Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Célébrités > 001 . Autres célébrités à Tourtour . > Mécènes culturels . > Mme Anne Gruner-Schlumberger .

Mme Anne Gruner-Schlumberger .

La fondatrice, Anne Gruner Schlumberger, inaugura l’Académie en octobre 1989. Passionnée de musique, elle souhaitait ainsi encourager la pratique et la création musicale, particulièrement chez les jeunes et voulait faire de l’Académie " une ruche bourdonnante de musique ".

Un soutien particulier aux jeunes talents :

L’Académie musicale de Villecroze, par ses activités diverses, souhaite encourager et dévélopper le talent de jeunes musiciens. Son action se caractérise chaque année par :

La mise en place d’une douzaine de master class, d’atelier de composition et de musicologie. Ces activités se déroulent d’avril à octobre. Sous la direction de professeurs renommés, de jeunes musiciens de niveau professionnel se perfectionnent, à travers un répertoire allant du baroque au contemporain, privilégiant la musique de chambre.

Des séjours d’étude pour musiciens, ainsi que des colloques de musicologie pouvant susciter des publications.

L’attribution, chaque année, de prix de l’Académie musicale de Villecroze aux lauréats de grands concours internationaux. Ces derniers se voient offrir l’enregistrement d’un disque qui leur servira de " carte de visite ", ainsi qu’une invitation à une master class à Villecroze.

La commande d’oeuvres musicales à des compositeurs français ou étrangers dont la notoriété commence à s’établir .

____________________________________________________

La fondation des Treilles : (à Tourtour).

  

Elle réside dans le dessein de la fondatrice, Anne Gruner Schlumberger (1905-1993), de façonner ce domaine du haut Var (aujourd’hui inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques) en un paysage habité dont l’harmonie soit propice à la créativité et d’en faire un lieu de réflexion et d’échanges.

Elle s’y employa pendant plus de vingt ans, à partir des années 1960, avec la collaboration de l’architecte Pierre Barbe, du paysagiste Henri Fish et du peintre Chouchanik Seferian, aujourd’hui artiste résidente sur le domaine des Treilles.

Elle y a si bien réussi qu’elle a fait partager sa vision à un noyau d’amis enthousiastes qui l’a aidée à élargir et structurer l’accueil, dans ce lieu privilégié, de créateurs et de chercheurs ; « l’association des amis des Treilles » a été constituée en 1981.

Cette association a, dès le début, cherché à tracer une voie originale en organisant des rencontres de très haut niveau qu’il était difficile de tenir ailleurs. Il s’agissait alors de réunir aux Treilles, pendant plusieurs semaines, des chercheurs de diverses disciplines autour d’un thème original. Ces rencontres concernaient tous les champs de connaissance où la créativité peut s’exprimer hors du laboratoire ou de l’atelier.

La Fondation des Treilles, qui poursuit les buts de l’association et amplifie son action, est reconnue d’utilité publique en 1986.

A partir de cette date, les activités de la Fondation consistent surtout en séminaires d’une semaine, séjours d’étude individuels ou en petits groupes de plusieurs semaines, et attribution de prix à des doctorants ou jeunes docteurs. Les demandes de séminaires, de séjours d’étude, et de prix sont étudiées par un Conseil scientifique.

Après le décès de Madame Gruner Schlumberger en 1993 la Fondation poursuit ses activités sous la même forme. A partir de 2004, elle cherche à mieux les faire connaître et à les développer ; c’est ainsi qu’en 2005 débute une série d’expositions du fonds artistique, qu’en octobre 2007, la Fondation crée un concours annuel destiné à des auteurs de fiction ou d’essais, qu’elle fonde, en 2008, le Centre Jean Schlumberger, et crée, en 2010, un Prix du patrimoine. 

A l’entrée du domaine des Treilles, une oeuvre de Vassilakis Takis .

 

Dans la région parisienne, Mme Anne Gruner-Schlumberger a créé un espace splendide pour les enfants , la Bibilothèque ronde : 

La Petite Bibliothèque Ronde ou bibliothèque des enfants de Clamart, anciennement La Joie par les livres, est une bibliothèque pour enfants de renommée mondiale, fondée par l’association La Joie par les livres dans le quartier populaire de la cité de La plaine au Petit-Clamart.

C’est grâce au mécénat d’Anne Gruner-Schlumberger que la bibliothèque a ouvert en 1965. Le bâtiment, construit par les architectes Gérard Thurnauer, Jean Renaudie, Jean-Louis Véret et Pierre Riboulet, membres de l’Atelier de Montrouge, a été inscrit au titre des monuments historiques depuis 1993. La bibliothèque des enfants de Clamart est classée monument historique depuis le 3 septembre 2009. Cette reconnaissance des pouvoirs publics permet aujourd’hui de préserver au mieux l’intégrité et la fonction de ce lieu unique.

 

Privilégiant les espaces de taille modeste, le bâtiment est constitué de pièces rondes de plain-pied au milieu des hauts immeubles du quartier. La plus grande partie des meubles de lecture est due à Alvar Aalto ; ils ont été choisis pour leur parfaite adaptation à la fonction et au lieu. Le mobilier fait désormais l’objet d’un classement et est donc protégé comme patrimoine du. À l’origine, trois bibliothécaires spécialisées ont constitué le fonds de cet établissement, dont deux avaient été formées à L’Heure Joyeuse : Lise Encrevé, Christine Chatain et Geneviève Patte qui dirigera la Joie par les livres jusqu’en mars 2001.

Conrad Sclumberger ( le papa d’Anne ).

Encore une fois, toute notre respectueuse admiration pour l’oeuvre accomplie par cette dame qui a su faire le bien autour d’elle et qui a permis à ses héritiers de poursuivre toutes les actions généreuses engagées dans le domaine du mécénat culturel . 

____ _____ ____ ____

-->

 Mme Anne Gruner-Sclumberger .

 

8f4d394606bdd95eaebd73104aa11430.jpg

L’invitation qui a été lancée en mai 2011 par la Fondation des Treilles à Mr le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, nous permet de rendre un nouvel hommage à la fondatrice de cet espace reconnu mondialement dans les milieux culturels et artistiques .

Tourtour peut se glorifier d’avoir compté parmi les habitants, une femme aussi exceptionnelle au destin remarquable. Cette dame mérite notre admiration, notre considération, ainsi que ses héritiers qui ont tenu à respecter la volonté de poursuivre les actions bienfaitrices de la Fondation des Treilles . 

Une des rares femmes mécènes du XXe siècle, Anne Gruner - Schlumberger (1905-1993) profita de sa fortune pour mettre en avant ses amis artistes.

Celle à qui ses parents, des industriels aisés d’origine alsacienne, avaient fermement déconseillé de devenir artiste ne cessa toute sa vie d’accumuler des oeuvres (peintures, sculptures, dessins, mais aussi mobilier ou objets africains) qu’elle exposa pour son propre plaisir dans sa propriété varoise des Treilles, léguée par l’une de ses tantes.

"Il me semble que chaque peintre, chaque sculpteur m’a apporté son aventure à lui. J’y rentrais comme dans un gâteau de miel. Chaque tranche m’apportait une vie nouvelle et comme un enfant, j’en voulais encore une et toujours une. J’étais insatiable", disait d’elle-même Anne Gruner Schlumberger.

Artistes connus ou moins connus du grand public, Max Ernst, Victor Brauner, Pablo Picasso, les sculpteurs Henri Laurens et François-Xavier Lalanne, dont elle fut pour la plupart l’amie fidèle, font ainsi partie de son panthéon personnel. Dadaïstes, surréalistes, cubistes, "cette philanthrope avait une prédilection pour les artistes de l’imaginaire", note Danièle Giraudy, la commissaire d’ exposition. 

Mme Gruner-Schlumberger a créé la Fondation des Treilles qui se trouve directement sur le territoire de notre village de Tourtour . Son implication dans la vie de la commune a été - semble t-il - contrariée par diverses raisons personnelles et d’affinités peu nombreuses pour des causes que nous ne connaissons pas (pour l’instant) . Toujours est-il que cette remarquable femme n’a pas mené de projets particuliers avec Tourtour et cela restera un immense vide . Espérons que des contacts pourront s’établir bientôt avec les héritiers pour nouer des liens qui auraient des retentissements culturels et patrimoniaux de qualité pour notre village de Tourtour .
L’exemple de l’Académie Musicale de Villecroze est vraiment significatif : ce qui n’a pas pu être créé à Tourtour l’a été à environ 6 km de là, à Villecroze et nous pouvons aujourd’hui mesurer ce que Tourtour a bêtement laissé passer . 

L’Académie musicale de Villecroze :

Les missions :

La fondatrice, Anne Gruner Schlumberger, inaugura l’Académie en octobre 1989. Passionnée de musique, elle souhaitait ainsi encourager la pratique et la création musicale, particulièrement chez les jeunes et voulait faire de l’Académie " une ruche bourdonnante de musique ".

Un soutien particulier aux jeunes talents :

L’Académie musicale de Villecroze, par ses activités diverses, souhaite encourager et dévélopper le talent de jeunes musiciens. Son action se caractérise chaque année par :

La mise en place d’une douzaine de master class, d’atelier de composition et de musicologie. Ces activités se déroulent d’avril à octobre. Sous la direction de professeurs renommés, de jeunes musiciens de niveau professionnel se perfectionnent, à travers un répertoire allant du baroque au contemporain, privilégiant la musique de chambre.

Des séjours d’étude pour musiciens, ainsi que des colloques de musicologie pouvant susciter des publications.

L’attribution, chaque année, de prix de l’Académie musicale de Villecroze aux lauréats de grands concours internationaux. Ces derniers se voient offrir l’enregistrement d’un disque qui leur servira de " carte de visite ", ainsi qu’une invitation à une master class à Villecroze.

La commande d’oeuvres musicales à des compositeurs français ou étrangers dont la notoriété commence à s’établir .

____________________________________________________

La fondation des Treilles : (à Tourtour).

  

Elle réside dans le dessein de la fondatrice, Anne Gruner Schlumberger (1905-1993), de façonner ce domaine du haut Var (aujourd’hui inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques) en un paysage habité dont l’harmonie soit propice à la créativité et d’en faire un lieu de réflexion et d’échanges.

Elle s’y employa pendant plus de vingt ans, à partir des années 1960, avec la collaboration de l’architecte Pierre Barbe, du paysagiste Henri Fish et du peintre Chouchanik Seferian, aujourd’hui artiste résidente sur le domaine des Treilles.

Elle y a si bien réussi qu’elle a fait partager sa vision à un noyau d’amis enthousiastes qui l’a aidée à élargir et structurer l’accueil, dans ce lieu privilégié, de créateurs et de chercheurs ; « l’association des amis des Treilles » a été constituée en 1981.

Cette association a, dès le début, cherché à tracer une voie originale en organisant des rencontres de très haut niveau qu’il était difficile de tenir ailleurs. Il s’agissait alors de réunir aux Treilles, pendant plusieurs semaines, des chercheurs de diverses disciplines autour d’un thème original. Ces rencontres concernaient tous les champs de connaissance où la créativité peut s’exprimer hors du laboratoire ou de l’atelier.

La Fondation des Treilles, qui poursuit les buts de l’association et amplifie son action, est reconnue d’utilité publique en 1986.

A partir de cette date, les activités de la Fondation consistent surtout en séminaires d’une semaine, séjours d’étude individuels ou en petits groupes de plusieurs semaines, et attribution de prix à des doctorants ou jeunes docteurs. Les demandes de séminaires, de séjours d’étude, et de prix sont étudiées par un Conseil scientifique.

Après le décès de Madame Gruner Schlumberger en 1993 la Fondation poursuit ses activités sous la même forme. A partir de 2004, elle cherche à mieux les faire connaître et à les développer ; c’est ainsi qu’en 2005 débute une série d’expositions du fonds artistique, qu’en octobre 2007, la Fondation crée un concours annuel destiné à des auteurs de fiction ou d’essais, qu’elle fonde, en 2008, le Centre Jean Schlumberger, et crée, en 2010, un Prix du patrimoine. 

A l’entrée du domaine des Treilles, une oeuvre de Vassilakis Takis .

 

Dans la région parisienne, Mme Anne Gruner-Schlumberger a créé un espace splendide pour les enfants , la Bibilothèque ronde : 

La Petite Bibliothèque Ronde ou bibliothèque des enfants de Clamart, anciennement La Joie par les livres, est une bibliothèque pour enfants de renommée mondiale, fondée par l’association La Joie par les livres dans le quartier populaire de la cité de La plaine au Petit-Clamart.

C’est grâce au mécénat d’Anne Gruner-Schlumberger que la bibliothèque a ouvert en 1965. Le bâtiment, construit par les architectes Gérard Thurnauer, Jean Renaudie, Jean-Louis Véret et Pierre Riboulet, membres de l’Atelier de Montrouge, a été inscrit au titre des monuments historiques depuis 1993. La bibliothèque des enfants de Clamart est classée monument historique depuis le 3 septembre 2009. Cette reconnaissance des pouvoirs publics permet aujourd’hui de préserver au mieux l’intégrité et la fonction de ce lieu unique.

 

Privilégiant les espaces de taille modeste, le bâtiment est constitué de pièces rondes de plain-pied au milieu des hauts immeubles du quartier. La plus grande partie des meubles de lecture est due à Alvar Aalto ; ils ont été choisis pour leur parfaite adaptation à la fonction et au lieu. Le mobilier fait désormais l’objet d’un classement et est donc protégé comme patrimoine du. À l’origine, trois bibliothécaires spécialisées ont constitué le fonds de cet établissement, dont deux avaient été formées à L’Heure Joyeuse : Lise Encrevé, Christine Chatain et Geneviève Patte qui dirigera la Joie par les livres jusqu’en mars 2001.

Conrad Sclumberger ( le papa d’Anne ).

Encore une fois, toute notre respectueuse admiration pour l’oeuvre accomplie par cette dame qui a su faire le bien autour d’elle et qui a permis à ses héritiers de poursuivre toutes les actions généreuses engagées dans le domaine du mécénat culturel . 

____ _____ ____ ____

Vos commentaires

  • Le 23 mai 2011 à 22:18, par Goure En réponse à : Mme Gruner Sclumberger

    Magnifique article qui rend un juste hommage à Mme Gruner.
    Sa renommée (dans les villages du Haut-Var) était grande. A Ampus (où de nombreuses personnes allaient travailler aux Treilles) je n’ai jamais entendu dire du mal d’elle , au contraire !

Répondre à cet article

Stats | 4 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le samedi 16 juin 2018