulus appelle ces insectes des Lucaniens, sans doute en référence à l’ancienne région de Lucanie en Italie. Pline signale également que les cornes du lucane cerf-volant sont accrochées au cou des enfants pour éviter ou guérir certaines maladies infantiles.(ceux qui seraient tentés de décrocher les cornes du lucane de Tourtour doivent être prévenus que rien ne sera facile...).

Les grosses mandibules du mâle lui ont valu son nom de « cerf-volant », par leur ressemblance avec les bois d’un cerf et le fait qu’il vole. La taille du lucane mâle peut atteindre plus de la moitié de la longueur d’une main d’adulte. Le mâle européen ne vit qu’un mois, durant l’été. La larve blanche, translucide à tête orangée,tête de larve de lucane saproxylophage (qui consomme uniquement du bois mort), se nourrirait durant 3 à 6 années de bois mort ou pourrissant, jusqu’à atteindre 8 à 10 cm pour les larves mâles. La malnutrition des larves peut induire des scarabées plus petits, ou des durées de vie larvaire plus longues (5 ou 6 ans).femelle de lucane avec acariens (face ventrale)

Le moment venu, elles s’enterrent et se confectionnent une loge à leur mesure. Elles s’y transformeront en nymphes,Nymphe de Lucane mâle (photo 1) puis en insectes parfaits l’automne venu, mais ces derniers n’émergeront qu’au début de l’été suivant.

Reitter lucanus cervus.jpg

Vie adulte :

Une fois métamorphosée en scarabée, la larve vit sur ses réserves jusqu’à l’accouplement et la mort. Le scarabée adulte peut toutefois se nourrir de nectar, de fruits, et de la plaie des arbres pour prolonger sa vie et se restaurer.

Face aux menaces, le lucane mâle affiche ses mandibules, celles-ci sont puissantes et permettent de pincer fortement. Elles servent également à pousser ou saisir et éjecter d’éventuels opposants.

Les larves subissent les assauts de guêpes et autres scarabées carnivores tel le "Cicindèle des champs" (Cicindela campestris, petit, vert à taches et pinces jaunes).

Nymphe de Lucane mâle (photo 1)nymphe de lucane mâle (photo 2)

Lors de la reproduction, les adultes s’affichent largement sur l’écorce des arbres, ce qui indique que ses prédateurs doivent être rares. La reproduction se fait vers juillet, les mâles et femelles se retrouvent sur des chênes malades, et se nourrissent en léchant les plaies de l’arbre. Le mâle utilise ses grandes mandibules pour ramener sous lui une femelle, et attraper et éjecter les concurrents à la manière d’un lutteur grec. Une fois une femelle rabattue sous lui, il reste au-dessus d’elle, utilisant sa taille double pour la couvrir physiquement, et l’"enfermer" entre ses pattes. Le couple peut aussi se placer au-dessus d’une plaie de l’arbre pour profiter du jus qui en sort.
Je me doute que certains lecteurs seront quelque peu émoustillés par le récit dees galipettes lucaniennes mais hélas, la décence ne m’autorise pas trop à vous décrire plus avant d’autres pratiques "que rigoureusement ma mère m’a défendu de nommer ici...)..

Le couple peut s’accoupler plusieurs fois,(ce qui est donc le signe d’une belle motivation !) durant de courtes périodes (moins de 2 minutes, ce qui est alors le signe d’une moins belle endurance...). Le mâle se retire à l’approche d’un observateur,( l’échangisme chez les lucanes n’étant pas encore à la mode..) et se dresse pour repousser toute menace de ses mandibules.

D’autres mâles peuvent s’approcher, attirés par la femelle, mais les assauts qui s’en suivent sont très timides et ne présentent pas une réelle menace pour un couple déjà installé.

La femelle pond dans la terre, au pied d’une source nourricière pour ses futures larves (un arbre mort, un arbre malade : chêne, hêtre, pommier...).

Les lucanes mâles semblent mourir après l’accouplement,( ce qui n’est sans doute pas la plus mauvaise façon de disparaître..) et les femelles après la ponte . On peut retrouver les exosquelettes aux pieds des arbres qui accueillent encore les autres couples.

Les oiseaux, comme le geai par exemple, mangent l’arrière du lucane cerf-volant, ce qui explique qu’on trouve des têtes coupées et isolées en forêt.

Toutes les particularités de la vie sexuelle des lucanes sont-elles également un des éléments fondateurs ayant conduit à la création de la sculpture qui ptrône devant notre bureau de poste ? Notre artiste de la Baume s’est-il identifié au mâle cerf-volant et a-t-il fait le rapprochement avec la femelle aux pinces plus courtes...? Le saura t-on un jour ?....

 exemple de Lucane

Sacré Bernard, tu en fais couler de l’encre ! (mais ça ne sera jamais autant que la peinture que tu as badigeonnée toute ta vie !).

 

 

Vos commentaires

  • Le 4 octobre 2010 à 21:46, par Goure En réponse à : Le Lucane

    J’en ai appris ce soir sur le LUCANE !!!
    Quant à savoir si B Buffet connaissait "l’histoire", je pencherai volontiers pour l’affirmative.... Mais google n’existait pas encore, alors laissons lui la totale invention !
    Bonsoir au lyonnais...

Répondre à cet article

Stats | 9 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 23 novembre 2017