Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Autour de Tourtour... > Canjuers, le plan et le camp . > Le plan de Canjuers .

Le plan de Canjuers .

 Le plan de Canjuers .

A Tourtour on entend souvent parler de Canjuers : les bois, les champignons, les grives, les bécasses, les truffes, les avions à réaction, les tirs de roquettes... Essayons d’en savoir un peu plus sur ce paysage bien particulier .

Le plan de Canjuers est un plateau calcaire aride de Provence, situé dans le département du Var dans les Préalpes de Castellane, au sud des Gorges du Verdon et à 35km de la ville de Draguignan (et environ 20km de Tourtour).

D’une altitude moyenne de 800m, le plateau de Canjuers est divisé en deux grandes parties : le Grand Plan de Canjuers long de 15km vers l’est de large de 10km et le Petit Plan de Canjuers long de 5km vers le nord et large de 2km.

 

Le plateau est encerclé par des chaînes de montagnes comme le Grand Margès (1 577 m) au nord , la Correiasse (1 125 m) à l’ouest, la serrière de Lagne (1 112 m), le collet de l’Aigle (1 118 m) et la montagne de Barjaude (1 173 m) au sud. D’autres nombreux plans, plus petits, sont présents derrière les montagnes comme le plan de Cluaye, le plan du Château de Lagne, le plan d’Auveine ou le plan de Sauvechane. (et pour les amateurs de randonnées tranquilles il y a le plan-plan..).

Sa roche calcaire et karstique a créé un terrain accidenté, composé de nombreux avens comme le Grand Aven de Canjuers, l’Aven de la Nouguière  ou le Clos deï Faioun.
Sur le plateau, la végétation est rare car son sol est très aride, elle est surtout composée de
garrigue (petits buissons, herbes et plantes aromatiques). Les forêts sont présentes sur les montagnes alentour. Les arbres sont majoritairement des chênes pubescents (33% de la végétation), des pins sylvestres (25%) et des pins d’Alep (20%).

C’est aussi un lieu de spéléologie : c’est l’un des plus grands bassins d’eau souterraine d’Europe, grâce aux nombreux avens.

Avant la prise du territoire par l’Armée de Terre, la région avait une très faible densité, mais il y avait plusieurs propriétés, fermes et hameaux qui sont maintenant en ruine, détruits ou habités par les membres du camp.

On peut citer les hameaux de Saint-Bayon, Chardan, la Barre ou les fermes de la Grande Nouguière, Cluaye, la Médecine où a habité la dernière sorcière de Provence avant la première guerre mondiale (la mère Bousquet qui préparait des potions aux habitants du coin..), le château de LagneFichier:Chateau Lagnes, Vue nord, by JM Rosier.JPG

Appelé "Campus Julii" lors du passage de Jules César pour la conquête de la Gaule, le plan conserve notamment plusieurs bornes milliaires romaines . Le plan est aussi un important lieu de fouilles archéologiques. Il y conserve de nombreux fossiles datant du Jurassique et du Crétacé. Il faut se souvenir que notre musée des Fossiles de Tourtour a été constitué grâce aux recherches effectuées sur ce territoire de Canjuers par ce cher Victor Zanéboni et son "élève" Maurice Verdier qui tient aujourd’hui une boutique de minéraux (rue de l’Horloge).

Durant le printemps et l’été 1944 le plateau de Canjuers a servi de base au "maquis Vallier", le maquis Armée secrète du Var. Un maquis FTP, le "Camp Robert" était basé à Aups tout près de là.

Le rallye des Milles Pistes s’y déroulait. De nos jours, les courses sont surtout à moto ou en 4x4, entre les chercheurs de truffes (des "braconniers" des années 2000..) et les militaires qui veulent faire respecter la notion de propriété (et préserver aussi leurs propres récoltes)... A côté d’eux, bien à l’écart, les restaurateurs des alentours regardent ça du coin de l’oeil mais en se frottant bien les mains (puisque les deux parties sont toutes deux des fournisseurs à bon prix et à formalités administratives et fiscales réduites...).

Ce plateau abrite depuis 1970 le camp de Canjuers géré par l’Armée de Terre.
(notre site consacre un article spécifique (n°678) sur ce lieu et vous pouvez le consulter en cliquant sur le lien suivant tourtour.village.free.fr/ecrire/ ).

Canjuers : zone de bivouac 
C’est le plus grand champ de tir en Europe continentale de dimensions : 60 km sur 20 km. Il dispose de zones dédiées aux combats de chars (Champ de tir de Lagne pour les tirs mobiles, champ de tir des Amandiers pour les tirs fixes), aux tirs d’artillerie et au combat d’infanterie et permet des manœuvres interarmes. Il dispose, grâce à la superficie totale, de la rare possibilité d’autoriser des tirs d’exercice de lance-roquettes multiples (LRM).Installations militaires de Canjuers (Var)

Ce lieu tant aimé de Jean Giono est alors devenu interdit au public. A cette époque-là, le budget de la Défense était le premier budget de l’Etat et la liaison avec les territoires de Giono, Mistral, Audouard n’avait guère de poids face à la "raison militaire"...

Le village de Brovès a notamment été évacué et laissé à l’abandon. 
Les habitants ont alors été relogés dans un hameau appelé
Brovès-en-Seillans, un peu plus en vallée, non loin du village de Seillans.

(notre site a déjà consacré un article spécifique sur ce célèbre village de Brovès et son émouvant destin (toute la population a été refoulée par la nécessité militaire, on dit parfois "manu militari") : vous pouvez consulter cet article en cliquant sur le lien suivant tourtour.village.free.fr/ecrire/).

Le village de combat de Brovès (camp de Canjuers -Var)

 

Vos commentaires

  • Le 11 novembre 2010 à 21:10, par Goure En réponse à : Plan de Canjuers

    La montagne de Barjaude , point culminant du Plan de Canjuers (1175m) se trouve sur la commune d’Ampus (avant les militaires qui on pris la plus grande partie du Plan)

  • Le 3 juillet 2011 à 17:24, par le focéen En réponse à : La ferme de la médecine

    Bonjour, dans cette page : Le plan de Canjuers, vous citez :
    "la Médecine où a habité la dernière sorcière de Provence avant la première guerre mondiale (la mère Bousquet qui préparait des potions aux habitants du coin..), ".
    Il est tard pour retrouver à Aiguines ou dans les parages des témoins qui pourraient nous renseigner sur cette ferme qui a été brûlée par les Allemands, les maquisards du commando Vallier en ayant fait un temps leur P.C. Moi-même je me suis marié à Aiguines en 1970 et à l’époque je ne m’intéressait pas à l’histoire de cette ferme qui est située à environ 5 kilomètres d’Aiguines
    Aujourd’hui je cherche de la documentation sur "La mère Bousquet". Qui était-elle en vérité ? Quelle maladie soulageait-elle ?
    Si parmi les lecteurs de Tourtour-village il y a quelqu’un qui peut m’indiquer des sources sur ce sujet par avance je l’en remercie. On puet m’écrire à cette adresse : 2lo2la-arobase-wanadoo.fr.
    Cordialement,le focéen

Répondre à cet article

Stats | 10 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 12 décembre 2017