Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 02 . Les coutumes traditionnelles. > Les petits bateaux en écorce de pin .

Les petits bateaux en écorce de pin .

 La course des petits bateaux en écorce.   

    

 

Cet été 2008, les enfants du centre aéré "les diablotins" sont passés au vieux lavoir du village et ont participé à une course de petits bateaux en bois. Les animatrices (Magali, Caroline, Sabrina) avaient expliqué aux gosses l’ancien jeu des pitchounets tourtourains.

Autrefois, les minots se donnaient des défis et se mesuraient entre eux sur des exercices qui étaient d’abord des jeux. Par exemple, celui qui montait le plus haut dans les branches des ormeaux de la place, celui qui arrivait le premier à l’église Saint-Denis, celui qui attrappait une cigale ou une sauterelle... Chaque challenge était vécu comme vital : il fallait réussir et devenir le héros de l’après-midi.

La course des petits bateaux était un moment privilégié et chacun avait sa chance pour ce tournoi. Il arrivait souvent que le papa mette du sien pour aider à la construction du navire avec son gamin : ce n’était pas simple de réaliser ce bateau et chacun avait sa technique, parfois transmise de générations en générations.

    

L’écorce de pin est facile à tailler, à creuser, à lisser : avec le couteau Opilnel bien aiguisé, une première ébauche était sculptée. Forme allongée, épaisseur d’au moins 4 cm ( dans les vieux arbres derrière la petite chapelle, après le lavoir, en haut du village) pour creuser l’emplacement du mât. Il faut tailler avec minutie, patience et application : si un morceau trop gros vient à éclater, c’est tout l’équilibre du navire qui est contrarié et la stabilité sur l’eau n’est plus assurée.

    

Chacun y mettait tout son coeur et rivalisait d’ingéniosité pour allier efficacité et esthétique : le mât était taillé dans les branches d’oliviers (les plus solides, les Oliviers Révelli, sont encore aujourd’hui les plus recherchés). Les voiles étaient montées avec l’assentiment des mamans : un beau tissu coloré et assez souple pour résister aux bourrasques de mistral, attaché avec du petit fil et maintenu avec une pointe cloutée.

Le jour de la course arrivait : une quinzaine de participants, tous très motivés pour remporter le challenge du meilleur marin de Tourtour. Le départ était donné dans le ruisseau sous les chênes (juste en dessous de la petite chapelle, en allant vers le stade) et l’arrivée était jugée dans le canal du lavoir, en touchant la martelière. Si le bateau se renversait ou était bloqué par des pierres ou des herbes, on pouvait le remettre à flot. Cris, rires, encouragements. Un vrai jeu de gamins. Au lavoir, le débit est plus ralenti et les sprints étaient mémorables car le premier à l’entrée du canal final n’était absolument pas assuré de rester le leader de la course.

Bien sûr, les récompenses ne couvraient pas nos étagères de coupes et de médailles mais la fierté du vainqueur de la régate était un bon moment d’émotion

Répondre à cet article

Stats | 8 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le jeudi 12 avril 2018