Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 21 . Les collectivités territoriales 2014 (Département et Région) , les (...) > Finances départementales . > Les difficultés financières du Var en 2015... Aie !!... (et Tourtour, alors (...)

Les difficultés financières du Var en 2015... Aie !!... (et Tourtour, alors ?..)

 Les difficultés financières 

 du Var en 2015... Aie !!...

 (et Tourtour, alors ??....)

Bien évidemment, quand on lit un titre aussi alarmiste que celui de Var-Matin " le département du Var au bord de l’asphyxsie financière " on ne se trouve guère dans une ambiance qui flaire l’optimisme ... Néanmoins, ce cher département 83, bastion de la droite républicaine et réservoir de l’extrème du même côté, se fait les gorges chaudes avec de telles affirmations qui sonnent surtout le rappel des revendications contre les mesures gouvernementales : autrement dit, comme pour la réforme des rythmes scolaires, il est de bon ton de tirer sur l’ambulance ..
Il sera donc intéressant de relever les arguments servis par la presse régionale et les mettre en parallèle avec ceux qui sont également assénés par la municipalité tourtouraine...
Voilà donc l’article de Var-Matin (non signé) :

"Le département du Var au bord de l’asphyxie financière". (Publié le

Le conseil général du Var appelle l’Etat et les organismes intervenant dans le domaine social à "assumer chacun leur part de responsabilité" dans les difficultés croissantes qu’il rencontre.

Ce n’est plus une sonnette d’alarme tirée, mais carrément un ultimatum lancé par le conseil général du Var à l’État et aux organismes intervenant dans le domaine social. Face aux « difficultés financières énormes » rencontrées par le Département, le président Horace Lanfranchi a proposé hier une motion, votée à l’unanimité, leur intimant « d’assumer chacun leur part de responsabilité ».
Le conseil général reproche en premier lieu à l’État de ne pas suffisamment compenser les compétences qu’il lui a transférées dans le domaine social.
122 millions d’euros non compensés
Le montant total des dépenses consacrées au RSA, à l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) et à la PCH (Prestation de compensation du handicap) s’élève en effet cette année à 267 millions d’euros. Alors que les recettes en provenance de l’État se limitent à 145 millions. Soit un différentiel de 122 Me laissé à la charge du conseil général pour la seule année 2013.
La motion indique ainsi qu’il est « urgent et nécessaire que le gouvernement prenne des décisions visant à assurer le financement de ces trois allocations individuelles. Sans quoi les départements seront confrontés à des choix impossibles à assumer, les amenant à augmenter significativement les impôts locaux ou à supprimer de très nombreux services à la population. C’est un véritable risque d’asphyxie financière qui pèse sur notre collectivité, malgré les efforts accomplis de longue date pour maîtriser nos dépenses de fonctionnement. »

Horace Lanfranchi assure en effet que le train de vie du conseil général a été « réduit de manière drastique ». Et que si aucun grand projet n’a pour l’heure été annulé, certains chantiers ont été mis au ralenti. « On va droit dans le mur, on a atteint la limite », estime le président.
La motion votée hier va même plus loin. Car, au-delà des compensations financières partielles, elle dénonce « le désengagement de l’État, en particulier sur ses compétences sociales en matière d’hébergement d’urgence, ainsi que de l’Agence régionale de santé en matière de psychiatrie et de pédopsychiatrie, qui renforce le malaise et les difficultés au sein des équipes sociales du conseil général. »

La Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail n’est pas épargnée non plus. Car « l’absence de permanences et l’attente de réponses durant plusieurs mois pour les dossiers retraite » amènent le conseil général à accorder des aides financières aux futurs retraités laissés sans ressources.
Ce n’est plus une sonnette d’alarme tirée, mais une mèche allumée.

______________________________________

Commentaires du site "Tourtour, notre village dans le ciel" :

**  " ...« On va droit dans le mur, on a atteint la limite » :
Cette belle citation alarmiste et anxiogène doit nous faire souvenir de l’autre formule restée célèbre " Alerte rouge sur les finances" prononcée par le maire de Tourtour, dès son élection en mars 2008... Pierre Jugy avait alors tiré à boulets rouges (en référence au titre !) sur la gestion financière et sur les orientations budgétaires du maire précédent, Jean Lainé. Bien évidemment, la première adjointe de l’époque (Mme Patricia Coste-Barthillat) s’est servi de cet argument pour nous imposer une mandature (de six ans) sous le signe du renoncement, de l’immobilisme, de la rigueur extrème et de l’attentisme... Par extension, même si aucune réalisation d’importance ou de qualité n’a vu le jour de 2008 à 2014, les finances locales ont été placées sous une observation digne du service des soins intensifs de l’hôpital Necker.... Néanmoins, dans une situation budgétaire que l’on nous qualifiait de catastrophique, la municipalité n’a cessé de pratiquer l’escalade du nombre d’employés communaux et de surcharger l’enveloppe financière consacrée au personnel territorial .... Crise, restrictions mais dans le même temps, inflation galopante du budget "fonctionnement" alors que l’on aurait pu imaginer que ce chapitre soit tenu en laisse par nos élus : mais que nenni !!... La bride a cassé et roulez bolides !...
Chaque année, notre maire nous abreuve de considérations alarmistes sur l’état du portefeuille communal alors que les tourtourains ont pu constater que presque rien n’a été dépensé et que la dette du village est insignifiante par rapport aux besoins recensés : évidemment, l’un des buts c’est par exemple de nous menacer d’augmenter les impots locaux si une des parcelles du domaine des Moulières n’est pas vendue. Autrement dit, un chantage bâtard sur un argument de choc ("attention, je vais être obligé de vous augmenter les impots de 200% " ! , discours du maire aux voeux de janvier 2015..).
**  " ...salle Mistral en compensation !"...
Notre conseil municipal avait validé l’accord pour la construction de nouveaux locaux pour le Centre Aéré des Diablotins : chacun s’attendait à une extension adaptée prenant en compte les divers besoins des intervenants (animateurs, enfants, familles). Hélas, sous des prétextes purement financiers, la municipalité a opté pour la réhabilitation de la salle Mistral pour la transformer en Centre Aéré... Bèh voyons !!...Et bien évidemment,, ceux qui étaient utilisateurs de la salle Mistral se retrouvent à la rue !...
On va sans doute nous seriner que si l’on avait vendu la parcelle des Moulières on aurait pu faire mieux ...Bèh voyons, mon tonton !...Il nous reste à espérer que la fameuse salle polyvalente va bientôt voir les premiers coups de pelle puisque elle nous est promise depuis bien longtemps ...
Mais avec toutes les difficultés financières...aïe, aïe, aïe.....
** ...Un détail  : le désengagement de l’Etat dans le domaine social n’est pas une illusion et la politique actuelle de sape des services publics ne doit pas nous laisser avoir par des discours soporifiques sur l’asphyxie des communes ....Certaines mairies connaissent en effet de grosses difficultés mais d’autres, dont Tourtour, se cachent derrière des options politiciennes pour masquer leur inaction et leur manque total de dynamisme et d’investissement ....
 

Répondre à cet article

Stats | 11 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 16 avril 2019