Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 05 . La pétanque ( et le jeu provençal). > Historique de la Pétanque . > Les boules , de l’Egypte ... à Tourtour .

Les boules , de l’Egypte ... à Tourtour .

 Les boules , de l’Egypte ... à Tourtour .

 

 

 

Les parties de pétanque vont à nouveau fleurir au village et bientôt les concours de boules apporteront leur touche populaire dans les activités festives de l’été. Il est donc peut-être temps de nous pencher sur l’aspect historique des jeux de boules : dans un premier article (c’est celui d’aujourd’hui), un rappel chronologique (des égyptiens aux romains et du myen-âge à nos jours . Ensuite, nous nous pencherons sur les autres jeux de boules (boule de Fort, boule des Flandres ou de Bretagne) et enfin , en dessert, la pétanque et le jeu provençal .

La Boule Tourtouraine (et son président Bella) vous souhaitent une bonne saison bouliste 2011 ! A vos cochonnets !! Tirez et pointez !!

Les Débuts :

Tout bouliste digne de ce nom sait que la Pétanque est née en France.(et même à La Ciotat..). Mais les origines des jeux avec des boules remontent à la nuit des temps. Sans remonter jusqu’à Adam et Eve qui ont pu jouer à un jeu similaire avec des galets ou des pommes bien rondes, il est certain que déja Homo Erectus (qui avait besoin de s’entraîner) y jouait pour améliorer son habileté de chasseur ou de guerrier. Puisque les historiens ont acquis la certitude que Tourtour était un village occupé dès le néolithique, on peut donc avancer que les premières parties de boules ont eu lieu sur des chemins de notre village il y a environ 8 000 ans ... (on n’a pas encore retrouvé de boules de l’époque...). 
On peut très bien penser que nos ancêtres, à un moment ou à l’autre ont imaginé de s’entrainer sous forme ludique et auraient alors inventé la compétition.
Des jeux où il fallait viser et toucher... Voilà l’essentiel même de la Pétanque. Les différents objets ou outils utilisés ont fait que les jeux se sont développés dans des directions différentes.

Egypte :

Les plus anciennnes preuves de l’existence de jeu de boules ou de ballon se trouvent en Egypte. Les achéologues ont découvert, dans une tombe égyptienne qui date d’environ 2 000 ans avant J.C., une peinture sur fond jaune qui dévoile un jeu de lancer. D’autres fresques représentent des hommes qui ont roulé des boules en direction d’autres objets. Les Egyptiens avaient donc l’air de s’adonner à une sorte de jeu de quilles, ce qui devait avoir une certaine importance puisque on a eu le besoin de l’immortaliser. (sur des colonnes en pierre).




Grèce  :

En Grèce on introduit une galet-cible. Certains chercheurs ont retouvé des traces dans toute l’Antiquité grecque. Au début les pierres de jet étaient assez lourdes, mais ont été allégées par la suite. Le matériel a changé : des pierres aux formes et poids différents on est passé au fer qui donne la possibilité d’avoir des "boules" de même poids et de même forme, avec peut-être des faces différentes, une concave, l’autre convexe.

Puisque le but du jeu était devenu d’arriver le plus prés d’une cible, ce n’était plus la force qui était le plus important mais l’adresse et le contrôle du geste.

Rome :

Les romains oublièrent les palets plats pour les remplacer par des sphères. Les boules étaient au départ en pierre, puis en fer et enfin en bois enveloppées de fer. Le bois employé était certainemet le buis, bois très dur qui pousse abondammnent autour de la Méditerranée. Le buis s’appelle en latin "buxus". Certains linguistes y voient l’origine de l’italien boccia et de l’espagnol bocha (des noms de jeux de ce deux pays).

Au musée Campona de Florence, sur l’un des côtés d’un sarcophage, une scène représente des enfants en train de mesurer un point, ce qui veut dire qu’il existait une sorte de "but ou de "cible". De plus il y a un temple où des adultes où des fresques représentent des personnages qui jettent des boules avec élan (les ancêtres des joueurs "de longue"..).

Comme on le sait, les romains ont conquis une grande partie de l’Europe et apporté les "bienfaits de la civilisation", dont naturellement les jeux de boules font partie.(un rappel : on parle là des "jeux de boules " et non de la pétanque qui, elle, n’a rien d’italien, n’en déplaise à nos amis transalpins...). 

Le Moyen-Age :

Pendant le Moyen-Age les jeux de boules comquièrent la France, l’Angleterre et des parties importantes de l’Allemagne. Il n’y a pas de règles universelles. Chaque pays, chaque région, chaque province a ses règles spécifiques. Généralement, les boules étaient en bois, de différentes grosseurs et de poids différents, certaines étaient cloutées, d’autres cerclées de fer. Quelques variantes sont encore pratiquées dans certaines régions en France. Les jeux de boules deviennent si populaires qu’on assiste à une véritable "boulemania". Les gens d’armes délaissent leur entraînement pour s’addoner aux jeux de boules. Philippe V "le Long" en 1319 et ensuite en pleine de guerre de Cent Ans Charles V "le Sage" en 1369 se voient obligés par diverses ordonnances d’abord de régulariser puis d’interdire un certain nombre de jeux : boules, billes, quilles, palets, dés, paume,....

Les jeux de boules trouvent alors un asile dans les monastères dont les murraille les mettaient à l’abri des regards indiscrets. Les moines auraient donc été les premiers à jouer dans des boulodromes couverts ...

Moines en action!

Renaissance :

Avec la Renaissance les jeux de boules entrent dans la litterature et l’art. Plusieurs écrivains et peintres en témoignent.

Eramus (env 1466-1536) cite plusieurs variantes de jeux de boules. Rabelais (1494-1553) les préconisent comme remède universel : "Il n’y pas point de rhumatismes et d’autres maux semblables que l’on puisse prévenir par ce jeu ; il est propre à tous les âges, depuis la plus tendre enfance jusqu’à la vieillesse." On croit entendre la déclaration d’un vendeur de boules de nos jours... Il ne manque que la possibilité de jouer sans distinction de sexe.

 
Pieter Brueghel l’Aîné (env 1528-1569) les peint dans ses fresques villageoises. Dans la toile intitulée "Jeux d’enfants" on voit deux petites filles et un petit garçon jouant aux boules.

En 1588, à Plymouth Hoe, sur la côte sud-ouest de l’Angleterre, une sentinelle signale au vice-amiral de la Flotte, Sir Francis Drake qui jouait aux boules sur la plage, l’arrivée imminente de l’Armada espagnole, celle qui est passé à la prosperité comme "l’Invincible". Au lieu d’arrêter le jeu, Sir Drake aurait répondu : "J’ai encore le temps de gagner cette partie et ensuite d’aller battre les espagnols".

Les differents jeux de boules commencent à cultiver leurs particularités nationales. En France et en Italie on joue sur la terre battue, en Angleterre sur l’herbe. Les français cloutent leurs boules en bois. Les italiens les vernissent.Jeu d'antan

XVIIème Siècle :

Les pouvoirs avaient toujours favorisé les jeux à caractère militaire : arquebuse, arc, arbalète. Mais à la fin du XVIème siècle apparait un nouveau jeu qui va bientôt devenir une menace pour les jeux de boules et de quilles, pratiqués par les paysans, les valets ou autres gens du "bas-peuple". Il s’agit du "Jeu de Paume", ancêtre du tennis. En effet les premiers avaient toujours été des jeux simples ne nécessitant pas de mises de fonds importantes aussi bien pour les terrains mais aussi pour l’équipement. Le jeu de paume était pratiqué par l’aristocratie et la bourgeoiserie et exigeait des salles de jeu et des raquettes. Il y avait donc de l’argent à gagner.
Le lobby des loueurs de salles (ce sont les ancêtres du mister Coste..) et fabricants de raquettes dénigra si bien les bouleurs en les présentant comme semeurs de désordre qu’ils causaient sur les places publiques que le Parlement rédigea un décret en date du 7 septembre 1629 interdisant la pratique du jeu de boules. Mais à fin du siècle, sous l’influence d’Henri de Turenne, maréchal de France, ces interdictions disparaissent. Elles n’avaient jamais été vraiment appliquées.

Au bon marché - la boule bleue

XVIIIème siècle et XIXème siècle :

( Les boules à Marseille en 1792 : En 1792, à Marseille, une partie de boules fait... 38 morts ! Il ne s’agit ni d’une galéjade marseillaise, ni d’une contestation de point !En fait, la partie se disputait dans un couvent où étaient entreposés des barils de poudre et les soldats utilisaient des boulets de canon en guise de boules à jouer ! Et peut-être que ce qui devait arriver est effectivement arrivé !! ).

Les Jeux de boules ne meurent pas, bien au contraire. Alors que les jeux de boules étaient joués essentiellemnt par des soldats et gens simples ils commencent à être pratiqués par la bourgeoisie et la noblesse. Le philosophe et écrivain Diderot les décrit longuement et positivement dans son Encyclopédie.
A la fin du XVIIIème siècle on joue aux boules surtout au sud de la France et la vallée du Rhône. Il y a avait deux branches principales : la Lyonnaise et la Provençale.

Pendant le XIXème siècle le nombre de joueurs de boules explose dans toute la France. Ceci est du en partie par les changements suite à la révolution française.


Les Jeux de Boules, Jeux du bas-peuple :

En effet, les jeux, les activités sportives et de loisirs - même si ces mots n’existaient pas - avaient été jusque là plus ou moins réservés à la noblesse et d’une certaine manière à une bourgeoise nantie. Lorsqu’un jeu devenait populaire chez les paysans ou les gens du bas peuple, il était bientôt soumis à des interdits ou des restrictions de toutes sortes qui le limitait en temps et place. Les jeux simples pouvant se pratiquer dehors, dans les rues et sur les places publiques, sans équipement spécial, n’étaient pas très bien vus par les gens au pouvoir.(si l’on y regarde bien -et si l’on se protège d’idées paranoïaques- on peut estimer à juste titre que cette idée reste encore de mise dans les années 2000..).
Les équipages princiers n’acceptaient pas de se voir retardés par des jeux de "manants", jeux de boules et jeux de quilles. Les beaux marquis et belles marquises risquaient toujours de se faire éclabousser par des boules arrivant à l’improviste. De plus un attroupement populaire pouvait toujours dégénérer. L’église ne voulait pas non plus que le peuple, pendant ses jours libres - et les jours libres étaient ou bien les dimanches et fêtes religieuses - s’adonne à des jeux de quelques sortes qu’ils soient car cela risquait évidemment de les écarter de messes et des vêpres ...

La Révolution réquisitionna un grand nombre de salles où la noblesse et la bourgeoise s’andonnaient à leur sport favori : le Jeu de Paume. Les locaux furent transformés d’abord comme salles de réunions et ensuite, quand la terreur fut à son apogée, comme prisons, locaux d’incarcération pour les "contre-revolutionnaires".
Le Jeu de Paume disparut de France et s’exila avec la noblesse en Angleterre.(avec la pétanque on est tranquille, les anglais ne l’auront pas !!). Le "Tenez" français passa la Manche pour devenir l’anglais "Tennis". Dans toute la France il devient plus facile de pratiquer les jeux populaires, en premier lieu les jeux de boule, crocket et quilles. Nous allons laisser ici les jeux de crocket et quilles et porter un regard sur les differents jeux de boules.(ce sera un deuxième article, sur la boule bretonne, celle des Flandres, la boule de Fort, la parisienne, et la boule lyonnaise ).

Et ensuite,(dans un autre article), on en arrivera, bien sûr, à la naissance de la pétanque (pieds tanqués).

 O  O O  O  O  O   O     O  O O  

  : Tiens (Tè !!), un petit instant de récréation : en ces temps bénis de l’internet polyvalent, un jeu de boules sur le web , "la pétanque en ligne " !! 
Eh oui ! allez voir ce lien et bon jeu ! 
www.kidsclae.com/Jeux/Jeux_de_sport/petanque/petanque.html 

Vos commentaires

  • Le 4 avril 2011 à 21:37, par Goure En réponse à : Jeu de boules

    En ligne tout se pratique , alors pourquoi pas la pétanque ??
    Je regardera ça de plus près demain !!

Répondre à cet article

Stats | 5 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 28 juillet 2017