Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 42 . Luc Baiwir . > Luc Baiwir, musicien, (le Piano dans le ciel).

Luc Baiwir, musicien, (le Piano dans le ciel).


 Luc Baiwir, musicien, 


 ("le Piano dans le ciel"). 



Nous connaissons tous le festival "Piano dans le ciel" qui enchante les mélomanes du haut-Var, chaque année au mois d’août : l’organisateur-producteur-acteur- de ces rencontres musicales est un habitant du lotissement Saint-Pierre de Tourtour ...Mais qui est-il vraiment ?...


Luc Baiwir est un compositeur belge né à Liège en 1958, où il fait ses études musicales au Conservatoire de Liège et à l’Université de Liège comme psychologue (ce qui fait dire à certains de ses détracteurs qu’il a commencé par la flûte ou le pipeau !)...


Pourtant à l’âge de 29 ans, il obtient le premier prix international de composition « Prix François de Roubaix » (en hommage au célèbre compositeur de musique de film), pour une œuvre symphonique appelée Seasong, au Festival Mondial de l’Image Sous-Marine d’Antibes devant des compositeurs venus de tous horizons.


Cette diversité des genres qui caractérise son style et le succès rencontré par les compositions avec instruments électroniques le conduisent en 1990 à être sollicité par des producteurs de spectacle pour donner ses œuvres en concert avec synthétiseurs, lumières, effets spéciaux, lasers et feux d’artifices. C’est ainsi qu’on le voit à Montpellier, Ajaccio et Calvi en direct sur France 3 (1990), au lac de Robertville et à Forest National (1991), puis de plus en plus à l’étranger : Strasbourg, Londres, Rabat, Lugano, Antibes et Liège, en 1997, devant plus de 30 000 personnes.


Depuis une dizaine d’années, le nom de Luc Baiwir apparaît de plus en plus aux génériques internationaux de grands documentaires télévisés, sur compact-disques et cassettes vidéos. Il reçoit plusieurs palmes d’or pour ses musiques de film (Festival d’Antibes, de Toulon, Montpellier, Strasbourg, Rabat). Il reçoit en 1994 le prix de la SABAM pour son l’ensemble de son œuvre. Ses compositions, qualifiées de « synthétiseurs symphoniques », l’amènent en 2000 à recevoir une commande pour piano, soprano, chœurs et orchestre de l’Opéra royal de Wallonie.


Le succès impressionnant de la Symphonie des Âges fait découvrir un autre Luc Baiwir au public, empreint d’inspiration classique et symphonique. Cet univers classique ne l’a jamais quitté depuis ses premiers pas au piano et l’a suivi tout au long de sa carrière sans jamais se révéler au grand public.

C’est ce Baiwir secret que l’on redécouvre depuis peu dans des œuvres commandées par de nombreux solistes du monde classique. Son nom apparaît de plus en plus dans de grands festivals, aux côtés de grands interprètes et compositeurs : Et des Ténèbres naquit la Lumière oratorio pour flûte (Philippe Depétris), voix (Françoise Viatour) et synthétiseurs, créé au Festival d’Art Sacré d’Antibes, au Festival de l’Abbaye de La Celle, au Festival de musique de Huy, plusieurs compositions pour piano imposées dans des académies de musique et conservatoires, musiques de films avec orchestre données en concert.


Mais c’est en Asie que le succès de Luc Baiwir est spectaculaire. Plus de 100 000 exemplaires du premier album sont vendus en 2001. La musique du film coréen Friends a fait grimper l’œuvre In Memoriam de Luc dans le Top 50 coréen ! (à Tourtour, dans ces cas-là, on dit "y’a rien là !!....).


En 2004, Luc Baiwir signe la musique du film À la rencontre des imaginaires, un film de Richard Robberecht consacré au maître-verrier Louis Leloup, lequel interprète un chant original de Luc Baiwir lui étant dédié. C’est aussi un nouveau concerto qui voit le jour en première mondiale : concerto pour bugle et orchestre, à la demande du trompettiste Antonio Acquisto et du chef d’orchestre Jean-Pierre Haeck. En avril c’est la création de La Passion, musique originale pour le Festival Antibes Art Passion (musique de scène pour accompagner une fresque historique avec 70 comédiens et figurants au sein de la cathédrale d’Antibes).


Le festival "Piano dans le ciel" n’a pas connu cette année le même retentissement que d’antan, à l’époque où les menus de la buvette proposaient foie gras et champagne...En 2015, la crise est passée par là, même pour les musiciens de renom !...
Ne vous privez pas de regarder cette vidéo ...(images de notre village sur la musique de Luc Baiwwir) :


[https://www.youtube.com/watch?v=8osKb6YO28U&feature=shar->https://www.youtube.com/watch?v=8osKb6YO28U&feature=share]


 

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 18 novembre 2017