Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 20 . Le député de la 8ème circonscription ( Haut-Var et la Dracénie ) et les (...) > Les candidats pour la 8ème circonscription du Var en 2017 > Fabien Matras, candidat REM (la République en Marche). > Le maire de Flayosc, Fabien Matras, candidat de la République en Marche (...)

Le maire de Flayosc, Fabien Matras, candidat de la République en Marche (REM) sur la 8ème du Var

 Le maire de Flayosc, Fabien Matras, 

 candidat de la République En Marche 

 (REM) sur la 8ème du Var 


Photo page Fb du candidat

Avec l’arrivée de Fabien Matras sur la 8ème circonscription du Var pour l’élection législative 2017, le scrutin du mois de juin s’annonce de plus en plus indécis et les cartes ne cessent d’être rebattues ...Le candidat désigné par le mouvement "En Marche" pour figurer dans la future majorité présidentielle constitue un candidat sérieux dans la bataille que s’attendaient à livrer les deux prétendants jusqu’alors déclarés favoris, Pierre Jugy pour le FN et Olivier Audibert-Troin pour Les Républicains (LR).

Tout cela nous promet de belles empoignades pour cette campagne qui s’annonçait comme un tête à tête mais sera plutôt à une partie à trois bandes (sans sous-estimer les autres candidats mais en constatant que les dès seront logiquement jetés avant eux).


Photo page Fb du candidat

L’article de Var-Matin qui présente la candidature de Fabien Matras sur la 8ème circonscription (interview de Pierre Johann) :

Fabien Matras, en marche au plus près des gens

8e circonscription A 33 ans, le maire de Flayosc part pour une courte campagne mais fort d’une notoriété qu’il revendique, pour être du pays et y exercer de nombreuses missions.

Le temps s’est accéléré pour le jeune et brillant maire de Flayosc, Fabien Matras. Lui qui a imprimé un dynamisme et une autre vision de la res publica dans sa commune, arrachée de haute lutte parmi cinq prétendants, lors des municipales de 2014. Un tour de force, déjà !
Celui qui n’a jamais hésité à clamer publiquement ses idées sur la gouvernance et ses méthodes parfois sclérosées, a naturellement trouvé dans Emmanuel Macron un terreau fertile.
Premier partisan du nouveau président de la République, au lendemain de la création d’En Marche ! le jeune homme, qui en début d’année « ne voulait pas faire de la politique un métier et se projeter en se disant, aujourd’hui je suis maire, demain je serais député... », est finalement dépassé par des ambitions qu’il n’avait pas a priori.
Et se trouve propulsé sur le devant d’une scène, la 8e circonscription, où s’annonce un mélodrame à suspense dont il est amené à jouer les premiers rôles. Comme un destin commun avec son mentor qui, lui aussi, a démarré tôt son ascension, sur les planches de son lycée. La suite, on la connaît. Rencontre.


Photo page FB du candidat

Var-Matin : Avez-vous été candidat à la candidature ou vous a-t-on sollicité ?
J’ai adhéré au mouvement au lendemain de sa création. Je travaille avec Emmanuel Macron depuis que je l’ai rencontré fin août 2016. J’ai alors accepté d’être son relais dans le Var. À ce titre j’ai organisé son déplacement à Toulon. Je le suivais d’ailleurs alors qu’il était ministre car il sortait des postures idéologiques et prônait la transversalité entre les partis, indispensable aujourd’hui à mon sens. Les idées qu’il portait et son projet de société me correspondaient. Cette investiture est ainsi venue au fil du temps. La première question que l’on m’a posée était d’ailleurs de savoir si j’adhérais au mouvement pour me présenter à la députation. Non ! Dans mon esprit, il faut travailler dans l’intérêt de tous et pour un territoire. C’est cela qui prime, et non les personnes. Il demeure que je ne pars pas aux législatives à contrecœur. C’est un mandat passionnant et j’y vais avec plaisir et détermination.

Var-Matin : Il vous reste quatre semaines pour faire campagne et vous faire connaître...
J’ai grandi en Dracénie. J’ai été sapeur-pompier à Salernes ; j’ai travaillé pour le conseil départemental dans le pays de Fayence ; je suis maire de Flayosc ; vice-président de la Communauté d’agglomération dracénoise et président de la Mission locale. Je suis donc bien implanté dans cette grande circonscription où j’ai mes racines. Je ne pense pas souffrir d’un déficit de notoriété.

Var-Matin : Quelles sont vos idées fortes pour la 8e ?
Nous finalisons ce projet. En fait, je fais un peu le distinguo entre le candidat de sa circonscription qui a un mois pour faire des propositions très concrètes. Elles vont vite arriver. Et l’élu de la Nation. De ce point de vue, je veux citer deux combats que je fais miens avec Emmanuel Macron. D’abord, je lutterai contre le gaz de schiste. Plus personne n’en parle mais le risque demeure. E. Macron s’y est opposé et je suis dans cette mouvance. Je vous rappelle qu’à mon niveau d’élu flayoscais, j’ai travaillé avec l’Université de Toulon pour trouver les parades à l’exploitation du gaz de schiste dans les documents d’urbanisme. Autre idée qui me tient à cœur : la laïcité. Il faut qu’elle revienne à l’essence qui est la sienne dans la loi de 1905. On ne peut pas instrumentaliser la laïcité, parce que c’est un vecteur de lien et de rassemblement de la communauté.

Var-Matin : Olivier Audibert-Troin (LR), député sortant, plaide-t-il pour la cohabitation ?
Il obéit à une ligne fixée par son état-major parisien qui entraîne une partie des élus à avoir cette position.
Mais je pense que les Français sont cohérents et je suis persuadé qu’Emmanuel Macron aura une majorité à l’Assemblée nationale.
En tant que spécialiste du droit constitutionnel (NDLR : Fabien Matras enseigne le droit public pour l’Université de Toulon, à Draguignan), je pense que le régime de la Ve République n’est pas fait pour la cohabitation, à plus forte raison depuis que le quinquennat a été instauré. Le président de la République a besoin d’une majorité, mais le Parlement a aussi besoin du président ! Dans l’intérêt de la France, nous ne pouvons pas concevoir cinq ans d’instabilité qui ne permettraient pas l’application d’une politique pour laquelle Emmanuel Macron a été élu. J’ajoute qu’Olivier Audibert-Troin a appelé à voter Macron entre les deux tours des présidentielles. Pour ma part je continuerai toujours à travailler avec ceux qui œuvrent pour notre territoire, sans considération des personnes.

Fabien Matras plaide pour l’action au service de son territoire et s’engage à travailler avec toute personne qui œuvrera en ce sens. (Photo Philippe Arnassan)

Var-Matin : Vous avez aussi en face de vous le FN qui soutient Pierre Jugy, maire de Tourtour.
Il faut être cohérent. On ne peut pas être candidat sans étiquette et être soutenu par le Front national. Je ne comprends pas cette position car je considère qu’en politique, il faut assumer ses responsabilités.

Var-Matin : Pour autant le FN est arrivé en tête dans la 8e circonscription. Comment pensez-vous le contrer ?
Faire face au Front national, c’est présenter un projet qui corresponde à des besoins. La République en marche ! ne fait pas campagne contre des partis et des candidats, mais revendique une politique pragmatique. Une nouvelle façon de concevoir la politique.

Var-Matin : Mais encore ?
On a changé d’époque en politique. Il est fini le temps où les candidats faisaient des promesses qu’ils ne tenaient pas, comme cela a été fait depuis 30 ans. Ce que nous voulons, c’est faire des propositions réalisables, réalistes. Des propositions, c’est important, issues d’une concertation avec les gens. Car aujourd’hui les citoyens ont besoin d’être associés aux décisions qui les concernent. On ne veut plus voter pour des figures mais pour des idées : concertation ; pragmatisme ; réalisme, voilà où sont les clés du combat contre le Front national.

Var-Matin : Que vous le vouliez ou non, vous entrez en politique...
Je ne ferai pas de la politique toute ma vie. Je veux garder un lien avec la réalité, avec l’entreprise. J’enseigne le droit et si je venais à être élu à la députation, j’essaierai de garder au moins un cours par semaine. Parce que ces moments sont aussi des temps d’échanges fructueux pour rester « au contact » de la vraie vie...

Var-Matin : Reste le cumul des mandats ?
Si je me suis engagé aux législatives, c’est évidemment pour représenter mon territoire à l’Assemblée nationale. Mais je resterai au conseil municipal de Flayosc.
Var-Matin : Qui sera votre suppléant ? On a parlé de Richard Strambio ?
On parle beaucoup des rumeurs. Vous le saurez la semaine prochaine...

Fin de l’article de Var-Matin, propos recueillis par Pierre JOHANN

Bio express (Var-Matin)
* Fabien Matras est né le 12 septembre 1984. Il a grandi à Flayosc, où il a fait l’ensemble de son parcours scolaire avant de poursuivre au collège Jean Rostand à Draguignan puis au lycée Jean-Moulin. Il est doctorant à l’Université Sud-Toulon Var - Faculté de droit. Ses grands-parents sont des immigrés italiens (M. et Mme Paganotti), entrepreneurs bien connus dans le domaine des travaux publics et le secteur agricole, implantés à Draguignan. Fabien Matras est maire de Flayosc ; vice-président de la Communauté d’agglomération dracénoise, délégué à l’emploi, la formation et l’insertion professionnelle ; président de la Mission locale Dracénie Verdon ; président du comité consultatif des sapeurs-pompiers du Var ; enseignant à la Faculté de droit de Toulon / Draguignan en droit constitutionnel, justice constitutionnelle et droit des libertés fondamentales. Il a des expériences professionnelles variées au sein de l’agence d’intérim Adecco de Draguignan et a été pompier volontaire.

_________________________________

Commentaires du site" Tourtour, notre village" :

**..."J’ajoute qu’Olivier Audibert-Troin a appelé à voter Macron entre les deux tours" :
Si Fabien Matras croit vraiment que toutes les voix de Monsieur Macron au second tour étaient acquises à toutes les idées du programme macroniste, c’est qu’il manque légèrement d’analyse politique...A moins que cette phrase ne soit qu’une vicieuse manoeuvre !...Et s’il croit qu’OAT a appellé à voter pour EM pour les idées, c’est qu’il oublie -volontairement ?- que c’était surtout pour écarter MLP...(3 sigles dans la même phrase, c’est un peu trop, peut-être !)...

**..." je lutterai contre le gaz de schiste. Plus personne n’en parle mais le risque demeure". :
C’était pourtant (soi-disant) le combat prioritaire de Pierre Jugy en 2012 ! mais dès la semaine après la législative il n’en a plus pipé mot !!...Le maire de Tourtour avait pris ce sujet comme cheval de bataille mais sa sincérité avait été largement mise en doute par les électeurs : le maire de Flayosc aura peut-être plus de "retombées"...

**..."Je ne comprends pas cette position car je considère qu’en politique, il faut assumer ses responsabilités." :
Ohlala, il est lucide ce Fabien Matras ! et il a raison...Pierre Jugy n’assume pas ses responsabilités mais, en plus, il trompe ses électeurs, il trahit sa parole, n’agit que par opportunisme et se compromet par pur égocentrisme... C’est ce que l’on appelle donc un candidat sincère...

____________________________________
 

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 28 juillet 2017