Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Traditions > 04 . La langue provençale . > Marcel Pagnol .

Marcel Pagnol .

Marcel Pagnol . 

 

Les provençaux aiment Pagnol pour tout ce qu’il a fait pour eux, pour la reconnaissance de leur culture, pour leur langue, leur théâtre et leur cinéma.

Grand personnage de la Provence, il est le symbole d’une nature simple, d’une philosophie au niveau des "autres gens", ceux à qui l’on peut parler de la vie en leur montrant la leur... 

 

Découvrons un peu le rideau et place à Marcel :

Aubagne, 28 février 1895, naissance de Marcel, fils de Joseph et d’Augustine Pagnol. En 1897, la famille Pagnol s’établit à Saint-Loup, dans la banlieue de Marseille. 1898, naissance de son frère Paul.

En 1900, les Pagnol habitent en plein centre de Marseille, aux Chartreux. Germaine Pagnol naît en 1902 ce qui oblige la famille à déménager une nouvelle fois pour s’installer rue Terrusse. La même année, Joseph et Augustine décident de passer une partie de l’été à la Bastide Neuve, non loin de la Treille.

     

En 1913, Marcel obtient son baccalauréat en philosophie (mention assez bien). Il est mobilisé à Nice puis réformé en janvier 1914. Il devient alors répétiteur aux collèges de Digne et de Tarascon.

1916 : mariage avec Simone Collin. Marcel passe cette année-là une licence de Langues et de Littérature. A partir de 1917, il est nommé professeur-adjoint dans différents collèges, puis rejoint le lycée Condorcet à Paris en 1922. A ses heures perdues, il s’essaye à la poésie et, à l’occasion d’une rencontre avec Orane Demazis en 1923, se met à écrire pour le théâtre.Marcel Pagnol décide de vivre de sa plume et abandonne l’enseignement en 1927. Ses pièces Marius (1929) et Fanny (1930) sont des succès. Pagnol se tourne dès 1930 vers le cinéma parlant. Il a une liaison avec Kitty Murphy, qui lui donne un fils, Jacques. Il quitte Paris pour Marseille en 1932, où il monte ses propres studios. Il achète, en territoire d’Aubagne, 24 hectares de terres et de garrigues, avec l’intention d’y édifier une cité du cinéma, une sorte de "Hollywood provençal", pour y tourner ses films en plein air. Joffroi (1933), Angèle (1934), Merlusse et Cigalon (1935), César (1936), Regain (1937) et d’autres succès y seront réalisés. En 1933, naissance de Jean-Pierre, fils de Marcel Pagnol et d’Orane Demazis. Yvonne Pouperon sera la mère de son troisième enfant, Francine, en 1935.

  

En 1941, Marcel divorce d’avec Simone. 1942 voit la vente de ses studios à la Gaumont. En 1944, il est élu président de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. La même année, il rencontre Jacqueline Bouvier, qu’il épouse un an plus tard. Frédéric, quatrième enfant, nait en 1946. Marcel Pagnol est élu à l’Académie Française la même année.

En 1951 naît le deuxième enfant du couple, Estelle, qui décédera trois ans plus tard. 1951 est aussi l’année de la mort de Joseph Pagnol.

    

Marcel Pagnol publie La Gloire de mon Père (1957), Le Château de ma Mère (1959), et Le Temps des Secrets (1960). Il publie L’Eau des collines : Jean de Florette et Manon des Sources (1962), puis se consacre à la télévision en signant plusieurs adaptations.

Marcel Pagnol s’éteint square de l’avenue-du-Bois, à Paris, le 18 avril 1974. 

     

  

La fameuse partie de cartes dans "Marius" et les célèbres répliques "Tu me fends le coeur... j’ai le coeur fendu par toi ".(César, Mr Brun, Panisse et Escartefigue).

   

 Dans "la fille du puisatier", Raimu joue le rôle d’un papa qui essaie de rattraper la "faute"de sa fille enceinte. Il s’adresse aux parents du père de l’enfant mais ceux-ci refusent cette union car la future mère n’est que fille de puisatier alors que la famille Mazel est propriétaire d’un commerce de droguerie. Devant le manque d’honneur du futur grand-père, le puisatier lui dit : " J’ai compris, Mr Mazel, qu’il faut se méfier des gens qui vendent des outils mais qui ne s’en servent jamais ! ".
C’est une phrase toute simple mais qui pourrait facilement se traduire en sujet du Bac-Philo car elle ouvre un débat bien élargi : imaginons deux secondes que l’on dise la même chose à nos hommes politiques (nationaux ou locaux) et l’on s’apercevra immédiatement que la phrase est très adaptée là aussi....

La femme du boulanger :

En regardant la photo ci-dessous, on voit défiler d’autres images, on se met à entendre cette scène de légende où Raimu parle à la chatte Pomponnette mais s’adresse en fait à sa femme qui a eu une brève aventure avec un berger. Pour ne pas montrer à la boulangère toutes ses émotions , Raimu lui donne un morceau de pain en forme de coeur en lui disant : " Tè, vé, j’ai mis un morceau de pâte et regarde comme il est sorti ! ". Dans ces moments-là de cinéma (et de théâtre), les larmes n’ont pas la force de rester au fond de nos yeux...

 La femme du boulanger 

Si vous aimez Pagnol , vous pouvez aller sur le site suivant

www.marcel-pagnol.com

 

 

 

Répondre à cet article

Stats | 6 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le vendredi 28 juillet 2017