Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Histoire > Les noms de communes varoises sous la Révolution .

Les noms de communes varoises sous la Révolution .

Les noms de communes varoises 

sous la Révolution .


 

Tourtour ne s’est pas toujours appelé ainsi et son nom le plus utilisé était Valuegne-Saint Domnin : durant la période révolutionnaire, le nom n’a pas changé mais de nombreuses communes ont été débâptisées dans notre département .

Chez tout habitant le sentiment d’appartenir à une communauté locale est vraiment fort, ce sont les racines bien ancrées dans la terre, dans le sol et dans la mémoire collective : les rivalités de clochers font partie intégrante des réalités locales et les réputations des communes voisines (sans que cela repose sur des bases avérées) sont un sujet récurrent des discussions villageoises depuis des siècles . On connait aussi la difficulté d’un expartrié d’avoir le droit à l’intégration : celui qui est né à Villecroze risque de ne pas faire partie du clan des "vrais tourtourains" avant bien longtemps, ceux qui viennent de Saint-Etienne de Tinée auront beaucoup de mal à ne pas se le voir reprocher de temps en temps. Et si quelqu’un part travailler plus de trente ans dans la capitale des Gaules, il sera logiquement nommé Mr Brun...

“La Commune”, le mot désigne encore aussi bien la localité que le bâtiment municipal (aujourd’hui on dit plus le mot "mairie") le pouvoir local. (pour certains ça peut aussi rappeler historiquement la Commune de Paris.. ) . C’est dire combien est délicate toute intervention sur le nom du village ou de la ville, l’appellation de la commune, combien elle peut déconcerter et irriter les habitants qui ne se retrouvent plus regroupés sous une même bannière . Quand deux communes sont reliées pour des raisons administratives (démographie, sociologie, typographie..) les habitants sont rarement d’accord pour que l’autre commune soit citée en premier dans le nom composé . 
Au plus fort de la poussée jacobine, les autorités révolutionnaires n’hésitent pas cependant à rebaptiser des communes du Var.

Il s’agit alors d’éliminer toutes les marques de la féodalité, de rayer de la carte administrative ces châteaux que les paysans révoltés avaient peu auparavant pris d’assaut. 
Ainsi Chateaudouble devient Montdouble, Entrecasteaux (du provençal "castèu") devient Entremontagnes. Grimaud change en Athénople le nom du seigneur (les Grimaldi de Monaco, Grimaud en provençal) .

Il s’agit aussi de laïciser les noms à consonance religieuse et supprimer toutes les caractéristiques liées aux saints-élus . Saint-Julien (le Montagnier) devient Montrocher, Saint-Martin (de Pallières) devint Roc Tarpéien, Saint-Maximin devient Marathon, Saint-Tropez devient Héraclée  On reconnaît sans peine le culte héroïque de l’antiquité dont témoignaient tant de lettrés patriotes. Saint-Nazaire, qui devint un temps Sanari puis Sanary et Saint-Raphaël qui devient Barraston (en souvenir de Barras) , Sainte-Maxime transformé en Cassius  (du nom d’un boxeur célèbre de la ville ?), Saint-Zacharie en Théolen.

Les patriotes de La Roquebrussanne préférèrent habiter à Roquelibre puis Roquevineuse. Et l’on sait qu’après la défaite des insurgés passés aux Anglais, “l’infâme Toulon” fut rebaptisé Port-la-Montagne.

Indifférents aux séductions de l’étymologie et des anciens cadastres, les révolutionnaires varois voulaient faire du neuf, et donner du sens. Il est évident que la greffe ne tint pas : la réaction thermidorienne balaya sans peine ces noms nouveaux, qui n’avaient pas rencontré un vrai assentiment populaire.

Si la Révolution revenait (et nul ne sait si ..) il ya donc des chances que Tourtour subirait des changements : par exemple l’église Saint-Denis deviendrait le Temple Volpato, le Saint-Rosaire serait La source du Ciel et le Lotissement Saint-Pierre se transformerait en JugyLand ... 

Répondre à cet article

Stats | 13 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mardi 10 juillet 2018