Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 12 . Les cabanons, les bastides . > Les cabanons en Provence et à Tourtour .

Les cabanons en Provence et à Tourtour .

 Les cabanons en Provence et à Tourtour .

 

L’Office de Tourisme de Draguignan consacre une exposition sur le thème des cabanons provençaux et cela nous permet de rendre un petit hommage à ces demeures campagnardes typiques dans notre région . Nos anciens ont vécu là de longues années de labeur, de sueur mais souvent aussi, de bonheur... 

 

Quand les villageois tourtourins partaient vers leur cabanon, ils disaient : " je vais à ma campagne "... ils allaient sur leurs terres cultivées, les oliviers, les amandiers, les vignes ou les simples pâturages. Le cabanon était là, souvent sur le bord du terrain, il trônait majestueusement ....

L’architecture des cabanons ne résulte pas d’une règlementation édictée par les "extrémistes" des Bâtiments de France qui font régner la terreur chez les particuliers qui font des demandes de travaux (même quand il s’agit d’un fenestron de 30 cm. ou d’une petite porte sur le côté d’un jardin...). On se souvient que les règles définies interdisaient l’utilisation de PVC pour les doubles vitrages : maintenant, c’est permis (et même le château communal en a utilisé , ce qui aurait entraîné la mise en examen du maire il ya encore cinq ans !! Enfin ... c’est comme ça !

N’empêche , les cabanons étaient montés selon des pratiques ancestrales et il est évident que toutes ces constructions rustiques sont très typiques et s’intègrent fort bien dans le paysage provençal : les règles sont surtout dictées par le bon sens et le cabanon répond à des exigences naturelles : il faut de l’eau pas trop loin (c’est un ruisseau, une cuve, un puits..) et des arbres pour avoir de l’ombre au moment du pénnéqué (la sieste) ou de l’apéro avec les amis . 

Les cabanons peuvent être "de plein pied" ou avec un étage : cela dépendait de la distance avec le village, des cultures voisines, de la superficie du terrain... Par exemple, sur le bord d’une vigne assez grande, le paysan pouvait décider de rester quelques jours sans rentrer au village . Il faut donc un espace pour coucher et un autre petit coin pour se préparer un repas . Les éleveurs (surtout de chèvres et de moutons) pouvaient également utiliser le cabanon sur le passage des transhumances .

 

Certaines bâtisses un peu plus grandes pouvaient également servir de "garde-manger" , poulaillers ou clapiers (et pigeonniers parfois)

Le cabanon est également le reflet de la position sociale du paysan dans le village : certains agriculteurs possédaient moins de terres et moins de cultures et leur cabanon était donc moins imposant .

Le cabanon est très souvent situé dans des terrains où l’on trouve des restanques qui étaient exploitées (oliviers, cultures maraîchères ou fruitières).

 

Avec l’ombre de l’olivier ...

A côté des figuiers et près des vignes ...

Avec des petits murets en pierres ... Ayons quelques pensées pour les Marius, Auguste, Eugène, Marcel, Roger, Armand, Jules, Raoul, Joseph, Antoine, Félix et bien d’autres qui ont construit leur cabanon, en même temps qu’ils construisaient leur village de Tourtour ...

 Le cabanon provençal, une marque, un label, un patrimoine ...

 

 

Vos commentaires

  • Le 2 mai 2011 à 22:05, par Goure En réponse à : Les cabanons

    Belles photos ; la plupart de ces cabanons sont superbes.
    DE petite taille , ils nous disent que nos ancêtres n’étaient pas RICHES. Ils nous disent aussi qu’ils étaient ECOLOS avant la mode et qu’ils ne gaspillaient pas comme nous le faisons chaque jour encore et encore.
    Ecoutons-les un peu plus et notre planète ira mieux !

  • Le 3 mai 2011 à 13:53, par Christiane En réponse à : Magnifique !

    Quelle beauté, ces cabanons, les oliviers, la Provence ! Que cela nous fasse aussi méditer sur la simplicité, nous qui avons besoin de tant de choses pour vivre, aujourd’hui ! Finalement, n’étaient-ils pas plus heureux que nous, qui sommes entourés de toute notre technologie (même si, en même temps, j’utilise Internet pour le dire...)

  • Le 4 mai 2011 à 19:39, par Gilbert Giraud En réponse à : Technologie..

    Chère Christiane, bien sûr que nous ne devons pas nier la valeur du progrès technologique et il n’est guère responsable de vouloir faire du feu en frottant des silex .... Mais internet, les micro-ondes, le numérique...ne doivent pas nous faire oublier les cabanons, les lavandes, les murs en pierres sèches et toutes les émotions que la beauté de la Provence nous offre ... Cordialement .

Répondre à cet article

Mis à jour le samedi 26 septembre 2020