Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Environnement > La végétation , la flore :arbres, fleurs, champignons > Le narcisse .

Le narcisse .

 

 Le narcisse .  

Dans les années 60 (les sixties), en avril-mai, le pré de Beauvezet se couvrait de blanc et la vue était splendide . Les narcisses poussaient par milliers mais aujourd’hui plus une seule de ces fleurs sauvages ne pousse : heureusement, on ne peut guère accuser la municipalité de cette disparition (à moins que des études précises ne se chargent de l’évolution de la flore sur la commune..). Il reste malgré tout à Tourtour un spécimen très particulier de l’espèce narcisse qui vous est expliqué en fin d’article .

Jacquie Paille me racontait que dans les années 50-60, au printemps, elle cueillait tous les jours de grosses brassées de narcisses et les apportait à Célina qui faisait sécher toutes les fleurs dans le petit local, juste à côté de la Rapugue . Tous les 3 jours, un camion de la fabrique Funel venait de Grasse pour récupérer les narcisses et les conduire à la distillation. Elle se souvenait aussi que ces fleurs faisaient le bonheur des gamines qui s’amusaient "aux oeufs au plat" . Les petites filles se retrouvaient au vieux moulin près de la cascade (au bas de la Rue Grande) : la poubelle qui était proche leur procurait toujours des morceaux d’assiettes et elles utilisaient le blanc et le jaune des narcisses pour simuler un oeuf au plat. rien d’étonnant à ce que notre Jacquie soit maintenant une émérite cuisinière de la brouillade ...

Souvenons-nous encore de ces beaux narcisses qui tapissaient Beauvezet :

   

 Famille : Amaryllidacées
Origine : Bassin méditerranéen
Période de floraison : mars, avril, mai
Couleur des fleurs : blanc, jaune, orange
Exposition : soleil, mi-ombre 
Type de sol : frais, ordinaire
Acidité du sol : neutre
Humidité du sol : normal
Utilisation : pelouse, jardinière, rocaille, fleur coupée
Hauteur : de 10 à 60 cm selon les variétés
Type de plante : fleur
Type de végétation : bulbe
Type de feuillage : caduc
Rusticité : rustique
Plantation, rempotage : Il doit être planté à l’automne à une profondeur égale à 3 fois la hauteur du bulbe et sa base doit reposer bien à plat. Desserez les bulbes lorsque la touffe devient importante, soit tous les 2-3 ans en septembre.
Méthode de multiplication : semis, division des bulbes
Taille : coupez les fleurs lorsqu’elles sont fanées (en vase elles fanent en 4-5 jours).

Espèces, variétés intéressantes :

Le genre comprend environ 60 espèces
- Narcissus
’February Gold’ aux fleurs jaunes 
- Narcissus canalicatus ’Beersheba’ aux fleurs blanches
- Narcissus poeticus le narcisse du poète, blanc au coeur jaune
- Narcissus ’Ballade’ - 45 cm
- Narcissus pseudonarcissus est la Jonquille aux fleurs en trompette apparaissant en mars 

Maladies et insectes nuisibles : plante résistante
Toxicité : les tiges, fleurs et bulbes de narcisses (embarras gastriques, irritations aux yeux) .

 Sacré Narcisse !!

Dans la mythologie grecque, Narcisse (en grec ancien Νάρκισσος / Nárkissos) est le fils du dieu fleuve Céphise et de la nymphe Liriope. Son nom semble lié au grec ancien narkê : sommeil.

L’histoire est notamment rapportée dans Les Métamorphoses d’Ovide : à sa naissance, le devin Tirésias, à qui l’on demande si l’enfant atteindrait une longue vieillesse, répond : « Il l’atteindra s’il ne se connaît. » Il se révèle être, en grandissant, d’une beauté exceptionnelle mais d’un caractère très fier : il repousse la nymphe Écho ainsi que de nombreuses autres prétendantes et prétendants amoureux de lui.

Un jour qu’il s’abreuve à une source, il voit son reflet dans l’eau et en tombe amoureux. Il y reste alors de longs jours à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir rattraper sa propre image. Il finit par dépérir puis mourir, et est pleuré par ses sœurs les naïades. À l’endroit où l’on retire son corps, on découvre des fleurs blanches : ce sont les fleurs qui aujourd’hui portent le nom de narcisses.

L’histoire de Narcisse est passée dans le langage courant ; en effet, on dit d’une personne qui s’aime à outrance qu’elle est narcissique. 
L’histoire est également passée dans le patrimoine de Tourtour : on raconte qu’un aubergiste était devenu maire et qu’il se regardait avec envie dans l’eau de sa piscine, jusqu’à ce qu’un jour ses yeux ne purent même plus avoir la force de regarder les autres gens du village...

Vos commentaires

  • Le 18 novembre 2009 à 22:06, par Jasmine Lara En réponse à : LA narcisse ?

    Ce soir ce n’est pas sur le fond -que je tends à approuver- que je veux réagir mais sur la forme : parlez vous là d’un maire ou d’une fleur ?

    S’il s’agit d’un fils de dieu grec ou d’un maire fils de crs motorisé, j’en conviens : l’objet est à priori bien masculin -encore que je n’ai vérifié ni de visu ni de testu, ni pour l’un et encore moins pour l’autre. Mais quand vous évoquez la fleur votre féminin me trouble. Je prends mon dictionnaire Larousse, cette référence incontournable du parler français et je trouve narcisse, nom masculin. J’en parle autour de moi : on en est d’accord. Alors je sors l’arme fatale : le Robert pour qui narcisse est aussi un n. m. quoique UNE plante herbacée etc. Il semble qu’il n’y ait que pour vous que c’est un nom féminin.

    J’ai hâte de lire votre réponse dans laquelle, je n’en doute pas, vous trouverez une justification propre à me clouer le bec -pardon : le clavier. (usage local, forme ancienne, le narcisse est la plante en terre mais la narcisse est la même à usage de parfumerie... que sais je ! Je brûle de savoir)

    J’en conclus qu’aux références internet que vous semblez avoir faites vôtres je continuerai longtemps à préfèrer celles plus académiques de nos dictionnaires papier.

    Je vous souhaite la bonne soirée.
    Par bonne soirée j’entends que les bleus écrasent ces arrogants verts, sinon la soirée sera pourrie, il pleuvra demain et madame aura la migraine etc. et je vous le jure, je n’y serai pour rien.

  • Le 19 novembre 2009 à 14:37, par Gilbert Giraud En réponse à : Il y en aura encore ...

    Chère Jasmine, dès le démarrage du site (et plusieurs fois ensuite) j’avais prévenu que des erreurs pouvaient se glisser dans les articles et que le forum était un moyen infaillible de pouvoir les corriger. La preuve ! Il n’est guère élégant de penser que je vais tenter de vous clouer le bec en me justifiant par des arguments fallacieusement tarabiscotés. A aucun moment je ne me suis posé la question entre LA et LE : mes souvenirs de narcisses se résumaient au champ de Beauvezet et le genre (masculin ou féminin) ne se posait pas . Presque 40 années vers Lyon me poussent à parler des jonquilles (qui sont des narcisses). J’ai déjà corrigé les fautes dans l’article et vous remercie pour vos recherches livresques (ce qui sous-entend que vous doutiez un peu) . A ce propos, je préfère également le livre à l’ordinateur mais j’essaie de m’adapter à un outil perfectible mais performant . Pour les articles, je me sers de plusieurs sources et les livres sont une priorité pour les recherches sur Tourtour . Un exemple, la Bataille de Tourtour : dans le livre de Nicole et André Cabau, c’est en 983 mais dans celui de Guy Désirat c’est en 973 : ces 2 ouvrages consacrés à Tourtour ne sont donc pas d’accord sur la date (et à 10 ans près..), il fallait donc chercher ailleurs, en particulier Internet pour situer la bataille contre les troupes sarrasines en 973. Avec la possibilité que des recherches futures d’historiens viennent contredire ces affirmations . Un dernier détail : les lecteurs apprécient beaucoup vos messages et il serait bon de les motiver encore plus... La prochaine fois que vous sortez un robert, soyez gentille, prenez une photo....

  • Le 20 novembre 2009 à 12:36, par Jasmine Lara En réponse à : Robert et robert

    Euh... il est évident que le Robert que je sors dans les grandes occasions est seul et unique.

    Quant au robert (sans majuscule), pour lui toutes les occasions sont grandes, il ne sort jamais seul et je ne fais pas de photos.

  • Le 20 novembre 2009 à 14:12, par Gilbert Giraud En réponse à : Ref...

    Avec toutes ces références, certains vont vous surnommer La Rousse ...

  • Le 22 novembre 2009 à 19:13 En réponse à : Pareil à Ampus

    Gamine j’allais cueillir les narcisses et les genêts et je les vendais à Grasse (des acheteurs passaient dans les villages ) pour me " faire" 4 sous.

  • Le 23 novembre 2009 à 11:37, par Gilbert Giraud En réponse à : Souvenirs...

    Chère Madame, vous avez sans aucun doute des tas de souvenirs qui font également partie de notre histoire du village . Comme ce serait bien que nous puissions, tous ensemble, les partager ! N’hésitez pas à me contacter quand je serai à Tourtour et ce sera un grand plaisir de vous écouter et d’ensuite "vous" raconter. Amicalement .

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 23 juin 2018