Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 01 . Mairie et services municipaux. > Régie municipale de l’eau et de l’assainissement. > Le maire de Tourtour s’inquiète de l’éventuelle gestion de l’eau par les (...)

Le maire de Tourtour s’inquiète de l’éventuelle gestion de l’eau par les intercommunalités.

 Le maire de Tourtour s’inquiète

 de l’éventuelle gestion de l’eau

 par les intercommunalités.

Le maire de Tourtour a sa carte à l’UMP depuis quelques années mais il semble parfois tout proche d’adhérer au Front de Gauche ... Nous l’avons déjà connu écologiste tendance Hulot dans la position anti-gaz de schiste puis tendance Royal dans le combat contre l’éolien dans le Haut-Var : aujourd’hui, debout sur son piedestal et brandissant un étendard tout rouge, il se révèle tendance Mélanchon dans la défense des régies municipales contre les multinationales de l’eau ...(bientôt le grand soir !..)

Et bien évidemment, dès qu’il fait un petit rot qui le contrarie, sa très attachée de presse Isabelle Bono accourt pour lui ouvrir la porte qui conduit aux pages du journal local....Mécanisme bien huilé avec des complicités internes mues par des intérêts que nous ne saurions imaginer, n’est-il pas ?...réseaux, toiles, cellules, loges, et patin et couffin !...
Et voici donc le résultat des phrases données par Mme Coste et M.Jugy pour finir sous la signature I.B...comme d’hab...
Dans un premier temps (la veille), un petit résumé sur le site internet de V.M :
" Le projet de loi porté devant l’Assemblée nationale qui envisage d’attribuer la compétence de l’eau et de l’assainissement aux intercommunalités inquiète le maire de Tourtour, Pierre Jugy.
Dans une interview qu’il a accordée à Var-Matin, ce dernier craint la marchandidation de l’eau par des sociétés extérieures, alors que jusqu’à présent la gestion de l’eau était souvent parfaitement effectuée par les communes. Lesquelles sont, depuis des générations, parfaitement au fait des réseaux et de la façon de les entretenir.
Demain, avec cette réforme, on céderait cette compétence de la première importance à des intercommunalités incapables d’en prendre la charge et donc enclines à les sous-traiter .Selon Pierre Jugy, il en résultera des coûts à la charge des contribuables, mais surtout la mainmise sur les ressources par des organismes mercantiles".

Et le lendemain, l’article complet :

Retranscription (pour nous, les anciens à la vue baissante !).. :
Tourtour : "il faut rester maîtres de l’eau"
photo Ndlr
Interview : Le maire, Pierre Jugy, s’inquiète du projet de loi transférant la compétence de l’eau aux intercommunalités. Il craint sa "marchandisation"

Suite au vote des députés en première lecture qui ont transféré les compétences de l’eau et de l’assainissement aux communautés de communes, le maire de Tourtour s’inquiète d’une marchandisation de l’eau.
Var-Matin : Quel est ce projet de loi aujourd’hui soumis au Sénat ?
Pierre Jugy  : L’Assemblée Nationale vient de délibérer pour le passage en compétence obligatoire de la gestion de l’eau et de l’assainissement aux intercommunalités. C’était l’un des sujets à l’ordre du jour de la dernière assemblée de la LGV à propos duquel je me suis insurgé, car lorsque nous avons créé notre intercommunalité nous avons décidé d’un certain nombre de compétences et surtout pas d’autres ! Avec la création des intercommunalités et l’obligation des communes d’en faire partie, le but de l’Etat était de détruire des syndicats qui coûtaient trop cher à la collectivité.
VM  : En quoi cette compétence est-elle importante pour les communes ?
PJ : La gestion de l’eau par les communes est primordiale pour certaines d’entre-elles qui ont la gestion de la qualité de l’eau et de sa tarification. Les communes de petite envergure sont capables de livrer de l’eau de très bonne qualité et de réparer les fuites sur leur réseau dont elles connaissent tout via le schéma transmis par héritage de génération en génération. On sait exactement où passe toute notre tuyauterie !
Une commune comme Tourtour a un territoire aussi vaste que celui de Draguignan avec des constructions assez disséminées. Nous gérons notre eau en bons pères de famille, comme les autres villages du nord du Var. En 2008, nous avons également choisi de reprendre en régie l’assainissement du village. Nous réparons et entretenons nos réseaux et cela a généré 30 000€ d’économies par an qui étaient auparavant versés à des grosses sociétés françaises. Nous avons donné les formations nécessaires à nos employés et nous fonctionnons à merveille.
VM : Qu’est-ce que cela va changer ?
PJ : On apprend qu’il va être imposé à toutes les communes françaises de transférer ces compétences aux intercommunalités qui, en tout cas dans un premier temps, ne pourront pas les gérer en direct car elles n’en ont ni les moyens ni les compétences techniques. Elles devront les donner sur appel d’offres en gestion à des sociétés nationales, lesquelles viendront peut-être de Paris pour nous demander où sont les canalisations et nous facturer très cher des prestations que nous serons obligés de refacturer à la population, alors qu’aujourd’hui nous gérons ce secteur tout seul ! Notre eau est notre plus grande richesse. Ici, nous avons la source du Saint-Rosaire qui sort naturellement depuis des générations à Tourtour et alimente notre village et les communes voisines. Toutes nos fontaines sont potables et l’eau ne s’est jamais arrêtée de couler ici, de mémoire d’homme. Quid de ce que décidera cette loi et de qui gérera quoi ?
Tourtour n’aurait jamais été construit à cet endroit-là s’il n’y avait pas eu cette source, nos ancêtres ne sont pas venus s’installer ici par hasard. Elle a été gérée en bonne intelligence et pour le bien de tous depuis des décennies.
VM : Craignez-vous une mainmise sur l’eau et sa captation ?
PJ : Bien-sûr. Les sociétés qui arriveront demain ne peuvent pas garantir la livraison et la facturation de l’eau dans d’aussi bonnes conditions que nous le faisons nous-mêmes, pour la bonne et simple raison que cette eau nous, nous la buvons mais pas eux. Eux ils la commercialisent, c’est toute la différence ! Ce qui est certain, c’est que quand on voit l’état de la planète entière et les gros problèmes que nous montrent les scientifiques au niveau de l’eau, générant déjà des restrictions et des déplacements de populations, il est complètement irresponsable et dangereux de mettre en pâture à des intérêts financiers cet or de vie ici. Je n’ai pas dit mon dernier mot pour préserver notre qualité de vie.
Propos(e) recueillis par Isabelle Bono.

___________________________

Commentaires du site "Tourtour, village dans le ciel" :
**..." Propos recueillis par Isabelle Bono" :
Il ne sera guère besoin de se pencher sur une boule de verre ou de tirer les cartes pour savoir que le texte de l’article aura été très largement inspiré par la copine de la correspondante de Var-Matin : après que le maire ait posé pour la photo, notre chère Patricia Coste a fourni le papier, le stylo, les phrases, les questions et les réponses laissant à sa pote Isabelle Bono le soin de signer l’article... Comme "on" dit, c’est de bonne guerre et il paraît que c’est bien puisque ça se fait depuis longtemps ....
La régie municipale de l’eau et l’assainissement est présidée par l’ex première adjointe, Mme Coste (bis repetita) qui continue sa fonction malgré sa défaite à l’élection municipale : autrement dit, les électeurs citoyens du village ont souhaité son départ mais le staff du château s’est débrouillé pour la faire revenir par la fenêtre alors que le scrutin lui avait montré le chemin de la porte...Il nous reste donc à remercier Mme Coste, cette militante exemplaire pour son "action bénévole, spontanée et généreuse au service de la population"...(les guillemets ne sont pas des éléments décoratifs !).
**..." des sociétés nationales, lesquelles viendront peut-être de Paris pour nous demander où sont les canalisations " :
Pourquoi donc ne pas imaginer que parmi ces sociétés nationales certaines se soient décentralisées au Qatar et que les techniciens de l’eau qui nous seraient attribués viendraient du Pakistan ou des Philippines pour réparer les fuites au Seignadou !!...L’argument des parisiens qui descendront de la capitale pour changer un boulon est une explication bien rigolote mais légèrement raccoleuse...
**..."et nous fonctionnons à merveille." :
Parfois, quelques légers soucis, non ? Par exemple quand les plaques se soulèvent et l’eau coule du bas de la rue du lavoir jusque sur la place (avec de l’eau dans certaines caves...pas vrai Jacquie ?), et cela durant plusieurs années... On oublie ça, pas grave...Le principal, c’est que Mme Coste reste là pour s’occuper du dossier : la régie de l’eau c’est un poste important pour les finances communales et les "ajustements" qui en découlent, voilà surtout pourquoi le maire avoue qu’il n’a pas dit son dernier mot puisqu’il a tout "intérêt" à ce que les caisses restent au château ....Alors, d’accord, on laisse ça comme c’est et tout le monde sera content , n’est-ce pas ??....

allez, Pierre, ne t’inquiète pas trop, tu n’es pas seul et d’autres élus se sont déjà occupés de ce problème...Et eux aussi ils n’ont pas dit leurs derniers mots ....La preuve, dans la revue "Maire-Info"...

http://www.maire-info.com/territoires/reforme-territoriale/lassemblee-vote-le-transfert-obligatoire-aux-intercommunalites-de-leau-et-des-dechets-article-18171

Cette mesure a néanmoins été adoptée, avec un délai de grâce d’un an supplémentaire, tout comme le transfert des compétences assainissement et déchets. Cette nouvelle évolution du projet de loi Notre inquiète fortement, ce matin encore, Marial Saddier, qui voit au-delà de la seule question de l’eau un enjeu bien plus large : "Tout cela donne l’impression que ce que veut le gouvernement, c’est la suppression des communes, explique-t-il à Maire info. D’ailleurs, il va arriver ce soir dans la discussion un amendement proposant l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel direct sans fléchage. Il faut appeler un chat un chat : à l’horizon 2020, le gouvernement ne veut plus ni des départements ni des communes. Transfert des compétences obligatoire, schémas régionaux prescriptifs, relèvement des seuils de l’intercommunalité, tout cela relève de la même logique : à terme, il ne restera plus comme échelons que la région, l’intercommunalité et les métropoles."
Pour l’instant, le gouvernement nie farouchement que telle soit sa volonté : André Vallini et Marylise Lebranchu, hier, dans l’Hémicycle, ont au contraire affirmé que ces réformes visaient à "renforcer" les communes. Le débat, ce soir, devrait continuer d’être houleux. Ce matin, les responsables de l’AMF, reçus par Manuel Valls (lire article ci-dessus), n’ont pas manqué de faire part de leur colère sur ce sujet. En sortant de la réunion, André Laignel, premier vice-président de l’AMF, a résumé sèchement le point de vue de l’association : "Sur la forme, c’est une grossièreté, puisqu’il n’y a pas eu une minute de dialogue avec l’AMF. Sur le fond, c’est une stupidité."
________________________

Donc, no problémo ! C’est bon, chère madame Coste, vous n’avez pas encore fini de venir garer votre 4x4 au pied du château ....

Répondre à cet article

Stats | 7 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017