Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 01 . Les fêtes au village (dont la Fête de l’Oeuf) > La Fête de l’Oeuf > Les Oeufs de Pâques . > Les Oeufs de Fabergé .

Les Oeufs de Fabergé .

 Les Oeufs de Fabergé .  

 Quand on dit "oeuf" à Tourtour, on pense d’abord à la brouillade ou à l’omelette et bien sûr à notre belle fête de l’oeuf à Pâques. Malgré cela, on ne va pas se priver de se faire un petit plaisir des yeux en admirant quelques pièces des fameux Oeufs de Fabergé . Saviez-vous que ce sculpteur était russe ?
Découvrons un peu ces merveilles de l’art décoratif universel.

   

Depuis l’aube de l’humanité, l’oeuf est sans doute le plus vieux et le plus universel symbole de vie, de renaissance et de fertilité. C’est pourquoi la tradition d’offrir des oeufs décorés est très ancienne et elle avait déjà existé dans différentes civilisations. Les anciens Perses, Égyptiens, Celtes, Ukrainiens ont tous décoré des oeufs aux couleurs du printemps (d’habitude, rouge) et de les offrir à leurs proches pour symboliser le renouvellement de la vie. Pourtant depuis l’instauration du Carême (où c’est interdit de manger des oeufs), les oeufs connaissent vraiment un grand succès comme les oeufs de Pâques. Des gens en ont proposé à leurs proches, à leur maître ou à leur roi. À Paris, pendant les deux derniers siècles, à la fin de la messe de Pâques, la population a apporté des corbeilles d’oeufs dorés (quelquefois ornés par des peintres) dans le cabinet du roi de France, qui les distribuait.

     


Cette tradition se maintenait dans d’autres cours royales, mais la plus grande popularité des oeufs de Pâques a été atteinte à la Cour des tzars de Russie. Vers la fin du XIX siècle, le génial bijoutier Peter Carl Fabergé   confectionnait des oeufs faits en or, en cristal et en porcelaine. De nos jours, ces oeufs décorés demeurent sans aucun doute les plus célèbres dans le monde...En 1884, le tzar Alexandre III lui a commandé le premier oeuf de Pâques de sa fabrication, qui est devenu légendaire. Le tzar a nommé Fabergé fournisseur officiel impérial. Pour honorer sa charge, il devait créer un nouvel oeuf chaque année. De plus, l’oeuf devait toujours contenir une surprise qui était tenue secrète, même pour les membres de la famille impériale, jusqu’au jour de Pâques. Pendant 11 ans, l’épouse du tzar avait reçu ainsi un oeuf, symbole de vie. L’oeuf commandé en 1884 par Alexandre III était le premier d’une longue série, réalisée pour les deux derniers tzars de la Russie Impériale. On estime que, entre 1885 et 1916, au moins 56 splendides exemplaires sont sortis de l’atelier magique de Fabergé pour différentes occasions : par exemple, pour certaines dates importantes de la Cour, pour des militaires de la 1er Guerre mondiale, pour la Croix Rouge ou encore pour la Révolution 1917.


Après la chute de la maison impériale et avec le temps, la fabuleuse collection des Romanov a été dispersée. Pourtant une dizaine de ces oeufs de Fabergé sont au Kremlin, deux autres appartiennent à la reine Elizabeth II et 12 autres ont été achetés par Malcolm Farbes, éditeur et écrivain américain.

     

Quelquefois, il arrive que quelques-unes de ces oeuvres exceptionnelles apparaissent sur le marché international de l’art et atteignent des prix vertigineux. La dernière vente a eu lieu à New-York en 1994 pendant l’encan Christie’s.
Plus de 9 millions de dollars, c’est le prix record auquel s’est arraché le “ Winter Egg”,  olhafaberge.jpg  l’oeuf d’hiver de Fabergé. Son acheteur a préféré rester anonyme. Cet oeuf, serti de 4300 diamants, est un véritable chef-d’oeuvre d’orfèvrerie. Le Tzar de la Russie Nicolas II l’avait offert à sa mère à l’occasion des fêtes de Pâques de 1913. Bien que Carl Fabergé,   entre 1885 et 1916, ait ciselé 50 oeufs, selon les Archives nationales russes, l’oeuf d’hiver dépasse tous les autres par sa magnificence. 

Une autre vente, à l’hôtel Drouault de Paris, a vu un oeuf des poules d’Armand (décoré au brou de noix et serti de 3458 grains de sable du Grimaud), oeuvre de la géniale artiste Jacquie Paille, être adjugé pour la somme de 4 576 319 € : son acheteur est un généreux mécène qui a décidé de léguer cet objet fabuleux au futur Musée de Tourtour. (il prendra également en charge les frais d’assurance).

Répondre à cet article

Mis à jour le jeudi 22 août 2019