Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 01 . Les fêtes au village. > La Fête de l’Oeuf > Les Oeufs de Pâques . > Les Oeufs peints et décorés .

Les Oeufs peints et décorés .

Les Oeufs peints et décorés .  

Pour la Fête de l’Oeuf à Tourtour, on pourrait imaginer de constituer une jolie collection d’oeufs décorés. Chacun de nous pourrait en trouver sur les brocantes, les vide-greniers et petit à petit on arriverait à une belle exposition pour la fête de l’oeuf. Bien sûr, on pourrait y ajouter une production locale par des artistes du village et par les enfants. Si ça peut intéresser quelqu’un (ou deux ou trois personnes) on peut lancer l’idée : et j’en donne déjà 8 ( 3 en onyx et cinq qui viennent de Russie -mais sans faucille ni marteau...). Cette collection pourrait être gérée par des volontaires et prise en charge par C’La Festo du point de vue "juridique". Avec des coquettiers ça devrait faire pas mal !

montigny-et-ravel-dc07-002.jpg

 L’oeuf de Pâques est le symbole de l’éclosion d’une vie nouvelle et de la fertilité.
 

La tradition d’offrir des oeufs décorés, teints ou travaillés est bien antérieure au christianisme. L’oeuf est sans doute le plus vieux et le plus universel symbôle de vie et de renaissance notamment et de multiples rituels lui ont été associés depuis la nuit des temps.

 

Pour certains, la coutume des oeufs de Pâques se rattacherait à l’établissement du Carême.  Dès le IVème siècle, l’usage des oeufs pendant la pénitence de quarante jours est interdit par l’Eglise. Une grande quantité d’oeufs se trouvant entassée dans les provisions de ménage, le moyen le plus expéditif de s’en débarrasser était de les donner aux enfants.

Dès le jeudi saint, les enfants en commençaient la collecte. Ils allaient en bande, précédés des enfants de choeur et ramassaient dans des corbeilles les oeufs qu’on leur donnait.

Dans le Béarn, cette quête se faisait la veille de Pâques, appelée alors " le samedi des oeufs ".
Et le jour de Pâques, tous ces oeufs étaient dégustés en omelette.

Dès le XIIème siècle, dans de nombreux pays européens, les gens du peuple avaient l’habitude de s’échanger des oeufs tout simples, bénis à l’église, une coutume que les nobles vont vite adopter, mais en s’adressant à des peintres, des orfèvres et des graveurs pour se faire faire des oeufs-joyaux, c’est à dire décorés de peintures délicates, d’émaux ou de pierres précieuses.

  

Quant à la surprise contenue dans l’oeuf, c’est une tradition qui remonte au XVIème siècle, et certaines sont même passées à l’histoire tant elles étaient exceptionnelles : c’est le cas de la statuette de Cupidon renfermée dans un énorme oeuf de Pâques offert par Louis XV à Madame du Barry, du brûle-parfum trouvé en 1770 par Catherine II ou encore de la minuscule poulette cachée dans un précieux oeuf conservé à Copenhague dans les collections royales du château de Rosemborg. Dans cette rubrique, article "les oeufs de Fabergé", il est raconté que le célèbresculpteur-joailler, mettait toujours un objetb différent dans les oeufs qu’il confectionnait pour la cour du tsar de Russie.

La coutume des oeufs de Pâques n’est certifiée qu’au cours du XVIème siècle à la cour des rois de France.

Louis XIV faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d’oeufs dorés qu’il remettait en cérémonie à ses proches ; Madame Victoire, fille du roi Louis XV, avait même reçu deux oeufs de Pâques peints et historiés par Lancret et Watteau..... L’on pourrait citer d’autres exemples royaux d’oeufs de Pâques célèbres..... 

On peut distinguer les oeufs teints que l’on consomme, des oeufs décorés que l’on conserve et que l’on offre à sa famille, à ses amis en témoignage d’amour et d’amitié.

Et c’est au XVIIIe siècle, en France, qu’on décida de vider un oeuf frais et de le remplir de chocolat. 

   

 Les œufs sont aussi un symbole utilisé dans les pays orthodoxes. Ils symbolisent la résurrection du Christ et sa sortie du tombeau, comme le poussin sort de l’œuf. Ils sont peints en rouge et décorés de motifs vifs. Ils ont toutes les tailles et sont souvent en bois ou en pierre polie, certains sont de véritables œuvres d’art. Il est de tradition d’en échanger avec ses proches le jour de Pâques, en se saluant par l’invocation « Christ est ressuscité ! ».

En Alsace, en Allemagne, en Suisse et en Autriche, dans la plupart des Länder, les œufs de Pâques sont apportés par le lièvre de Pâques (Osterhase). Il n’y a pas de cloches, très peu de poules mais beaucoup de lapins sous toutes les formes possibles et imaginables. Voici une des origines de cette légende : 

Une vieille femme sans argent pour acheter des œufs pour ses petits enfants décide alors d’en peindre. Elle les cache dans son jardin. Elle appelle ensuite les enfants et les invite à chercher leurs surprises. Tout à coup, un lapin saute d’un petit nid de brindilles où étaient les œufs. Un enfant crie tout émerveillé : « Le lapin a laissé des œufs peints pour notre surprise de Pâques ! ».

 

En fait, le lapin, très prolifique au printemps, est probablement un symbole de fécondité antérieur au christianisme. À noter qu’en Bavière, le lièvre est remplacé par un coq, en Thuringe c’est un renard, dans la région de Hanovre, c’est un coucou, au Tyrol c’est la poule et en Westphalie c’est le renard. Cette tradition du lapin apportant les œufs de Pâques a émigré au Brésil où elle est encore vivace ; l’origine tiendrait à l’immigration germano-suisse débutée par l’empereur du Portugal en 1818, et poursuivie dès 1824 avec 400 immigrants germaniques par l’épouse du premier Empereur du Brésil, qui était l’archiduchesse autrichienne. 

  

Au fait ! 
Si certains tourtourains sont encore sous le coup de rancoeurs ou de jalousies liées à des résultats plus ou moins à leur avantage, il serait bon qu’ils fassent ne serait-ce qu’un jour de Carême
 ...

Répondre à cet article

Stats | 6 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mercredi 21 février 2018