Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Vie du village > 01 . Vie municipale (politique, sociale, territoriale) > 20 . Le député de la 8ème circonscription ( Haut-Var et la Dracénie ) et les (...) > Les candidats pour la 8ème circonscription du Var en 2012 . > Max-Charles Piselli, candidat non-inscrit . > Max Piselli n’a guère de figure : il entre en dissidence de l’UMP et devient (...)

Max Piselli n’a guère de figure : il entre en dissidence de l’UMP et devient "non-inscrit " !....

 Max Piselli n’a guère de figure : 

 il entre en dissidence de l’UMP

 et devient "non-inscrit " !....

(Dans le titre, le choix de plusieurs couleurs - dont le rose - au lieu du rouge n’est pas anodin , eplications ci-dessous.)

" Es quôucun aquèou tipê " : ah ! oui, c’est quelqu’un ce type là !! A 74 ans, il n’a vraiment pas honte de jouer les petits capricieux de moyenne section de maternelle et il se lance donc sans vergogne dans la bataille des législatives sur la 8ème circonscription du Var .... C’est pas du cirque, tout ça  ??

Max-Charles Piselli se présente donc en dissidence de l’UMP puisque les instances départementales et nationales de cette formation politique ont clairement investi Olivier Audibert-Troin pour briguer la fonction de député . Papé Piselli se retrouve donc dans la liste du groupe "non-inscrit" avec son ami de circonstance , notre cher Pierre Jugy ... Un rappel : la dénomination "sans étiquette" n’existe plus que dans les mémoires et les textes administratifs électoraux ne retiennent que "non-inscrit" .

Malgré tout, Pierre jugy et Max Piselli se retrouvent donc tous les deux sur la même ligne et je me permets de signaler que mon analyse était assez juste : le papé de la Cité du Dragon ne respecte pas la décision des instances fédérales de l’UMP et il refuse donc de se plier à la décision de la formation politique qui lui a pourtant donné la gamelle durant plusieurs décennies...

On ne va pas revenir sur la "carrière" de Max-Carles Piselli mais il faut quand même se souvenir que ce Monsieur a navigué au Parti Socialiste puis à l’UDF-RPR , il s’est présenté déjà "sans étiquette" (à l’époque on le disait encore ) contre Olivier Audibert-Troin aux élections municipales , puis il est revenu dans les rangs de l’UMP et depuis hier, il se présente "non-inscrit" !!

Bien sûr, ce caméléon électoral a le droit de choisir ses arbres et ses branches mais il ne pourra pas empêcher que des citoyens se posent des questions sur son engagement politique, sur sa maladive ambition , sur son égocentrisme démesuré, sur sa sincérité et la confiance qu’on pourrait (éventuellement) lui accorder  ! A 74 ans , n’aurait-il pas été plus raisonnable de se plier gentiment à la décision de l’UMP ? Que cherche t-il en se livrant à ce stratagème infondé ? Pourquoi se met-il autant en contradiction avec son premier adjoint , (qu’il va - normalement - conserver jusqu’en mars 2014 !) ? 

Qui peut comprendre cette série de rebondissements et de discordances ? Et surtout, qui est derrière tout ce cirque pitoyable indigne de la démocratie et de la transparence que les candidats devraient accorder à leurs électeurs  ? Qui tire les ficelles dans ce feuilleton ?? 

Ceux qui suivent mes élucubrations avec fidélité savent qu’à cette dernière question, je réponds illico " Thierry Coste " : le scénario qui se déroule actuellement sur la circonscription ne peut être téléguidé que par un vrai pro de l’embrouille organisée , un loobyiste de longue date... Evidemment, il ne s’agit peut-être que d’un trouble paranoîaque aigu qui me traverse, une jalousie morbide.... On va quand même attendre un peu avant de me faire enfermer ! Et puis on va attendre aussi qu’on explique clairement ce qui se passe avec des arguments crédibles ... Pourquoi la droite se divise t-elle autant à la veille d’une échéance importante ? Le but ne serait-il pas d’émietter les voix des électeurs pour permettre un deuxième tour où le résultat serait plus assuré ? N’oublions pas que les désistements pour le scrutin du 17 juin seront plus que déterminants ! N’oublions pas non plus que les municipales de 2014 sont en ligne de mire ! Et n’oublions pas (encore moins) qu’en 2014 auront lieu les élections territoriales qui sont sans doute (sans aucun doute) la priorité de Mr Pierre Jugy : ce que cherche notre cher maire, ce n’est pas le poste de député car il lui reste néanmoins quelques hectogrammes de lucidité pour s’apercevoir qu’il n’en a guère la stature ni les compétences ... Ce qu’il cherche, son but à atteindre, c’est la création de la communauté de communes du Haut-Var-Verdon et en obtenir ensuite la direction en tant que conseiller territorial : c’est pour cela qu’il a choisi le créneau " non au gaz de schiste" et qu’il organise bientôt un colloque sur ce sujet avec les maires varois (alors qu’il n’a toujours pas réuni la population de son village sur ce même sujet ) - bèn voyons ! Pour les législatives, Mr Jugy ferait donc le jeu de "ses amis" et en échange, on lui redonnerait sa part de panettone pour la communauté de communes .... On verra bien !

On va en garder un peu pour plus tard ...

Pour l’instant, revenons-en à notre cher papé dracénois et à ses dernières tentatives de jouer les premiers rôles : ci-dessous, le gros titre du Var-Matin de ce matin et ensuite, l’article paru en pages intérieures .

Article paru dans Var-Matin, le samedi 04 février 2012. :

" Législatives : Piselli dissident face à Audibert-Troin "

Vous pouvez consulter le texte sur le lien suivant : 
www.varmatin.com/article/draguignan/legislatives-piselli-dissident-face-a-audibert-troin.766072.html

" " Max Piselli, maire de Draguignan, sera donc candidat dissident de son premier adjoint, Olivier Audibert-Troin, officiellement investi par l’UMP la semaine dernière dans la nouvelle 8e circonscription, à l’issue d’un « sondage de notoriété » diligenté par Paris.

Rien qui étonne vraiment ceux qui connaissent le conseiller général, au caractère bien trempé, qui n’a jamais vraiment suivi les directives de son parti (hier le RPR), lorsqu’elles entravaient sa marche en avant . (aux municipales de 2001, Max Piselli s’était présenté en dissident contre son premier adjoint, toujours O. Audibert-Troin, et l’avait emporté).

Sondage humiliant

Hier, en milieu d’après-midi, Max Piselli et son suppléant, François Cavallier, maire de Callian, siégeant aussi à l’assemblée départementale, balayaient d’un revers de main le principe même de ce sondage dont ils n’avaient pas même pu consulter les détails.

« On est venu me chercher et j’ai été soutenu par la plupart des personnalités de mon parti, en novembre à Paris. La confiance que nous avions placée dans nos décideurs départementaux a été trahie. Il n’y avait pas de sondage à réaliser dès lors que je me suis présenté à huit reprises devant les électeurs et que j’ai été élu. J’étais le candidat naturel ! Mon suppléant, à 44 ans, a déjà été élu 5 fois. Ce n’est pas le cas d’Olivier Audibert-Troin qui n’a jamais été élu sur son nom. Il est parti trop tôt, sans concertation. De tempérer : « Pour autant, il est toujours mon premier adjoint et assume de lourdes responsabilités à la mairie comme à la communauté d’agglomération. Pour moi rien n’a changé ! »

L’expérience parle

Puis, Max Piselli, député suppléant de Jean-Michel Couve depuis 15 ans dans la 4e circonscription, d’égrener les responsabilités qu’il a occupées au sein du SDIS, de l’hôpital communautaire, ou du conseil général pour justifier une expérience indéniable à mettre au profit des 65 communes de la circonscription et de ses 122 000 habitants.

Nonobstant les compétences de François Cavallier, brillant élu et jeune président de Var habitat. Alors, les « candidats libres et sans étiquette » n’ont ni peur, ni états d’âmes face à la menace d’être exclus par les hautes instances de l’UMP. « Nous leur laissons la responsabilité d’exclure une ville de 44 000 habitants à la veille des présidentielles. Il n’y en a pas tant que ça ! Le seul jugement que nous respecterons n’est pas celui d’un sondage de circonstance voulu par des Parisiens ou des Marseillais, mais celui du suffrage universel. »

Ainsi, le binôme part confiant avec des dossiers à défendre, notamment l’intercommunalité ; la présence des services publics ; l’équilibre entre l’économique et les paysages ou l’agriculture. Et comme il faut exorciser les tensions, les piques lancées au candidat Audibert-Troin sont lissées par un petit mot presque sincère : « S’il est élu, je lui rendrai hommage... » Je t’aime, moi non plus... " "
fin de l’article de Pierre Johann pjohann@nicematin.fr

Ne nous affolons pas, d’autres surprises vont sans doute arriver et d’autres chamboulements se produire !!...

 

Vos commentaires

  • Le 4 février 2012 à 22:00, par Goure En réponse à : Elections

    Il n’est pas plus vieux que Lang , Couve et autres papys qui devraient , passés 70 ans ,s’occuper de préparer leur grand voyage , commun à chacun de nous :
    La politique , qu’elle soit l’affaire des JEUNES pour préparer leur avenir !!

  • Le 6 février 2012 à 12:43, par Jean Lainé En réponse à : Elections législatives

    La préparation des élections législatives dans la 8 ème circonscription du var, se traduit par une image très dégradée de la politique locale...De quoi dégouter une grande partie des électeurs et notamment ceux qui votant plutôt à droite , auraient quelques raisons d’être désorientés.... Quelles sont les différences entre Mrs Max Piselli, Audibert Troin et Pierre Jugy ; ; ; Tous très copains il n’y a pas si longtemps. Que visent t’ils au juste ? Satisfaire leurs egos, essayer d’obtenir une rente de situation ? Il me semble que dans le cas d’espèces, ces Messieurs visent à se servir d’abord et non pas à servir la collectivité. Il serait interessant de savoir comment il se situent par rapport à l’élection Présidentielle, qui va précéder et qui aura une influence sur les élections législatives.

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le mercredi 21 février 2018