Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Patrimoine local > 13 . Patrimoine local : rénovation, restauration. > Les Journées du Patrimoine. > Objectifs généraux . > Objectifs généraux des Journées du Patrimoine.

Objectifs généraux des Journées du Patrimoine.

 

 

 Objectifs généraux .  

Les journées du Patrimoine dans un village du XIIème siècle, ça devrait signifier quelque chose : hélas, cette année 2009 n’a pas été une réussite dans l’organisation de ces journées. Ce n’est pas très grave pour la situation commerciale et économique du village mais on s’apercevra assez vite que la somme de choses oubliées, laissées de côté, reportées, va provoquer à moyen et long terme une pénurie culturelle indigne de Tourtour. 
Pour l’instant, voyons quels sont les objectifs généraux fixés pour ces journées du Patrimoine. 

Les Journées européennes du patrimoine 

Créées en 1984 par le ministère de la Culture, les Journées européennes du patrimoine ont lieu chaque année le troisième week-end de septembre.
Evénement culturel de la rentrée, ces journées témoignent de l’intérêt des Français pour l’histoire des lieux et de l’art (en 2008, plus de 12 millions de visites). Le succès de la manifestation repose sur la grande diversité du patrimoine proposée aux visiteurs : parallèlement aux chefs d’œuvre de l’architecture civile ou religieuse, sont mis à l’honneur les témoins des activités industrielles ou agricoles, les parcs et jardins, les sites archéologiques, les objets mobiliers, le patrimoine littéraire, fluvial ou militaire… 
On peut facilement trouver à Tourtour de quoi s’inscrire dans certains domaines cités...

 

Le grand rendez-vous citoyen pour une mémoire partagée

Les Journées européennes du patrimoine soulignent l’extension de la notion de patrimoine, tant chronologique que thématique, qui s’incarne aujourd’hui concrètement dans les politiques patrimoniales territoriales.
Associant initiatives publiques et privées, cet événement offre l’occasion de faire connaître l’action des pouvoirs publics et de présenter le travail de celles et ceux qui agissent quotidiennement (et le plus souvent de façon bénévole) au service de la connaissance, de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine.
Depuis 1991, les Journées du patrimoine ont pris une dimension européenne. Encouragés par le Conseil de l’Europe et l’Union européenne, 49 pays organisent désormais une manifestation similaire.

Des ouvertures exceptionnelles, des animations originales

Les Journées européennes du patrimoine sont l’occasion pour un grand nombre de visiteurs de découvrir des édifices publics (le Palais de l’Élysée, le Sénat, des ministères, des ambassades, des préfectures, des mairies, mais aussi des théâtres, des hôpitaux, des écoles, des gymnases…) et privés (villas, châteaux, usines…) qui ouvrent exceptionnellement leurs portes, dévoilant leurs « coulisses » ou des collections « secrètes ».
L’ensemble de ces monuments, auxquels s’ajoutent les monuments régulièrement ouverts au public, proposent pour l’événement des manifestations originales et très diversifiées : visites guidées, démonstrations de savoir-faire, concerts, représentations théâtrales, circuits à thème…
Des opérations transfrontalières impliquant plusieurs pays européens sont également organisées à l’occasion des Journées européennes du patrimoine.

 

 

Un thème national chaque année :

Depuis 1995, un ou plusieurs thèmes nationaux permettent de fédérer les initiatives locales, de mettre en lumière un aspect particulier du patrimoine et de structurer la communication de cet événement. Ces thèmes favorisent des ouvertures inédites et des animations particulières. 
Exemples de thèmes retenus : le savoir-faire, patrimoine et citoyenneté, fêtes et jeux, sciences et techniques, littérature...

Des conditions de visite privilégiées :

Les visites des sites et des monuments appartenant à l’État sont généralement gratuites. Toutefois, certains établissements publics conservent un droit d’entrée payant. Le régime du droit d’entrée appliqué par les propriétaires privés, qui proposent souvent des tarifs préférentiels, est laissé à leur appréciation.


Les interlocuteurs pour les journées du Patrimoine :

La direction de l’architecture et du patrimoine (DAPA)
La direction de l’architecture et du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, coordonne la manifestation au niveau national. Elle se charge de :

  • travailler en collaboration étroite avec les directions régionales des affaires culturelles (DRAC) .
  • piloter la communication nationale de la manifestation par la création de documents promotionnels et la réalisation d’une image fédératrice.
  • assurer les relations avec la presse nationale et internationale et émettre une information régulière alimentée par les programmes régionaux.
  • diffuser les programmes auprès du public, notamment par le biais du site Internet du ministère de la Culture et de la Communication.

Enfin, la direction de l’architecture et du patrimoine négocie, au niveau national, les partenariats avec les médias, les organismes institutionnels et les entreprises privées.

Les directions régionales des affaires culturelles (DRAC)
Les DRAC organisent la manifestation au niveau régional. Elles sollicitent les ouvertures auprès des propriétaires privés et publics participant à la manifestation, recensent les monuments et les sites ouverts à la visite et mettent en place ou encouragent des animations.
Chaque DRAC édite, seule ou en partenariat avec la presse quotidienne régionale, un programme officiel spécifique. Celui-ci regroupe toutes les ouvertures et les manifestations qui s’inscrivent dans le cadre des Journées européennes du patrimoine.
Les événements les plus significatifs sélectionnés par la DRAC figurent dans son dossier de presse et peuvent être présentés à l’occasion d’une conférence de presse régionale.
Chaque participant aux Journées européennes du patrimoine bénéficie ainsi d’une organisation logistique et d’une couverture médiatique de grande ampleur. Le réseau, constitué par les DRAC et piloté par la DAPA, permet une gestion harmonisée au niveau national.

Que Saint-Denis nous donne l’énergie et la motivation pour que notre village s’inscrive durablement dans ces belles journées du patrimoine !

 

 

Vos commentaires

  • Le 3 octobre 2009 à 15:22, par Jean Lainé En réponse à : Journées du Patrimoine à Tourtour

    Pour la pemière fois en septembre 2000 pour les journées du Patrimoine, une exposition organisée par les “Belugues “, a permis de présenter une collection de vêtements provençaux et d’objets divers anciens, représentatifs des avctivités passées. Avant 2000, le village ne disposait d’aucune salle susceptible d’accueillir une telle exposition. La salle Escarelle ouverte, au sous-sol du château communal , à l’été 2000, a procuré une belle opportunité. Depuis chaque année, une exposition de même type, a été organisée.... Malheusement cette année, l’état de la Salle Escarelle, fortement dégradée par l’humidité, a conduit l’association ¨leï Belugo“ a renoncer à prendre en charge , l’organisation d’’une telle exposition, qui si l’on en juge par les expériences précédentes attirait beaucoup à de visiteurs. Dommage !! Espérons qu’un effort sera fait pour remettre la salle en état, ce qui redonnera des possibilités pour les années à venir !!

  • Le 3 octobre 2009 à 17:40, par Gilbert Giraud En réponse à : Patrimoine ....

    Je suis en train de rédiger un article sur le sujet (qui fait suite aux "objectifs généraux"). Tant mieux et bravo que les Bélugo se soient mobilisées certaines années pour ces journées mais je pense que l’organisation générale doit être prise en charge par la Mairie et en particulier les 2 adjoints à la Culture (dont la "conseillère culturelle du Maire"). Je te renvoie donc à l’article qui s’appellera "Journées du Patrimoine, été 2009". Laisse moi un jour ou deux...Amicalement.

  • Le 4 octobre 2009 à 19:31 En réponse à : Journées du Ptrimoine suite !

    Jusqu’au remplacement de l’équipe municipale, il n’y avait malheureusement pas d’adjoint à la culture. Le Maire était très impliqué dans la vie associative du village ! Il en résulté peut-être une certaine confusion !!

  • Le 4 octobre 2009 à 21:52, par Gilbert Giraud En réponse à : confusion ...

    La solution était donc d’en mettre deux...ce qui aboutit au confusionnisme d’ailleurs (définition Larousse : "attitude d’esprit visant à entretenir la confusion des idées et à empêcher l’analyse objective des faits") : ce n’était donc pas la meilleure ...

Répondre à cet article

Stats | 3 visiteurs en ce moment | SPIP 3.1.3 [23214] | Squelette BeeSpip v.3.1.0

Mis à jour le dimanche 19 août 2018